5 choses que je n’aurais jamais pensé faire en tant que parent (+ 5 choses que je savais que je ferais)

Lorsque j’étais enceinte de mon premier enfant, j’avais toute une liste de choses que je m’étais juré de ne JAMAIS faire en tant que parent. D’un autre côté, il y avait certaines choses que je me suis juré de faire, sans faute. Continuez à lire pour savoir de quoi il s’agit et si la réalité correspond à mes attentes.

Les choses que je ne pensais jamais faire en tant que parent

Commençons par les choses que j’avais juré de ne jamais faire en tant que parent. La liste est en fait assez courte. J’avais suffisamment d’amis parents avant l’arrivée de mes enfants pour savoir que l’univers prend des mots comme « jamais je ne ferai » comme une sorte de défi. Pourtant, il y a quelques choses dont j’étais convaincue à 100 000 % que je ne ferais jamais, jamais, jamais, jamais, jamais, jamais. Voyons comment l’univers a réagi à ces défis !

1. Laisser mes enfants pleurer ou piquer des crises de colère en public.

Je pense que c’est la chose universelle que nous jurons tous de ne jamais faire en tant que parent. Cela nous vient généralement à l’esprit après avoir vu un bambin faire une crise dans l’allée 5. Nous jetons des regards en coin et nous nous disons avec suffisance que si nos enfants faisaient ça, nous quitterions immédiatement le magasin. Bien sûr, nos enfants ne le feraient pas parce que nous serions des parents tellement géniaux qu’ils n’auraient jamais l’idée d’agir d’une manière aussi indigne.

Puis ça arrive. Sans rime, sans raison et sans explication, notre enfant, habituellement doux et charmant, fait une crise de colère épique, en plein milieu de l’allée 5. Nos chariots sont pleins, nos garde-manger à la maison sont vides. Si nous ne passons pas à la caisse, nous allons tous mourir de faim ou nous ruiner en commandant des plats à emporter.

Alors que nous passons à la caisse aussi vite que possible, nous entendons la femme derrière nous se tourner vers son mari et lui dire : « Nos enfants ne feront JAMAIS ça ! ». Nous rions. Nous rions si fort que nous pleurons presque (parce que, soyons honnêtes, nous étions déjà au bord des larmes de toute façon). Puis, on lève les yeux au ciel et on dit à l’univers : « Bien joué ».

2. Co-sommeiller ou m’allonger avec mes enfants jusqu’à ce qu’ils s’endorment.

J’ai lu tous les livres sur l’art d’être parent avant la naissance de mon fils, et je connaissais donc l’importance d’une bonne routine du coucher. J’étais persuadée que j’y arriverais avant que mon fils ne soit assez grand pour se disputer avec moi au sujet de l’heure du coucher. Il prenait son bain, se brossait les dents et s’endormait paisiblement en écoutant une histoire. Aucun problème ! Je veux dire, comment cela peut-il être difficile de faire dormir un enfant ?

Il s’avère que c’est très difficile. Les enfants deviennent des négociateurs experts dès que leur tête touche l’oreiller. Je vous jure, ils pourraient négocier une prise d’otages au point que le méchant demande ce qu’il peut faire pour eux !

J’ai rapidement appris, cependant, que neuf fois sur dix, mes enfants n’essaient pas de m’arnaquer pour que je les laisse se coucher tard afin qu’ils puissent jouer davantage. En fait, il s’agit plutôt de me garder dans la pièce avec eux. Peut-être qu’ils ont peur ou qu’ils se sentent seuls, ou qu’ils veulent juste avoir un peu plus de mon attention.

J’ai donc commencé à m’allonger avec mes enfants jusqu’à ce qu’ils s’endorment ou me disent qu’ils n’avaient plus besoin que je reste avec eux. Certaines nuits, je sortais de leur chambre en quelques minutes. D’autres nuits, je restais pendant des heures. Et oui, parfois, ils ont même dormi avec moi toute la nuit. Je ne l’ai pas fait pour les « gâter » ou les « dorloter ». Je l’ai fait parce qu’ils méritent de savoir que je serai toujours là quand ils auront besoin de moi.

3. Laisser mes enfants gagner

Je ne parle pas seulement de ne pas les laisser gagner des matchs, bien que cela en fasse partie. Je parle de choses comme les laisser se disputer avec moi au point que je change d’avis. En gros, j’ai juré que mes enfants respecteraient toujours mon autorité et feraient ce qu’on leur dit.

Puis, quelque temps avant que mon fils ne soit assez grand pour commencer à « répondre », j’ai lu un article quelque part qui expliquait qu’il est en fait très important de laisser les enfants « gagner » de temps en temps. Je ne me souviens pas de l’article original, mais celui-ci est assez similaire.

Comme l’explique le Dr Nancy Darling, professeur de psychologie, « laisser un enfant gagner une dispute est un excellent moyen d’accroître votre autorité. Vous voulez qu’il sache que lorsqu’il vient vous voir pour un désaccord, vous allez en discuter et parfois il gagne. Il n’y a rien de mal à changer d’avis ».

De plus, le fait de les laisser gagner leur permet d’acquérir d’importantes connaissances pratiques, comme la capacité de défendre leurs convictions, de négocier correctement et de choisir leurs combats. Ainsi, si je ne les laisse toujours pas gagner lorsque nous jouons à des jeux de société, je les laisse parfois me « convaincre » de changer d’avis.

4. Laissez ma fille être une « princesse ».

J’ai mentionné ce point lorsque j’ai parlé de la façon d’élever des filles indépendantes et sûres d’elles-mêmes, donc si vous avez lu ce post, vous savez déjà comment cela s’est passé. Si vous ne l’avez pas lu, voici l’essentiel :

Lorsque j’ai appris que j’allais avoir une fille, j’ai juré de ne pas lui acheter de Barbie, de ne pas l’habiller en rose et de ne pas l’entourer d’images de princesses. Je ne voulais pas qu’elle pense qu’elle devait aimer ces choses simplement parce qu’elle était une fille ou qu’elle pensait que ces choses représentaient la femme « idéale ». Je voulais qu’elle se sente libre d’aimer ce qu’elle voulait, même si cela ne correspondait pas à l’idée archaïque de « trucs de filles ».

Le fait est qu’elle a fini par aimer toutes ces choses d’elle-même. Elle voulait porter des jabots roses, se faire faire les ongles, et jouer à la princesse avec des poupées Barbie. C’est ce qu’elle est. Je serais hypocrite si je lui disais qu’elle ne peut pas aimer ces choses. Je lui dirais qu’elle ne peut se sentir libre d’être elle-même que si elle le fait d’une manière que j’approuve. Donc, c’est une princesse et c’est tout.

5. Juger les autres parents

Bien avant d’avoir des enfants, je me suis fait la promesse de ne pas juger les autres parents pour leurs choix. Je veux dire, bien sûr, il y a des exceptions. Les abus ne devraient jamais être tolérés ou acceptés. Mais j’ai juré de ne pas être une de ces mères qui font honte aux autres mères parce qu’elles font les choses différemment de moi en ce qui concerne les styles parentaux de base.

Vous connaissez le genre, non ? Elles vous font honte parce que vous utilisez des couches jetables plutôt que des couches lavables ou se moquent de vous parce que vous utilisez des couches lavables plutôt que des couches jetables. Ils tirent la langue et agitent le doigt sur vous parce que vous faites du co-sommeil, ou parce que vous n’en faites pas. Elles écrivent de petites diatribes sur un post Facebook pour expliquer qu’elles n’ont jamais pensé à renvoyer leur bébé à l’expéditeur après une nuit particulièrement difficile à cause des coliques, parce qu’elles aiment vraiment leurs enfants, et vous devriez avoir honte de penser à cela.

Honte, honte, honte. C’est leur petit jeu favori. Alors oui, j’ai juré que je ne serais jamais une de « ces » mamans. Je pensais que je tenais plutôt bien cette promesse, mais je me suis rendu compte que juger les mères qui jugent, c’est aussi juger les autres mères, si je comprends bien.

Si j’y réfléchis un peu plus, je suis probablement un peu critique à l’égard de certains choix et styles parentaux. Je ne crois pas qu’il faille punir les enfants qui ont de mauvaises notes, par exemple. Je ne comprends donc pas vraiment pourquoi d’autres le font. Je crois que les pères ne gardent pas leurs enfants, ils les ÉLEVENT. Alors, je m’énerve quand j’entends quelqu’un dire : « Mon mari garde les enfants pour moi ce soir, n’est-ce pas gentil de sa part ? ».

Mais je garde ça pour moi. Si j’ai réussi à tenir ma promesse de ne pas faire honte aux autres mamans, je dois être honnête avec moi-même et admettre que je peux parfois juger les autres. Je suppose que c’est la nature humaine.