Comment guérir un cœur brisé et un esprit blessé

« Nous ne guérissons pas le passé en y demeurant ; nous guérissons le passé en vivant pleinement dans le présent. » ~Marianne Williamson

Ma vie s’est effondrée par une chaude soirée d’août, il y a quelques années. L’été avait été bien rempli : visites de la famille, projets de déménagement à l’autre bout du pays, barbecues et nombreux voyages. Nous étions heureux, mon mari et moi.

Du moins, c’est ce que je pensais.

En cette nuit d’août, mon mari est rentré dans notre confortable appartement new-yorkais, s’est assis et m’a dit, derrière une poignée de mains et des épaules voûtées, qu’il était amoureux d’une autre femme. Enfin, pas vraiment dans ces mots – ils sont venus bien plus tard – mais pour vous épargner une histoire plus longue, nous allons nous en tenir là.

Ce qui était clair, c’est qu’il ne la quitterait pas, malgré les dix ans que nous avions passés ensemble, malgré l’amour qu’il ressentait encore pour moi, malgré l’erreur qu’il savait commettre.

Et donc, cet homme que j’aimais d’une façon débridée et complète, a passé un coup de massue dans ma vie.

Il se trouve que les répercussions de ce coup se sont propagées, faisant tomber sans ménagement d’autres piliers sur lesquels je m’étais appuyée pour me sentir stable et bien dans ma peau.

Une semaine après la déclaration de mon mari, mon foyer spirituel, le studio de yoga où j’ai pratiqué et enseigné presque tous les jours pendant des années, a fermé avec un préavis de vingt-quatre heures.

Une semaine plus tard, j’ai été licenciée d’un autre emploi. .

Je me débrouillais avec mes journées. Parfois, j’avais un regain d’énergie et j’étais déterminée à faire quelque chose pour améliorer ma situation. D’autres fois, je m’écroulais sur le canapé, sans bouger.

Après des semaines à faire du sur-place et à me gaver de mes histoires de « pauvre de moi », je me suis rendu compte que, malgré tous mes efforts, la vie continuait à me tomber dessus. J’avais beau résister et gémir, le soleil se levait, les oiseaux chantaient et les bébés me faisaient toujours rire.

J’ai compris que j’avais le choix : je pouvais continuer à la fermer et à me vautrer dans la misère, ou je pouvais m’ouvrir et la recevoir.

J’ai décidé de m’ouvrir, tout doucement, presque contre ma volonté. J’ai commencé par de petites choses : sentir le poids réconfortant des couvertures empilées sur moi lorsque je m’allongeais sur le canapé, goûter la douceur amère des biscuits aux pépites de chocolat, voir la texture et la teinte du paysage dans lequel je regardais.

En faisant cela, j’ai découvert que ce qui redonnait de la nourriture à mon âme et m’appelait à vivre à nouveau n’était autre que mes sens.

Sans faire quoi que ce soit de spectaculaire, sans prendre de grandes résolutions ni endurcir ma volonté, j’ai commencé à guérir. Je me suis adouci. J’ai même ri. J’ai réappris la joie, l’aisance et le plaisir de prendre des risques.

Cela pouvait-il être si simple ? Est-ce que ça pourrait être si évident ?

Oui, et oui.

Dans l’ouverture, malgré la douleur et les faits misérables de ma vie, une nouvelle conscience s’est installée : nos sens sont des portails vers l’âme.

Ils sont nos centres de plaisir innés, recevant et transmettant les données sensorielles – plaisir et douleur – directement à l’âme, où elles sont traduites en informations que l’âme peut utiliser, dont elle peut tirer des leçons et dont elle peut se développer.

Comme une pommade sur une blessure, les sens peuvent nourrir et calmer une âme endolorie et administrer des pansements rafraîchissants à un cœur brisé.

Les sens nous disent, à chaque instant : Oui, nous sommes en vie (et quel cadeau !). Et, oui, il y a du plaisir, de la joie, de la beauté et tellement d’espace pour se développer. Ils nous disent, oui, ce voyage, cette vie, en vaut la peine.

Tout ce que nous avons à faire est de nous ouvrir à ce qui est, même juste un tout petit peu. Le reste prendra soin de lui-même.

En nous ouvrant, nous voyons la beauté des feuilles dans la lumière du soleil.

En nous ouvrant, nous entendons les carillons du vent.

En nous ouvrant, nous sentons la main d’un ami sur notre épaule.

Nous prenons le plaisir et le désir de notre âme est étouffé. Nous sommes à l’aise. Nous avons maintenant l’espace pour nous reposer et guérir.

J’ai donc pris la décision de nourrir mes sens et de donner à mon âme ce qu’elle désirait, même si cela signifiait que mes sens apportaient de la douleur, des bruits désagréables ou des pieds malodorants.

Parce que j’ai appris que lorsque mon corps souffre de trop d’heures passées devant l’ordinateur, je peux toujours regarder le ciel bleu et boire de l’eau fraîche.

Parce que lorsque je suis accablé par la déception ou la douleur de l’échec, je peux toujours sentir l’eau chaude sur ma peau.

Parce que lorsque je suis accablé et épuisé par les demandes et les délais, je peux encore respirer l’odeur d’un ragoût copieux et entendre les paroles aimables d’un ami.

Pour chaque douleur, il y a un plaisir. Et je pense que nous sommes capables de plaisirs qui dépassent de loin la portée de toute douleur.

Tout commence par un geste simple : s’ouvrir à ce qui est. Ouvrir les portails de nos sens au déluge de plaisir qui nous entoure, et remplir nos âmes de la plénitude de l’aisance et de la nourriture au-delà de notre imagination. C’est l’espace dans lequel nous baignons qui guérit les âmes blessées et les cœurs brisés.