C’est très difficile de vous expliquer mes angoisses

Vos yeux parlent de la vérité perçue. Il y a une telle clarté dans eux, je ne peux pas raconter. Vous pensez que les réponses sont si évidentes et vous croyez que les problèmes sont auto-construits. Tout est dans ta tête sont les mots que tes lèvres forment.

Je ne suis pas complètement en désaccord avec vous. Je suis sûr que dans une certaine mesure, tout cela est dans ma tête, comme vous l’avez si bien dit. J’ai partagé les mêmes sentiments une fois auparavant. Quand la misère a commencé, je n’étais pas différent de vous. Le mantra dans ma tête était que je réfléchissais trop. Si je viens de changer mes pensées, tout ira bien. La thérapie cognitivo-comportementale était ma première ligne de défense. Et cela a fonctionné pour des problèmes mineurs. Une hésitation ou un inconfort initial peut être évité en quelques minutes de réflexion. J’ai créé cet espace entre moi et le stimulus. J’ai disséqué ma perception, mes sentiments et choisi ma réponse en conséquence. Je pensais avoir enfin trouvé ma solution. Je pensais être émotionnellement enfin équipé pour faire face à toutes les difficultés de la vie.

Mais je me trompais. La vérité dont vos yeux parlent n’est pas si simple. C’est un peu plus compliqué que ce que vous avez dit. C’est tellement difficile de vous expliquer mes inquiétudes quand tout n’est pas dans ma tête; c’est aussi sur tout mon corps. Que se passe-t-il lorsqu’il y a une déconnexion entre l’esprit et le corps? Que se passe-t-il lorsque votre esprit est en paix alors que votre corps est sous la contrainte? Que se passe-t-il lorsque les solutions conventionnelles perdent leur effet?

Les pensées positives n’empêcheront pas mon cœur de battre la chamade au point de donner l’impression d’avoir une crise cardiaque. Les pensées positives n’arrêteront pas l’adrénaline qui me traverse à un rythme tel que je me sens comme si j’étais dans une situation de vie ou de mort. Les pensées positives n’arrêteront pas la paralysie qui surmonte mon corps me laissant sans défense sur le sol en position fœtale.

C’est tellement difficile de vous expliquer mes angoisses quand je ne sais plus pourquoi elles se produisent. J’ai essayé les méthodes conventionnelles. J’ai fait la recherche de l’âme et de la réflexion. Je me suis occupé des bagages de mon enfance et de ses limites émotionnelles. Je pensais être enfin heureux jusqu’au jour où il est revenu. Il n’y avait pas de raison. Il n’ya pas eu de crise et c’est ce qui en fait le pire. C’est tellement difficile de vous expliquer mes angoisses, de vous parler lorsque ma gorge se gonfle et que mes voies respiratoires se contractent. C’est tellement difficile d’expliquer les origines quand elles sont elles-mêmes mystérieuses pour moi. C’est tellement difficile de vous expliquer mes angoisses quand je sais que leur existence est irrationnelle. Je ne peux pas identifier le pourquoi, je n’ai pas les réponses. Je connais juste le sentiment, cette crainte impuissante qui me rend vaincu.