5 étapes pour gérer le bagage émotionnel afin qu’il ne vous définisse plus

 

« Parfois le passé doit être laissé derrière, oui. La vie est un voyage et vous ne pouvez pas tout emporter avec vous. Il n’y a que des bagages disponibles. » ~Harkin

Vous avez peut-être entendu parler de la « peur de manquer », mais qu’en est-il de la « peur de lâcher prise » ?

Mon père était volatile et mentalement instable. La critique était son mode de communication préféré. Enfant et adolescent, j’ai appris à garder mes pensées et mes sentiments sous clé et je suis devenu un expert pour détourner les problèmes personnels.

Sans le vouloir, j’ai gardé cette habitude à l’âge adulte, évitant de parler de mes sentiments ou de les transformer en plaisanterie. Lorsqu’un ami m’a finalement dit cela, le choc de la prise de conscience s’est rapidement transformé en résistance. C’est moi, j’ai pensé. Pourquoi devrais-je changer ?

Je suis allé de l’avant, travaillant aussi dur que jamais pour garder ma forteresse intacte. Ça ne me rendait pas heureux, mais je n’étais pas prêt à changer.

Alors que je luttais contre le désir de conserver des souvenirs blessants et des comportements autodestructeurs, j’ai soudain réalisé que j’avais peur de lâcher prise parce que la défensive faisait partie de mon identité.

Le problème n’est pas que j’ai un bagage ; tout le monde en a un, mais il m’a défini. Je ne sais pas ce que j’aurais fait sans elle. À ce moment-là, ça m’a frappé. J’ai dû creuser plus profondément, découvrir qui je voulais être et le mettre en action.

Lorsque j’ai réalisé que je m’accrochais au passé parce qu’il me semblait trop important pour le laisser derrière moi, j’ai découvert que lâcher prise était plus difficile qu’il n’y paraît. Le relâchement d’une croyance de longue date ne se fait pas en un jour, une semaine ou même une année. Cependant, c’est possible.

Voici le processus en cinq étapes que j’ai trouvé.

1. dressez une liste honnête des pensées, croyances et comportements qui vous pèsent.

Prenez un stylo et un cahier, trouvez un endroit calme et passez 30 à 40 minutes à réfléchir et à écrire. L’important est d’être honnête et d’écrire ce qui vous vient à l’esprit. Ne jugez pas ce qui se présente, notez-le simplement.

2.Réfléchissez à chaque élément et identifiez la source de la pensée/croyance.

Remontez le temps et voyez où vous avez récupéré les bagages. Aviez-vous peur de l’intimité parce que votre partenaire vous trompait ? Avez-vous redouté les vacances parce que vos parents buvaient trop d’alcool ? Reconnaissez ces souvenirs douloureux, mais ne vous y attardez pas. Notez-le et passez à l’étape suivante.

3. Trouvez au moins un point positif dans chaque expérience/situation douloureuse.

Cherchez le bon côté de votre nuage. Par exemple, les critiques de mon père m’ont fait prendre conscience du pouvoir des mots et m’ont appris l’importance de parler avec gentillesse. Trouver le bon côté de votre passé vous aide à reprendre des forces. Vous n’êtes plus une victime ; vous décidez de ce que vous retirez de cette expérience.

4. Créez des affirmations pour favoriser le changement et contrer les pensées négatives.

Traduisez les points positifs de l’étape 4 en affirmations ou déclarations d’intention, par exemple : « Je parlerai avec amour » ou « Je traiterai les gens avec gentillesse ». Cela permet de se concentrer sur un comportement positif futur et de se libérer du passé. Concrétisez les affirmations : programmez des rappels sur votre téléphone, écrivez-les sur des notes autocollantes ou placez une liste sur le réfrigérateur.

5.Pratiquez la patience et la pleine conscience.

Changer ses habitudes prend du temps, surtout lorsqu’elles sont ancrées dans une blessure ou une peur profonde. Prenez régulièrement contact avec vous-même en écrivant dans un journal ou en méditant. Si vous vous retrouvez avec un vieux bagage, assurez-vous de le reconnaître, puis relâchez-le doucement et concentrez-vous sur vos affirmations. Remplacer les pensées négatives par des actions positives vous aidera à lâcher prise pour toujours.

Les possibilités sont infinies pour chacun d’entre nous, malgré le bagage. Tout le monde a mal. C’est ce qui fait de nous ce que nous sommes. Cependant, ce qui nous définit, c’est ce que nous en faisons. L’un de mes artistes préférés, Bruce Springsteen, a quelque chose de sage à dire sur le sujet.

« Vous pouvez trouver votre identité dans les dommages qui vous sont causés. Vous trouvez votre identité dans vos blessures, vous trouvez votre identité dans vos cicatrices, vous trouvez votre identité dans les endroits où vous avez été battu, et vous en faites une médaille. Nous portons tous sur nous un certain nombre d’honneurs pour ce que nous avons vécu, mais le véritable honneur est de s’élever aussi au-dessus d’eux. »

En prenant le temps d’identifier et de comprendre nos bagages et en prenant la décision consciente de les laisser partir, nous pouvons nous libérer pour faire l’expérience de la vie d’une manière plus riche, plus profonde et plus significative.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121