Comment la dépression modifie votre cerveau (et les moyens de l’inverser)

Il semble que plus de personnes que jamais vivent avec la dépression. En fait, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), on estime que 350 millions de personnes de tous âges dans le monde souffrent de cette maladie mentale débilitante.

La dépression peut modifier votre cerveau, en altérant les voies neuronales et les synapses et en réduisant la taille de l’hippocampe, la zone du cerveau qui régule l’humeur et la mémoire. Sur le plan mental, vous pouvez vous sentir désorienté et fatigué car votre cerveau doit travailler davantage pour traiter les informations et les sentiments. Si vous ne vous sentez pas bien mentalement, cela peut avoir un impact sur d’autres domaines de votre vie.

La dépression peut vous donner l’impression d’être déconnecté du monde qui vous entoure, d’être impuissant à faire des changements et d’être paralysé par les pensées dans votre tête. Pour combattre tous ces sentiments, de nombreuses personnes se tournent malheureusement vers les médicaments sur ordonnance comme réponse rapide, mais nous ne connaissons toujours pas les effets à long terme de ces puissants médicaments. Au lieu de prendre nous-mêmes des pilules, nous pouvons nous tourner vers des remèdes plus naturels qui fonctionnent souvent mieux que les pilules.

Aujourd’hui, nous allons voir exactement comment la dépression modifie votre cerveau, et comment inverser les dommages de manière naturelle. Il faut de la volonté et de la détermination, mais vous pouvez reprendre votre vie en main grâce à quelques changements simples de style de vie et d’état d’esprit.

Comment la dépression modifie votre cerveau (et les moyens de l’inverser)

Une étude révolutionnaire menée par une équipe internationale de chercheurs a révélé que l’hippocampe est généralement plus petit chez les personnes souffrant de dépression.

L’équipe a utilisé des données d’imagerie par résonance magnétique (IRM) provenant du cerveau de près de 8 930 personnes dans le monde, dont 1 728 souffraient de dépression majeure. Les 7 199 personnes restantes ne souffraient pas de dépression.

Ils ont constaté que 65 % des personnes souffrant de dépression avaient un hippocampe plus petit ; en revanche, celles qui venaient de connaître leur premier épisode dépressif ne présentaient pas cette atrophie. Ces résultats suggèrent que les épisodes récurrents de dépression peuvent entraîner une atrophie de l’hippocampe.

Des études antérieures ont trouvé des preuves d’atrophie de l’hippocampe. Cependant, l’objectif de cette étude était de déterminer si le rétrécissement conduisait à la dépression ou vice versa. Ils ont eu leur réponse : d’abord la dépression, puis les lésions cérébrales.

selon le professeur Ian Hickey, co-auteur de l’étude.

 « Plus le nombre d’épisodes de dépression d’une personne est élevé, plus la réduction de la taille de l’hippocampe est importante. Ainsi, plus la dépression récurrente ou continue endommage l’hippocampe, plus elle n’est pas traitée.

Cela répond en grande partie à la question de savoir ce qui vient en premier : un hippocampe plus petit ou la dépression ? Les dommages au cerveau proviennent d’épisodes récurrents de la maladie…

D’autres études ont démontré la réversibilité. L’hippocampe est l’une des zones uniques du cerveau qui génère rapidement de nouvelles connexions entre les cellules, et ce sont les connexions entre les cellules plutôt que les cellules elles-mêmes qui sont perdues ici.

Un traitement efficace de la dépression ne se limite pas aux médicaments. Par exemple, si vous perdez votre emploi et que vous restez ensuite dans votre chambre à ne rien faire, il peut en résulter une atrophie de l’hippocampe. Les interventions sociales sont donc tout aussi importantes et on pense que des traitements tels que l’huile de poisson ont également un effet neuroprotecteur ».

À propos de l’atrophie de l’hippocampe, nous aimerions également mentionner d’autres recherches révolutionnaires menées par des scientifiques et le Mind Institute. Cette organisation étudie le lien entre le cœur et le cerveau. Nos sentiments sont encodés dans le champ électromagnétique du cœur, et ce dernier peut envoyer des signaux au cerveau pour lui indiquer comment réagir. Les chercheurs ont ainsi découvert que lorsque vous ressentez des émotions négatives, cela crée une confusion dans le cerveau.

Maintenant que vous savez que vos émotions jouent un rôle énorme dans la façon dont votre cerveau réagit aux stimuli, nous avons pensé évoquer une autre idée fausse courante en matière de dépression. Tout comme la plupart des gens ne réalisent pas que leurs émotions jouent un rôle énorme dans leur santé mentale, beaucoup d’entre eux ne savent pas que la théorie du « déséquilibre chimique » de la dépression n’est pas scientifiquement valable.
Ce que disent les autres experts.

D’après un article de Jonathan Leo, professeur associé de neuroanatomie à l’université Lincoln Memorial.

« Les causes des troubles mentaux comme la dépression sont encore inconnues. Cependant, l’idée que les déséquilibres des neurotransmetteurs causent la dépression est fortement encouragée par les entreprises pharmaceutiques et la communauté psychiatrique dans son ensemble. »

En outre, selon l’auteur et psychiatre britannique, le Dr Joanna Moncrieff

 « Bien sûr, il y a des événements cérébraux et des réactions biochimiques qui se produisent lorsqu’une personne est déprimée, comme cela a toujours été le cas, mais aucune recherche n’identifie un état cérébral particulier qui cause la dépression ou qui y est même associé… . . Dans tous les cas où les études ont donné des résultats contradictoires, aucune ne s’est avérée spécifique à la dépression, et encore moins causale . . . Le fait que plus de 50 ans d’intenses efforts de recherche n’aient pas permis d’identifier la dépression dans le cerveau peut indiquer que nous manquons tout simplement des bonnes techniques, ou que nous nous sommes trompés d’arbre ! »

Les médicaments aident-ils à lutter contre la dépression ? Certains médecins disent non.

La plupart des médicaments conçus pour traiter la dépression annoncent qu’un faible taux de sérotonine dans le cerveau humain peut provoquer une dépression. Cependant, aucune étude n’a abouti à cette conclusion dans le passé. De nombreuses entreprises pharmaceutiques ont utilisé à leur avantage les idées fausses sur cette maladie.

« La théorie de la sérotonine n’est pas du tout une déclaration scientifique. C’est une théorie qui a échoué – une hypothèse qui s’est avérée incorrecte. » – Dr Joseph Mercola

Ainsi, la théorie du déséquilibre chimique n’explique pas la dépression, mais les médicaments peuvent-ils traiter la dépression ? Une étude réalisée en 2009 par l’université de Californie a trouvé des preuves encore plus accablantes pour les entreprises pharmaceutiques. Elle a constaté qu’un tiers des personnes traitées par antidépresseurs n’ont pas vu leur état s’améliorer, et que beaucoup d’entre elles sont restées dépressives.

Nous savons maintenant que de nombreuses personnes disent se sentir mieux après avoir pris des antidépresseurs. Cependant, nous ne pouvons pas dire s’il s’agit simplement d’un effet placebo. En bref, nous savons que la dépression entraîne un rétrécissement de l’hippocampe dans le cerveau, mais que nous pouvons inverser ce dommage. Dans de nombreux cas, nos pensées et nos émotions jouent un rôle énorme dans notre santé mentale, mais la médecine conventionnelle ne semble pas garantir la guérison, ni même une petite avancée.

Si aucune preuve scientifique ne vient étayer la théorie du déséquilibre chimique, pourquoi continuer à prendre des médicaments qui prétendent modifier la chimie de notre cerveau ? Peut-être devrions-nous concentrer notre attention ailleurs, là où agir dans nos vies peut apporter des changements radicaux à notre santé physique et mentale sans effets secondaires dangereux.

Comment inverser la dépression

1. changez vos pensées.

Le cerveau peut changer et s’adapter en fonction de nos pensées et de nos émotions et de la façon dont nous percevons les stimuli. Le cerveau est très plastique et changeant et peut former de nouvelles synapses et de nouvelles voies en réponse à de nouvelles connaissances, compétences ou processus de pensée. En d’autres termes, nos pensées sont très importantes car elles créent la chimie de notre cerveau et, par conséquent, notre réalité. Les idées ont un pouvoir énorme, comme le montre l’étude suivante.

Une étude du Baylor College of Medicine, publiée dans le New England Journal of Medicine en 2002, a réparti en trois groupes des patients souffrant de graves douleurs au genou. La plupart des chirurgiens ne croyaient pas que l’effet placebo pouvait remplacer la chirurgie, mais cette étude leur a donné tort. Les chirurgiens ont rasé le cartilage endommagé du genou pour le premier groupe de patients. Les chirurgiens ont rincé l’articulation du genou du second groupe de patients afin d’éliminer tout ce qui pouvait causer une inflammation. Les personnes souffrant d’arthrose grave du genou passent généralement par l’une de ces deux procédures lorsqu’elles demandent l’aide de leur médecin.

En revanche, le troisième groupe a subi une opération « fictive » : les médecins ont donné un sédatif aux patients, pratiqué des incisions et aspergé le genou d’eau salée, comme ils l’auraient fait lors d’une opération réelle. Ils ont ensuite recousu l’incision comme d’habitude. Les trois groupes ont suivi ensemble le programme de rééducation, et à l’issue de celui-ci, les chercheurs ont constaté que le groupe placebo s’était amélioré autant que les autres groupes.

Donc, si le cerveau peut nous faire croire que nous venons de subir une opération du genou pour corriger la douleur de nos genoux, pourquoi ne pouvons-nous pas utiliser ce pouvoir pour traiter la dépression ? Nous le pouvons. Il faut juste de la volonté et du dévouement pour changer notre cerveau. Cependant, le simple fait de changer quelques-unes de vos pensées chaque jour en vous concentrant sur elles peut vous aider considérablement à faire reculer la dépression.

2. avoir une alimentation saine

En règle générale, évitez les aliments transformés, génétiquement modifiés ou hautement raffinés. Restez fidèle à la nature et profitez au maximum des bienfaits de votre alimentation. Si possible, choisissez des fruits et des légumes biologiques crus ainsi que des noix et des graines crues non salées. Éliminez ou réduisez fortement les aliments sucrés, transformés et altérés pour garder votre cerveau en bonne santé. Essayez également de limiter votre consommation de farine blanche, de sucre, de pain et d’autres céréales. Votre cerveau et votre estomac ont une meilleure relation que vous ne le pensez. Donc, si vous voulez un esprit propre, concentrez-vous sur l’adoption d’un régime alimentaire propre.

3. exercice

L’exercice est l’un des traitements les plus efficaces mais sous-utilisés de la dépression. Des études ont montré que le manque d’exercice peut conduire à la dépression. En fait, selon un article du Dr Mercola.

 « On a constaté que les femmes qui restaient assises plus de sept heures par jour présentaient un risque de dépression 47 % plus élevé que celles qui restaient assises quatre heures par jour ou moins. Celles qui ne pratiquaient aucune activité physique présentaient un risque de dépression 99 % plus élevé que les femmes qui faisaient de l’exercice. En fait, l’exercice est peut-être l’un des traitements les plus efficaces mais sous-utilisés de la dépression. »

4. utiliser des exercices de pensée positive

Enfin, si vous voulez que votre esprit fonctionne correctement, vous devez prendre soin de votre esprit. D’innombrables études ont établi un lien entre la santé mentale positive et la méditation ou d’autres types de pratiques de pensée positive. En concentrant votre attention sur le moment présent et en vous immergeant simplement dans chaque seconde de félicité ininterrompue de la méditation, vous pouvez restructurer votre cerveau et éliminer la dépression. De nombreuses études ont montré que la méditation était comparable aux médicaments dans le traitement de la dépression.

 

 


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121