4 techniques parentales douces qui font de moi une meilleure mère

Qu’il s’agisse de montrer à mes enfants une empathie et un respect réels ou de fixer des limites raisonnables, je partage aujourd’hui certaines des techniques et règles parentales douces qui, selon moi, font de moi une meilleure mère. Continuez à lire pour les découvrir. Mais tout d’abord, commençons par les principes de base de l’éducation douce.

Qu’est-ce que l’éducation douce ?

L’éducation douce est exactement ce que l’on entend par là : une manière plus douce et plus gentille d’élever les enfants. Ce terme vient de Sarah Ockwell-Smith, experte en puériculture et auteur de « The Gentle Parenting Book ». L’éducation douce consiste essentiellement à communiquer avec vos enfants et à les considérer comme des individus uniques plutôt que comme des extensions de vous-même.

Beaucoup de gens la confondent avec l’éducation permissive, mais elle implique toujours la création de limites et l’établissement de règles que les enfants doivent respecter (tout comme l’éducation permissive, d’ailleurs, mais d’une manière différente). Il s’agit simplement d’aborder la façon dont nous gérons à la fois la création de ces règles et les conséquences de leur violation.

Comme l’explique Healthline, « les outils de l’éducation douce sont la connexion, la communication et la cohérence. Demandez à n’importe quel parent qui suit ce style et il vous dira qu’il faut ajouter une bonne dose de patience à ces trois C pour que tout se passe bien. »

Je pense que la meilleure façon de démontrer les valeurs fondamentales de l’éducation douce est de plonger directement dans l’action et de partager mes techniques avec vous.

Je vais passer chaque jour à faire tout ce que je peux pour élever des enfants qui rendent ce monde meilleur.

Les techniques parentales douces qui font de moi une meilleure mère

Tout d’abord, laissez-moi clarifier quelque chose dès le départ. Je ne dis pas que vous ne pouvez pas être une bonne mère si vous ne suivez pas ces techniques parentales douces. Comme on dit, il n’y a pas une seule façon d’être un parent parfait et un million de façons d’être un bon parent.

Je suis convaincue que suivre cette méthode fait de MOI une meilleure mère pour MES enfants. Il existe tellement de styles parentaux. Vous devez décider lequel est le meilleur pour VOS enfants. Maintenant que nous avons éliminé ce point, commençons. Mis à part le premier point, ces conseils ne sont pas classés par ordre d’importance.

Le parent parfait n’existe pas. Alors, soyez-en un vrai.

1. Mettre l’empathie au premier plan

L’empathie est l’aspect le plus important de la parentalité douce, et elle doit faire partie de tout ce que vous faites. Vos enfants ne sont pas de simples petits robots programmés pour suivre des ordres. Ce sont des êtres vivants, qui respirent, avec des pensées, des sentiments et des besoins bien réels. Mettez-vous à la place de vos enfants. Rappelez-vous comment c’était d’être petit. Ce qu’il y a de bien avec l’éducation des enfants, c’est que nous avons déjà vécu ce que c’est que d’être petit, et il est donc beaucoup plus facile de faire preuve d’empathie envers nos enfants.

2. Fixez des limites raisonnables et adaptées à l’âge de l’enfant

Avant de fixer une limite, demandez-vous si elle est raisonnable par rapport à ce que votre enfant est réellement capable de faire. Pas ce que vous pensez qu’il devrait être capable de faire, pas ce que vous voulez qu’il fasse, mais ce qu’il est réellement capable de faire en fonction de son développement.

Par exemple, vous pouvez souhaiter que votre enfant de 2 ans s’assoie calmement au restaurant, qu’il partage gentiment avec les autres et qu’il ne pique pas une colère au milieu du magasin. Cependant, sur le plan du développement, elle n’est pas encore capable de faire ces choses. Les enfants ne développent pas des capacités telles que le contrôle de soi (y compris le contrôle émotionnel) et le partage avant l’âge de 4 ans environ.

3. Fixez des limites raisonnables

En plus de fixer des limites raisonnables en fonction de l’âge de mes enfants, je suis également une fervente partisane de la fixation de limites raisonnables. Je veux dire par là que je ne fais pas de règles arbitraires « parce que je l’ai dit ». Chaque règle que j’établis a une raison logique et justifiable.

Prenons l’exemple d’une alimentation saine. Je ne dis pas simplement à mes enfants « parce que je l’ai dit » lorsqu’ils me demandent pourquoi ils ne peuvent pas manger de chocolat au petit-déjeuner. Au contraire, je considère cela comme une occasion d’enseigner et je discute ouvertement avec eux des raisons pour lesquelles il est si important de bien manger.

Les enfants sont plus susceptibles de respecter – véritablement au sens littéral du terme – une règle s’ils comprennent pourquoi elle est importante. C’est important pour moi. Je ne veux pas que mes enfants suivent aveuglément les ordres maintenant. Je veux leur donner des limites qui les aideront tout au long de leur vie, et la seule façon d’y parvenir est qu’ils comprennent réellement le raisonnement qui sous-tend une règle.

4. N’ayez pas peur de dire « oui » parfois

Revenons à l’alimentation saine. Lorsque nous sommes à la maison, je m’efforce de nourrir ma famille avec de la vraie nourriture faite maison. Cela signifie qu’il faut dire non et limiter (ou carrément éliminer) les produits transformés, les collations sucrées et autres choses qui ne sont vraiment bonnes pour personne, et encore moins pour les enfants.

Cependant, lorsque nous partons en vacances, je dis « oui » plus souvent. Nous continuons à manger sainement pour la plupart, mais j’assouplis les règles et je les laisse avoir des choses qu’ils n’ont pas souvent (ou jamais) à la maison. Certains trouveront cela incohérent, mais j’explique d’emblée à mes enfants que les règles des vacances sont différentes de celles de la maison. Ils savent donc qu’ils ne doivent pas s’attendre au même laxisme à la maison, si cela a un sens.