Comment arrêter de crier sur vos enfants – une fois pour toutes.

Je comprends, personne ne veut crier et certainement personne ne veut se faire crier dessus.
On m’a crié dessus quand j’étais enfant, et je suis prêt à parier que vous aussi. Mais laissez-moi vous demander…

Avez-vous l’impression que si vous ne criez pas, ils n’écouteront pas ?

Vous n’êtes pas seul ; en fait, lorsque je pose cette même question aux parents, la plupart d’entre eux pensent qu’ils doivent crier pour que leurs enfants écoutent.

La bonne nouvelle est que vous n’êtes pas obligé de crier, vraiment pas.

Je sais, vous êtes probablement en train de dire : « Vous n’êtes manifestement jamais venu chez moi » ou « Vous êtes un de ces coachs parentaux qui n’a jamais élevé d’enfants ». Eh bien, laissez-moi vous assurer que je n’ai pas seulement élevé des enfants, mais que j’en ai élevé cinq, qui ont tous entre le début et la fin de la trentaine, et que, pendant 25 de ces années et toujours en cours, j’ai été parent dans un mariage mixte (deux pour moi, trois pour lui), et nous avons réussi à amener ces merveilleux enfants à l’âge adulte, le tout sans crier. Aujourd’hui, nos cinq enfants élèvent leurs propres enfants et le font de manière coopérative et pacifique.

La vérité est que je travaille avec beaucoup de parents et d’enfants depuis environ 40 ans, et bien que je ne sois jamais allé chez vous, j’ai coaché de nombreux parents qui croient tout comme vous et qui ont l’impression que leur maison est différente.

Tout se résume à ces quelques éléments : La communication, le respect, la confiance, la cohérence et la capacité à comprendre votre enfant. Il s’agit de votre comportement – c’est vrai, le vôtre, pas le leur. Vous êtes leur plus grand modèle et ils observent chacun de vos gestes, alors donnez-leur de bonnes choses à observer et à copier. En réalité, tout ce que vous faites, vous donnez à vos enfants la permission de le faire. Donc, si vous criez tout le temps, ils le feront aussi.

Mettez ces mesures en pratique et tout le monde dans votre famille commencera à sourire beaucoup plus et vous serez sur la voie de l’harmonie familiale. Votre enfant en sera ravi ! Pourquoi ? Parce que plus personne ne leur crie dessus et ne les fait se sentir comme des merdes.

Est-ce que cela va changer en un jour et devenir la maison parfaite du jour au lendemain ? Absolument pas ! Vous n’avez pas créé cette atmosphère stressante en un jour, elle ne va pas disparaître en un jour. Est-ce que tous les jours, une fois que vous aurez maîtrisé ces techniques, seront parfaits ? Désolé de le dire, non. Il se peut que vous criiez de temps en temps, que votre enfant crie de temps en temps, mais ce ne sera pas tous les jours, ni même presque tous les jours, ni même, espérons-le, toutes les semaines. Mais regardons les choses en face, nous sommes tous humains, nous avons tous de bons et de mauvais jours, et nous devenons tous irritables et réagissons d’une manière que nous n’avions pas prévue. Cela arrive aux meilleurs d’entre nous, oui, même à moi.

Ne pensez pas que vous devez être parfait pour arrêter de crier, vous devez simplement être plus intentionnel à ce sujet et commencer à créer une atmosphère calme, coopérative, où vous vous parlez calmement et respectueusement, où vous réfléchissez avant de réagir, et où tout le monde dans la famille apprend à faire de même. Vous commencez à devenir proactifs au lieu de réactifs.

Avant de passer à ce que vous devez savoir sur la façon d’arrêter de crier, il y a un fait vraiment important que tous les parents doivent se rappeler pendant leur parcours parental. Le cerveau humain ne se développe pas complètement avant l’âge de 25 ans. C’est ça, 25 ans, c’est fou, non ? Imaginez seulement le genre de cerveau sous-développé de votre enfant. Si votre enfant est un tout-petit, son cerveau est principalement rempli d’émotions sans savoir comment réagir à ces émotions ou les contrôler. C’est un grand moment de lucidité, non ? Pensez à votre adolescent, un cerveau sous-développé avec en plus le besoin d’appartenance, de prendre des risques et de fréquenter ses amis. Ahhh, tout commence à avoir du sens maintenant. Votre travail consiste à enseigner, à encadrer, à guider, à établir les connexions nécessaires dans leur cerveau et à cesser d’attendre qu’ils réagissent à votre égard comme des adultes. Ce n’est pas seulement difficile, c’est impossible.

Prenons une minute pour réfléchir à notre façon de parler.

Souriez-vous lorsque vous parlez ? Utilisez-vous vos bonnes manières ? Êtes-vous aimable et respectueux ? Si vous avez un conjoint ou un partenaire, comment vous parlez-vous ? Comment parlent-ils à vos enfants ? Quelles expressions faciales vos enfants voient-ils de votre part ? Utilisez-vous des jurons, les appelez-vous par des noms et/ou leur collez-vous des étiquettes comme « paresseux », « stupide », « menteur », « petits merdeux » (je mentionne ce dernier parce que je connais des enfants qui ont été appelés ainsi pendant la majeure partie de leur enfance) ?

Comme je l’ai déjà dit, les enfants font ce que vous faites. Les enfants parleront de la manière dont ils vous entendent et vous voient parler.

Si vous criez, ils crieront. Si vous êtes calme, ils sont calmes. Si vous criez, ils crieront. Si vous les insultez, ils les insulteront. Vous comprenez ? C’est un simple cas de « Monkey See, Monkey Do ».

C’est le moment d’examiner votre façon de parler. Saviez-vous que 70 % de la communication est non verbale ? Les mots que vous prononcez n’en représentent que 30 %. Commencez à y réfléchir et si vous avez besoin de pratiquer une communication plus calme, c’est aujourd’hui qu’il faut commencer.

Une réunion de famille est une discussion familiale dans une atmosphère sûre, calme et détendue où vous pouvez aborder différents sujets et offrir à vos enfants la possibilité d’exprimer leurs opinions et leurs idées pour résoudre des problèmes ou créer de nouveaux plans, sans jugement ni critique. Conseil : vous ferez du bien à votre relation si vous pouvez mettre en pratique les idées de vos enfants.

Si un problème particulier se répète et vous pousse à crier sur votre enfant, vous devez lui imposer une conséquence appropriée si le problème se reproduit. Ainsi, au lieu de crier la fois suivante, son comportement entraînera la conséquence choisie.

N’oubliez pas que les conséquences sont destinées à enseigner et non à punir. Les conséquences doivent être discutées avec votre enfant à l’avance et, mieux encore, travaillez avec lui pour trouver sa propre conséquence. Il s’y conformera mieux si c’est son idée.

La plupart des parents disent qu’ils crient parce qu’ils demandent gentiment à leur enfant, encore et encore, de faire quelque chose. Au bout de quatre ou cinq fois, ils sont obligés de crier, et ce n’est qu’à ce moment-là que leur enfant finit par écouter. Pouvez-vous comprendre ?

Résolvons ce problème dès maintenant. Le problème n’est pas qu’il n’écoute pas la première fois, mais qu’il sait que vous allez continuer à lui demander et qu’il a appris qu’il n’est pas obligé d’écouter la première fois, qu’il peut attendre que vous criiez (c’est là qu’il sait que vous êtes sérieux et que vous pensez ce que vous dites). Voici donc ce que vous devez faire :

Vous vous souvenez des conséquences que vous avez mises en place ? D’accord, dites à votre enfant que la prochaine fois que le problème (quel qu’il soit) se présentera, la conséquence dont vous avez discuté sera mise en place. Faites-lui savoir que vous lui demanderez une fois et que s’il ne le fait pas, il y aura une conséquence à cette décision. Au début, ils ne vous croiront peut-être pas parce que cela ne s’est jamais produit auparavant, mais si vous vous y prenez bien, ils apprendront que vous êtes sérieux au bout de quelques jours. Maintenant, le reste dépend de vous.

Lorsque cela se reproduira, si votre enfant n’écoute pas, il subira les conséquences de ses actes, quelles qu’elles soient. Vous devez être cohérent à chaque fois que le comportement se produit et mettre en place cette conséquence, afin qu’il apprenne à faire le meilleur choix et à écouter dès la première fois. C’est grâce à la cohérence que cela deviendra une réalité. Une fois pour toutes !