6 façons dont votre esprit essaie de contrôler votre vie

« Je ne connais qu’une seule liberté. C’est la liberté de l’esprit. » ~Antoine de Saint-Exupéry

Notre esprit est une chose intéressante. D’un côté, c’est remarquable. Mais d’un autre côté, elle peut nous écraser plus rapidement et plus impitoyablement que toute autre chose.

Nos cœurs sont par nature craintifs. C’est à nous d’être vigilants pour pouvoir survivre, pour ne pas traverser la route ou nous faire dévorer par les lions. Mais si elle n’est pas maîtrisée, la peur peut nous paralyser et nous rendre plus féroces qu’un crocodile acculé.

Et c’est incroyablement tyrannique.

La tendance de l’esprit à dominer est si forte et si habituelle que nous ne nous rendons souvent pas compte qu’il essaie de repousser notre sagesse intérieure et notre sentiment naturel de paix et d’amour.

La mauvaise nouvelle est qu’il n’existe pas de livres ou de cours qui puissent changer la nature de notre esprit. La bonne nouvelle ? Nous n’avons pas besoin de le changer. Le problème n’est pas notre esprit, mais la façon dont nous l’utilisons.

Lorsque nous donnons trop de pouvoir à notre esprit et que nous suivons ses idées insensées contre notre propre bon sens, nous devenons anxieux, craintifs, tristes et pleins de ressentiment.

Voici quelques moyens de reconnaître quand votre esprit essaie de prendre le dessus.

1. lorsque vous ignorez vos penchants naturels.

Votre esprit est sage. Ce n’est pas sage, c’est l’ordinateur.

Votre esprit n’aime pas ce jazz intuitif et cotonneux. Il veut des faits. Il aime faire des calculs. Il calcule les probabilités.

Supposons que vous vouliez appeler un ami que vous n’avez pas vu depuis longtemps. Mais votre cerveau dit, « Ne sois pas bête. Il n’est probablement pas à la maison. Il ne se souviendra pas de moi. »

Donc tu n’appelles pas.

Mais avez-vous déjà suivi une de ces tendances et regardé en arrière pour vous demander ce qui s’est passé ?

Et qu’en est-il des décisions telles que la façon de gérer votre vie ? La chose logique à faire est d’écouter les experts ou de copier ce que les autres ont fait de bien. Votre esprit aime ça.

Vous choisissez donc d’étudier les statistiques, en ignorant la petite voix qui vous dit que vous devriez être écrivain. Parce qu’il y a beaucoup d’emplois pour les statisticiens. Ou vous vous entraînez à la danse parce que vous êtes « doué » pour cela.

Sauf que vous n’êtes pas « autre ». Et les experts ne sont pas aussi bons que vous, le professionnel. Et ce n’est pas parce que vous êtes « bon » dans quelque chose que c’est ce que vous voulez faire.

2. quand vous voulez dire non mais que vous finissez par dire oui.

Es-tu mauvais pour dire non ?

Je l’ai déjà eu. Je n’ai pas considéré cette option comme sérieuse jusqu’à ce que j’aie 23 ans et que je ne puisse pas dormir pendant cinq jours d’affilée pendant les examens à cause de mois de suractivité.

J’étais confus.

Je pense qu’il y a des règles plus importantes que mon sentiment profond de ne pas vouloir le faire. Ces règles sont les suivantes : être un bon ami, être un bon élève, aller à beaucoup de fêtes, etc.

Il m’a fallu quelques mois pour m’en remettre.

Bien sûr, c’est entièrement une question d’esprit. Votre cœur veut être aimé et pense que tout est important.

Votre esprit ne se rend pas compte que dire « non » n’est pas une grosse affaire, ni même une chose modérée. Ou plutôt, c’est dans votre intuition que réside la sagesse.

C’est votre droit de faire ce que vous voulez vraiment faire, et il est dans l’intérêt de tous de le faire.

Je lisais récemment L’ange à ma table, basé sur l’autobiographie de Janet Frame, l’un des écrivains les plus populaires de Nouvelle-Zélande. Janet a passé huit ans dans un hôpital psychiatrique, subissant 200 traitements par électrochocs et même la matière blanche de son cerveau a été presque enlevée.

3. si vous vérifiez constamment vos e-mails, votre téléphone portable, vos SMS ou votre statut Facebook.

J’aime lire l’internet, les courriels et les commentaires des blogs. Je l’adore. Quel monde merveilleux c’est.

Mais cela me déséquilibre souvent. Ou plutôt, je ne l’utilise pas de la bonne manière.

Ce n’est pas que je ne sais pas pourquoi je suis si obsédée par ça. Je sais. J’avais un besoin d’approbation.

Le besoin d’approbation est profond. C’est une caractéristique naturelle de l’esprit, mais en même temps, elle est inculquée par le système scolaire.

Mais c’est une chose dangereuse. Nous nous entraînons à détourner le regard du moment présent et à nous inquiéter du fait que les gens ne nous aiment pas. Et ils le feront.

Le monde moderne hyperconnecté crée une dépendance. Pour l’esprit, c’est comme un bonbon.

Alors, quelle est la réponse ? Tout abandonner ?

Personnellement, bien sûr que non. Mais en fixant des limites et en éliminant les tentations, tout peut être freiné.

4. quand vous souhaitez être assez bon.

Avez-vous déjà entendu une histoire inspirante et pensé : « Il vient d’une famille de rameurs, alors pourquoi pas ? Traverser le passage du Nord-Ouest à la rame était la partie facile ».

Nous voyons des cas comme celui-ci tout le temps, mais c’est un exemple classique de résistance au changement et d’inquiétude à l’idée de faire des bonds en avant.

Prenez l’exemple d’Elizabeth Gilbert et de son livre Mange, Prie, Aime.

Il ne s’agit pas d’une histoire de voyage autour du monde. Ce n’est pas le cas. Il s’agit de survie, de courage et de la façon dont une femme a utilisé les ressources dont elle disposait pour se sauver.

C’est passer à côté de l’essentiel que de penser, comme certains le font, qu’elle peut se permettre de voyager dans le monde entier et que c’est très bien ainsi.

Nous avons tous la capacité de nous lever du sol des toilettes, au sens métaphorique du terme. Et nous avons tous nos propres ressources uniques. Lorsque votre esprit est prompt à déprécier ou à juger, il essaie de vous empêcher de voir cela.

5. lorsque vous essayez de contrôler les autres.

Vous arrive-t-il de penser que vous êtes meilleur que les autres et d’essayer de les amener à faire les choses à votre façon ?

Des dizaines de fois par jour, non ?

Votre esprit décide que vous devez intervenir. Tu ne le fais pas. Votre esprit pense qu’il sait ce qui est le mieux. Il ne sait pas.

Essayer de contrôler les autres, que ce soit à petite ou à grande échelle, n’est pas seulement ennuyeux et irrespectueux, mais cela bloque le flux de la vie. C’est une occasion manquée.

Je ne peux vous dire combien de fois j’ai éprouvé une joie inattendue et profonde en ignorant mon désir d’interférer.

6. lorsque nous nous sentons inadéquats parce que nous sommes « trop négatifs ».

Nous sommes entourés de messages nous disant d’être reconnaissants et d’être positifs. Nous avons de bonnes intentions, mais au final, ça ne sert à rien.

Car c’est là que réside le problème.

Votre esprit considère ces idées comme des règles, et il vous pousse à échouer, car vous échouerez toujours. Parce que qui va vraiment être positif ou reconnaissant tout le temps ?

Il y a quelques années, un ami m’a dit : « Tu es une personne négative ».

Ma réponse a été : « D’accord, alors comment puis-je changer ça ? »

J’ai dit : « Vous ne le ferez pas. » Tu ne vas probablement pas rester comme ça pour toujours. C’est ce que vous êtes maintenant. »

Chaque fois que vous vous sentez inadéquat, votre esprit vous pousse à « suivre les règles ». Elle est bien intentionnée mais malavisée.

La chose la plus aimante et la plus positive que vous puissiez faire est de vous accepter tel que vous êtes, peu importe ce que vous êtes.

Oui, c’est également vrai lorsque vous contrôlez la situation.

C’est la nature de votre esprit d’essayer de vous contrôler. Ce n’est ni bon ni mauvais, c’est comme ça. Parfois on cède, parfois non. Et c’est tout à fait normal.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121