Comment le déplacement de votre attention peut être le remède à l’anxiété

« L’anxiété est née au même moment que l’humanité. Et puisque nous ne pourrons jamais la maîtriser, nous devrons apprendre à vivre avec elle – tout comme nous avons appris à vivre avec les tempêtes. »

Paulo Coelho

« Est-ce que je me concentre trop sur mon anxiété ? »

Cette question précise a pesé lourdement sur mon esprit alors que je me trouvais dans une énième crise d’anxiété. Je jouais au baseball professionnel à l’époque, et je n’arrivais pas à me libérer des pensées inquiétantes qui se bousculaient constamment dans ma tête.

La plupart de ces pensées étaient centrées sur la façon dont j’allais jouer le match suivant. Ce que mes coéquipiers pensaient de moi, s’ils me considéraient comme un élément précieux de l’équipe. Je me demandais souvent pourquoi je jouais au baseball et si je perdais mon temps.

Toutes ces inquiétudes ne faisaient rien d’autre que d’entraîner d’autres pensées, centrées sur les mêmes choses, ce qui a conduit à un cycle terrible.

Ce n’était pas la première fois que je réalisais la présence de l’anxiété dans ma vie. C’est une chose à laquelle je fais face depuis aussi longtemps que je me souvienne.

À l’université, j’ai même travaillé avec un psychologue du sport qui m’a appris des mécanismes d’adaptation pour atténuer l’anxiété que je ressentais face au baseball.

Nous avons abordé la question de mon discours personnel, et il a créé une routine que je pouvais utiliser la veille des matchs. Il s’est aussi beaucoup concentré sur les objectifs de processus. Le fait de se concentrer sur le processus, plutôt que sur le résultat, est un moyen important de réduire les pensées anxieuses.

Après avoir obtenu une maîtrise en psychologie et commencé à travailler comme coach en performance mentale, j’avais l’impression de bien comprendre comment gérer l’anxiété. Comment se fait-il alors que je me retrouve à nouveau sous son emprise ?

Eh bien, la vérité est que, peu importe la force que vous donnez à votre esprit et la quantité de travail que vous faites, l’anxiété fera toujours son chemin dans votre vie. À un moment ou à un autre, ces fichues pensées inquiétantes entreront dans votre tête.

Ce qui compte, c’est la durée pendant laquelle vous laissez ces pensées s’installer. Et ce qui est intéressant, c’est que parfois, plus nous essayons de nous débarrasser de l’anxiété, plus nous l’invitons à rester.

C’est l’erreur que j’ai commise et c’est pourquoi, après toutes mes années de travail et d’apprentissage, je me suis retrouvé face à de grandes difficultés.

L’énergie coule où va l’attention

Avez-vous déjà entendu ce dicton ?

J’ai entendu différentes interprétations de sa signification, mais l’une d’entre elles me fait vraiment vibrer : tout ce sur quoi nous portons notre attention sera amplifié.

Cela signifie que plus nous nous concentrons sur notre anxiété, plus nous lui donnons de la force.

Donc, si nous voulons ne pas être anxieux, l’une des pires choses que nous puissions faire est d’essayer de ne pas l’être.

Lorsque j’ai reconnu que j’accordais trop d’attention à mon anxiété, j’ai compris ce qu’il fallait faire à la place. La décision que j’ai prise faisait appel aux mêmes techniques que celles que je vais vous montrer plus loin dans l’article.

Pour l’instant, j’aimerais aborder un peu les raisons pour lesquelles nous nous concentrons autant sur l’anxiété.

Ne puis-je pas simplement la faire disparaître ?

Je suis le premier à admettre être tombé dans ce type de pensée dans le passé.

Chaque fois que je devenais trop anxieux avant un match ou que je ressentais de l’anxiété dans ma vie quotidienne (ce qui arrivait trop souvent), ma réaction naturelle était d’essayer de faire disparaître l’anxiété.

Mais cela ne faisait qu’aggraver le problème. Je me souviens avoir senti l’anxiété grandir à l’intérieur de moi plus j’essayais de la faire sortir.

Alors pourquoi continuons-nous à croire que nous pouvons nous débarrasser de l’anxiété en nous concentrant sur elle ?

La principale raison est le fait que nous sommes des personnes anxieuses au départ. Savez-vous à quel point il est difficile d’arrêter de penser à quelque chose ? Surtout lorsque ce qui a capté votre attention est une émotion aussi puissante que l’anxiété.

Donc, premièrement, l’option la plus facile est de devenir anxieux à cause de l’anxiété, et donc de se concentrer sur la façon de la faire disparaître. Deuxièmement, l’anxiété est un sentiment effrayant. Avoir des pensées incontrôlables qui conduisent à un sentiment d’effroi vertigineux n’est pas amusant.

Par conséquent, nous essayons de nous en débarrasser aussi vite que possible. Détacher notre attention de l’anxiété et faire confiance à une autre technique n’est pas aussi sûr que de simplement se concentrer sur l’horreur que nous ressentons et espérer que l’anxiété disparaisse.

Mais comme je l’ai déjà dit, accorder trop d’attention à notre anxiété ne fait que l’aggraver. Alors, que pouvons-nous faire à la place ? La réponse réside dans l’attention, c’est-à-dire dans le déplacement de l’attention.

Le pouvoir du déplacement de l’attention

Comme nous savons que notre énergie est dirigée vers l’endroit où nous portons notre attention, un changement d’orientation peut améliorer considérablement notre état mental.

Lorsque je me suis demandé si je ne me concentrais pas trop sur mon anxiété, il m’est apparu clairement que j’étais obsédé par la raison pour laquelle je la ressentais, par son origine et par la façon dont je pouvais m’en débarrasser.

J’ai donc décidé de changer de cap et d’accorder mon attention à ce que je voulais ressentir. Je me suis donc concentrée sur les moyens de me sentir confiante, détendue, etc.

Voyez-vous la grande différence ? En comprenant que tout est exacerbé en fonction de l’attention que nous lui accordons, vous réalisez que cela ne fait que vous nuire davantage de vous concentrer sur ce que vous ne voulez pas.

Une fois que vous avez accepté l’anxiété que vous ressentez, il est maintenant temps de porter votre attention sur ce que vous souhaitez ressentir à la place. Concentrez-vous toujours sur les aspects positifs plutôt que sur les aspects négatifs. Faites attention à ce que vous voulez ressentir, et non à ce que vous ne voulez pas ressentir.

Pour devenir plus détendu et confiant, j’ai eu recours à la méditation et à la visualisation.

Utiliser la méditation et la visualisation pour entraîner la concentration

Je m’assois pour méditer en pleine conscience deux fois par jour et je savoure le moment présent.

J’ai trouvé cette pratique très efficace pour entraîner mon esprit à se concentrer sur le moment présent. Non seulement elle m’a appris à faire attention à me sentir détendue et calme, mais plus je suis présente, moins je ressens d’anxiété.

C’est parce que l’anxiété, par définition, est un enfant de l’avenir. Être anxieux signifie que vous vous inquiétez de ce qui pourrait arriver ou de quelque chose qui ne se passe pas comme vous le souhaitez.

Pour pratiquer la méditation de pleine conscience, il suffit de suivre les étapes suivantes :

  1. Mettez-vous dans une position confortable, le dos droit. Je préfère m’asseoir sur mes genoux, mais n’hésitez pas à vous asseoir sur une chaise si c’est plus confortable.
  2. Réglez votre minuteur. Vous ne voulez pas vous demander si vous avez médité assez longtemps. Donnez-vous cinq à dix minutes si vous êtes un débutant. Choisissez une alarme apaisante, car vous ne voulez pas être surpris par votre état de conscience.
  3. Fermez les yeux et commencez à respirer profondément et en rythme. Concentrez-vous sur votre respiration et lorsque votre esprit vagabonde, retournez simplement vous concentrer, sans jugement. Les pensées vont continuer à venir. L’objectif n’est pas de les arrêter. Il s’agit de les autoriser et de les observer, puis de les laisser passer.
  4. J’utilise également la pleine conscience au cours de la journée. Lorsque je me sens anxieuse, je fais une pause et je prends quelques respirations pour me recentrer dans le présent.
  5. J’y ajoute généralement des respirations en compte à rebours : j’inspire pendant cinq minutes et j’expire pendant dix minutes.
  6. La visualisation s’est avérée un outil tout aussi puissant pour entraîner mon esprit à gérer les pensées inquiétantes.
  7. Après avoir terminé ma méditation et m’être détendu, je me visualise plein de confiance, calme et détendu dans différents scénarios où je me sens habituellement anxieux.

Encore une fois, je ne me vois pas comme n’étant pas anxieux, mais plutôt comme étant ce que je souhaite être.

En général, je choisis une situation par jour et je la visualise en détail – ce qui se passe dans mon environnement, les personnes qui m’entourent, ce qu’elles font. Cela me permet de m’entraîner mentalement à affronter ces situations avec aisance.

Tout au long de la journée, chaque fois que je me sens anxieuse, je ramène cette image à mon esprit, me rappelant de fonctionner en fonction de ma vision idéale de moi-même plutôt que de mon conditionnement passé.

Ces techniques m’ont énormément aidé à détourner mon attention de l’anxiété. Et moins j’accorde d’attention au sentiment d’anxiété, moins l’anxiété a d’emprise sur ma vie.

Si vous êtes aux prises avec l’anxiété, je vous encourage à vous poser la même question que moi :  » Est-ce que je me concentre trop sur mon anxiété ? « . Vous pourriez être surpris de voir comment votre anxiété s’apaise lorsque vous cessez de lui accorder autant d’attention.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121