Aucun enfant ne devrait partir avant la mère ou le père

Personne ne peut surmonter l’absence de ce qu’il a lui-même fait naître.
Comment pouvons-nous guérir les blessures qui subsistent ?

Créés dans le ventre de leur mère, aimés et soignés de la meilleure façon possible, les enfants sont notre plus grande œuvre d’art, aussi la douleur de leur perte est-elle plus forte que toute autre douleur.

Dès qu’une personne apprend qu’elle attend un bébé, tout change automatiquement dans sa vie. Peu importe le nombre d’enfants qu’une personne a, l’expérience de chaque parent est unique, non transférable et trop complexe pour être exprimée en mots.

La maison se prépare pour cet enfant, les vêtements, les meubles, une chambre, le choix d’un prénom, les premiers mouvements dans le ventre de la mère, tout culmine au moment où parent et enfant se rencontrent enfin.

Que ce soit par le biais d’une grossesse naturelle, d’une mère porteuse ou d’une adoption, un enfant est capable de modifier toutes les énergies d’un foyer. Les habitudes des adultes changent, le sommeil devient plus léger, et nous commençons à marcher toujours accompagnés d’un ami appelé « inquiétude ».

L’enfant a-t-il assez mangé ? Est-il ou elle heureux(se) ? A-t-il froid ? La tête d’un parent ne se repose jamais, les enfants font partie de tout ce qu’ils font pendant la journée, directement ou indirectement.

Les parents doivent renoncer à une partie de leur vie de couple pour s’investir pleinement. Ils cessent de penser individuellement et commencent à penser au collectif, au bien-être de tous les membres du foyer. Ce comportement altruiste, des parents qui font plus pour leurs enfants que pour eux-mêmes, ne disparaît jamais complètement, même s’ils ne sont plus si jeunes.

Comment alors accepter qu’un fils ou une fille parte avant la mère ou le père ?

Dans l’ordre naturel des choses, un parent s’occupe de ses enfants pendant leur enfance, leur apprend la vie, comment se comporter, comment être gentil et aimant avec les autres. Les enfants grandissent, travaillent, les rendent fiers, essaient de rendre un peu de tout ce que leurs parents ont fait, même si ce n’est pas nécessaire, parce que les parents l’ont fait par amour, et non parce qu’ils attendaient quelque chose en retour.

Voir partir un enfant est la plus grande douleur qu’un parent puisse éprouver. Non pas parce que je suis simplement le père de cette personne, mais parce que personne ne devrait avoir à enterrer la personne qu’il aime le plus. Personne ne peut surmonter l’absence de l’être qu’il a lui-même placé dans ce monde. Comment pouvons-nous guérir les blessures qui restent ?

Cette personne qui est partie a rempli la maison de ses rires, ses parents ont soigné ses larmes, ont veillé toute la nuit pour soigner ses maladies, l’ont vu grandir.

Le deuil est douloureux car le lien entre parent et enfant existe avant même la naissance de l’enfant. Chaque personne est intimement liée à ses enfants, a été bénie par ces âmes, a dû se réinventer pour élever des enfants.

Une mère a tout donné pour créer cette personne : les minéraux de ses os, son oxygène et même son sang, elle et son enfant sont liés par le cordon de la vie.

renouer avec votre enfant intérieur

Comment peut-on s’attendre à ce qu’une personne sache comment faire face à la perte d’un être qu’elle a elle-même mis au monde ? Personne n’y est préparé, et peu importe le temps qui passe, la blessure ne guérit jamais. L’odeur des nouveau-nés reste gravée dans notre mémoire, même si elle commence à s’estomper avec le temps. Nous apprenons à vivre avec la tristesse qui est en nous, mais nous n’acceptons jamais complètement la séparation.

Un parent est souvent prêt à tout pour son enfant. Ils sont prêts à se donner pour voir leur enfant s’épanouir. Mais ne vous attendez jamais à ce qu’un parent sache comment enterrer un enfant, un père ou une mère n’est pas né pour un tel chagrin.

Commentez ci-dessous ce que vous pensez de cette réflexion et partagez ce texte sur vos réseaux sociaux !