10 façons de s’assurer que la vie de votre fille est ruinée

La relation mère/fille est une partie très importante de la vie de chaque fille. La façon dont une mère traite sa fille pendant son enfance et sa croissance se reflétera sur elle plus tard dans la vie.

Cependant, le rôle des parents dans l’éducation des enfants est, à juste titre, un sujet douloureux pour beaucoup.

Aujourd’hui, nous allons aborder dix déclarations qui peuvent miner la relation mère-fille et affecter l’enfant plus tard dans sa vie de femme.

1. « Vous devez être ».

La première et la plus grave erreur que commettent de nombreuses mères et grands-mères dans l’éducation de leurs filles et petits-enfants est d’essayer de programmer d’une manière ou d’une autre des compétences et aptitudes essentielles.

Il faut les aimer.
Il faut savoir s’adapter.
Bien sûr, vous devez savoir cuisiner.

Vous devez le faire. …… Encore et encore !

Cuisiner n’est pas une activité mauvaise ou malsaine, mais la façon dont vous communiquez cette « obligation » a une connotation négative.

Votre fille comprend que si elle ne répond pas à certaines normes, elle ne mérite ni amour ni succès.

Si vous voulez encourager votre enfant à étudier ou à suivre une certaine voie, vous devez donner le bon exemple.

Faites de la soupe ensemble.
Choisissez ensemble une nouvelle coiffure.

Si une fille est heureuse de vous voir faire quelque chose, elle voudra aussi l’apprendre.

À l’inverse, si vous n’aimez pas faire quelque chose vous-même, vous aurez beau dire à votre fille qu’elle doit apprendre, elle en sera inconsciemment rebutée.

L’essentiel est que, tôt ou tard, elle apprendra tout ce qu’elle doit apprendre. Et quand elle en a besoin.

2. Attention, la seule chose qu’un homme veut, c’est ……..

Une autre erreur courante dans l’éducation d’une fille est de condamner sévèrement les idées sur les hommes et le sexe héritées de sa mère.

La seule chose qu’ils veulent est.
Attention, il va vous utiliser et vous quitter.
Tu devrais être intouchable.

Votre fille va grandir en pensant que tous les hommes sont agressifs et violents. Et que le sexe est une chose dégoûtante à éviter.

Mais lorsque son corps d’adulte lui envoie des signaux et que ses hormones commencent à se détraquer, cette contradiction interne entre ses sentiments et les interdits de sa mère devient très traumatisante.

3. envoyer des messages contradictoires

La troisième erreur est un développement paradoxal de la première et de la deuxième : les jeunes filles de 20 ans se voient dire sans ambages que se marier et avoir des enfants est une formule de bonheur.

De préférence avant 25 ans, sinon il sera trop tard.

Pensez-y. Premièrement, donnez-lui, encore enfant, une liste de ce qu’elle doit faire pour se marier et avoir des enfants (ou, plus précisément, une liste de ce qu’elle doit faire). Puis, pendant quelques années, vous inculquez l’idée que tous les hommes sont des « bâtards » et que le sexe est une chose méprisable et sale.

Maintenant, vous lui envoyez un troisième message contradictoire : « Marie-toi ». C’est impossible.

Aussi contradictoires soient-elles, les mères inculquent souvent ces idées à leurs filles, leur faisant craindre toute forme d’amour et leur faisant courir le risque de perdre de vue qui elles sont et ce qu’elles veulent vraiment.

4. « Je te veux seulement ! ». . .

La quatrième erreur est la surprotection.

Il est vraiment dommage qu’aujourd’hui, de plus en plus de mères attachent leurs filles à elles-mêmes et les étouffent avec tant de tabous.

Ne sortez pas.
Ne sois pas avec cette personne.
Appelez-la toutes les demi-heures.
Ils veulent toujours savoir où vous êtes et avec qui vous êtes.
Ne rentrez jamais tard.

Les filles n’ont aucune liberté et aucun droit de prendre leurs propres décisions. La décision peut être erronée.

Mais c’est normal ! Entre 14 et 16 ans, les filles normales passent par un processus de séparation et veulent prendre toutes les décisions elles-mêmes (sauf pour les questions de vie et de santé).

En effet, la jeune fille qui a grandi sous les jupes de sa mère est convaincue qu’elle deviendra un être humain de seconde zone, incapable de vivre sa propre existence. Elle s’habituera à ce que d’autres prennent des décisions à sa place.

En d’autres termes, elle se jettera dans les bras d’un narcissique qui la contrôlera au maximum.

5. Votre père n’est pas une bonne personne.

Cinquième erreur : se faire une image négative de son père.

Qu’il y ait un père à la maison ou une mère qui élève seule l’enfant, il est inacceptable de transformer les pères en monstres. Il n’est pas nécessaire de dire à un enfant qu’il a hérité de toutes les caractéristiques indésirables de son père.

En fait, quel que soit son père, elle n’a ni le besoin ni le droit de le dénigrer.

Même si c’était vraiment un « bâtard », une mère qui choisit un tel homme comme père doit assumer une certaine responsabilité. Elle l’a quitté parce qu’il était un raté et qu’elle ne devait pas lui faire porter toute la responsabilité.

Cela n’a pas d’importance.

6. la violence physique

C’est mal de battre un enfant. C’est mal de forcer votre enfant à le faire. Dans la relation mère-fille, il ne doit y avoir aucune forme d’agression.

Il faut savoir que la violence physique cause plus de traumatismes aux filles qu’aux garçons. Je ne dis pas que vous avez le droit d’être agressif envers votre enfant. Ce n’est pas vrai !

Seulement que le niveau d’estime de soi psychologique d’une fille tombera plus rapidement au niveau de l’humiliation et de la soumission.

En outre, si vous êtes agressif envers elle, elle risque davantage de choisir un partenaire violent à l’avenir. Cela est particulièrement vrai si le père est physiquement agressif.

7. le manque d’éloges.

Une fille devrait grandir en se faisant dire combien elle est aimée, combien elle est belle, capable, forte et intelligente. ……

Cela forme une estime de soi saine et normale. Il favorise le développement de l’autonomie, de l’acceptation de soi et de l’estime de soi de votre fille. C’est la clé de son avenir heureux.

8. Des parents qui se disputent devant leur fille.

Les parents ne peuvent pas se disputer devant leurs enfants.

Ils doivent s’accuser mutuellement, surtout s’il s’agit de caractéristiques personnelles de la mère ou du père. …… Les enfants ne doivent pas être présents.

Si cela se produit, les deux parents doivent s’excuser et expliquer que leurs sentiments et leurs émotions ont momentanément prévalu.

Ils se sont disputés, mais ils se sont réconciliés et, surtout, l’enfant n’est pas impliqué.

9. permettre que tout se passe.

La neuvième erreur est que les mères se comportent de manière inappropriée pendant l’adolescence de leurs filles.

Soit elle tolère tout dans la mesure où elle ne perd pas le contact, soit elle interdit tout dans la mesure où cela ne devient pas incontrôlable – les deux extrêmes.

Les deux sont mauvais. La seule façon de surmonter cette situation difficile sans faire de victimes est une gentillesse sans compromis. Les restrictions imposées doivent être mises en œuvre de manière durable.

La communication est donc importante pour faire appel à la bonne volonté de votre fille.

Pour les filles de cet âge, il est très important que les mères leur parlent régulièrement. Ils ont besoin d’entendre leurs opinions, de répondre à des questions stupides et de partager leurs souvenirs.

Le plus important est de parler calmement et de ne jamais utiliser ces conversations contre votre enfant. Si vous ne respectez pas ses secrets ou si vous la trahissez, vous ne pourrez plus jamais avoir de relation intime avec elle.

Si tu le fais, la fille adulte dit demain.

Je n’ai jamais fait confiance à ma mère ».

10. « Je vais décider de votre avenir ! »

Enfin, la dixième erreur consiste à imposer votre propre vision de la vie à votre fille.

On ne devrait pas dire aux filles qu’elles doivent avoir certaines choses dans leur vie.

Le mariage.
Avoir des enfants
Perdre du poids
Ne pas prendre de poids

Une fille a besoin de sa mère pour prendre confiance en elle. Il faut donc lui apprendre à écouter ses besoins et ses désirs afin de façonner son caractère en conséquence.

Et surtout pour qu’elle puisse avoir la vie qu’elle souhaite vraiment.

Qu’est-ce qu’elle aime ?
Que peut-elle faire ?
Comment peut-elle être heureuse ?

Elle doit apprendre à être heureuse toute seule, sans tenir compte des évaluations environnementales et de l’opinion sociale. Elle sera alors une femme heureuse, belle et sûre d’elle, capable d’être complète avec son partenaire !


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121