8 choses vraiment mauvaises que font vos enfants et qui sont bonnes pour leur cerveau

Comme vous, j’aime mes enfants.

Ils ont 7, 4 et 3 ans ! Et je travaille à temps plein.

Oui, j’ai les mains pleines. (rires)

Vous pouvez sentir un « mais » caché quelque part …….

J’aime mes enfants, mais ils peuvent être frustrants parfois.

J’aimerais pouvoir dire que je plaisante ou que j’exagère, mais ce n’est pas le cas ! » .

Ça me rend fou.

En fait, ça me rend nerveux aussi. Parfois, je me demande si devenir mère était une bonne décision pour moi.

Cela fait réfléchir de penser à tout le temps que je passe à crier, à l’argent que je dépense, aux sorties que je ne peux pas faire, au contact permanent avec d’autres êtres humains.

Mes enfants sont souvent provocateurs, perturbateurs, vitrioliques et manipulateurs.

Du moins, c’est comme ça que je le vois. C’est mon point de vue en tant que mère fatiguée.

Mais lorsque je les emmène au parc ou chez un ami, je me rends compte que tous les enfants sont comme ça.

Je me rends même compte que mes propres enfants sont loin d’être les pires.

En résumé, qu’en pensez-vous ?

Je ne sais pas si vous êtes d’accord avec moi, mais j’en suis arrivé à deux conclusions

Mes enfants sont normaux : tous les parents ont les mêmes difficultés.
Ils apprennent et grandissent en repoussant leurs limites et en échouant.

En d’autres termes, je me rends compte que tous ces comportements contribuent à développer leur petit esprit immature.

1. les enfants repoussent les limites

Ils poussent, poussent, poussent et poussent autour d’eux.

C’est ainsi que se développe la partie du cerveau responsable de l’ordre, de la relation de cause à effet, de la résolution de problèmes, du contrôle des impulsions, de la maîtrise de soi et de l’empathie.

Ces petits scientifiques découvrent par l’expérimentation (ou test des limites) ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas.

Ils nous observent également et voient ce que nous faisons lorsque nos boutons déclencheurs se déclenchent, ce qui déclenche des neurones miroirs dans leur cerveau, qui stocke ces informations afin qu’ils puissent accéder à leurs déclencheurs plus tard.

2. les enfants posent des centaines de questions

Maman… Maman… Maman… Maman ! » Ils vous poursuivent dans la maison en criant « Maman ! ». Quand vous faites attention à eux, ils ne disent rien …… Avez-vous déjà vécu une telle expérience ?

Ou un enfant qui demande toujours à entendre la même chanson ou le même livre au moment du coucher ?

Les enfants aiment les répétitions.

Il y a quelque chose de réconfortant dans la familiarité et la sécurité dans un monde qui leur semble nouveau et en perpétuel changement.

Et ce qui peut nous sembler insurmontable est en fait un moyen pour eux d’apprendre et de traiter les informations et de développer leurs compétences oratoires.

La répétition aide les enfants à parler plus vite, à apprendre de nouveaux mots et, plus généralement, à enrichir leur vocabulaire.

Les jeunes enfants en particulier ont un cerveau très actif et la répétition leur donne le temps de se souvenir de ce qu’ils veulent dire et de former leurs prochaines pensées.

En grandissant, ils peuvent imiter la participation à des conversations, ce qui constitue un exercice de compétences linguistiques sociales.

3. les enfants mentent.

C’est ce que nous pensons.

Mais ceci est en train de se développer également.

Nos enfants sont censés se conformer au système familial, de sorte qu’ils évaluent constamment : « Ce que je dis/fais va-t-il menacer l’attachement ? » . Est-il prudent de donner des réponses que les adultes ne veulent pas entendre ?

Lorsque les enfants sont jeunes, leur cerveau est en fait structuré pour traiter des idées apparemment fausses, mais en réalité mystérieuses et souhaitables, et le développement ultérieur de compétences.

4. les enfants veulent toujours savoir pourquoi

Le redoutable « pourquoi » !

« Maman, pourquoi il pleut ? » « Mais pourquoi ? » « Pourquoi ? »

Avant que vous ne vous en rendiez compte, vous avez eu une conversation de 15 minutes avec votre enfant de quatre ans sur la pluie et les particules de nuages.

Les questions de ce genre sont en fait une bonne indication que le cortex préfrontal est activé.

Ce muscle cérébral est responsable de la résolution de problèmes, du contrôle des impulsions, du contrôle des émotions, de l’attention et de la concentration, de la prévision des résultats et de la planification.

Chaque fois que vous donnez une raison, ce muscle devient plus puissant.

Les enfants commencent principalement avec les zones de réaction/émotion inférieures du cerveau. Le « pourquoi » active les zones logiques supérieures du cerveau et, finalement, l’ensemble du cerveau est intégré.

5. les enfants piquent des crises de colère pour tout

sur tout et n’importe quoi.

Il s’avère qu’il y a une raison à cela.

La partie du cerveau qui perçoit les menaces et les émotions est entièrement formée.

La partie du cerveau qui contrôle ces émotions est immature.

Par conséquent, lorsqu’un enfant ressent quelque chose, cela sort de son corps sous forme de comportement.

Une crise est une libération d’émotion, un soulagement du stress pour soulager la partie réactive du cerveau et pour accéder et développer la partie primitive du cerveau.

C’est ce qui est cool avec la biologie.

6. les enfants sont inconstants

Ma fille fait ça tout le temps ! (rires)

Je veux une robe rose. Tu lui tends une robe. Puis elle commence à crier et dit qu’elle ne veut pas de cette robe.

Vraiment ?

Vous le rangez et en sortez un autre. Puis elle pleure à nouveau, « Non, je veux le rose ».

Vraiment ?

Je suis littéralement perdue dans le labyrinthe verbal de mon enfant.

Nous faisons des milliers de choix chaque jour. Faire des choix semble donc normal, mais les enfants apprennent encore à évaluer leurs options et à prendre des décisions.

Alors, pourquoi les enfants ne peuvent-ils pas prendre de décisions ?

Eh bien, leurs pensées sont fortement influencées par les émotions et, surtout, elles changent constamment (même à chaque seconde !). . .

Tout cela fait partie du processus de développement de l’entraînement du cortex préfrontal.

7. les cris d’enfants

Parfois, c’est comme des ongles sur un tableau noir.

Ils se plaignent du petit-déjeuner. Ce que leur sœur a fait. La façon dont le vent souffle, tout ça.

Cela peut être un déclencheur très important pour nous, parents. Cependant, il s’avère que cette plainte n’est pas une manipulation, mais une tentative d’empathie.

Si c’était un bébé, il pleurerait. Mais comme ils ne le sont pas, ils nous font entendre un « gémissement » aigu.

C’est le signal du corps : « Je suis coincé dans le cerveau moyen, aidez-moi à atteindre le cerveau supérieur ».

8. les enfants sont bouleversés par votre situation

Répondre au téléphone, boire un verre d’eau, préparer le dîner …… Ils réclament votre temps et votre attention lorsqu’ils en ont besoin, et se fâchent lorsque vous ne pouvez pas le faire.

Il en va de même pour l’heure du coucher, et les enfants utilisent toutes les astuces possibles et imaginables pour prolonger l’heure du coucher.

Les enfants sont là pour rester proches de leur moitié – vous.

C’est ainsi qu’ils restent en sécurité et survivent. Ils savent aussi que nous ne sommes pas une menace imminente pour les éloigner de vous, mais leur système nerveux ne le sait pas.

Ainsi, aussi difficile que cela puisse être, l’attachement est un processus de développement et un bon signe qu’ils vous considèrent comme une personne sûre !

La façon dont nous traitons nos enfants influence la façon dont nous les éduquons et les guidons. Et la façon dont nous les éduquons et les guidons affecte la croissance de leurs zones cérébrales.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121