Comment le karma des sorcières se manifeste-t-il ?

Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse

 

Pendant des milliers d’années, le pouvoir des femmes a été détruit, foulé aux pieds et sacrifié sur l’autel par un homme dominant, et terrorisé par les conséquences et l’utilisation de ce pouvoir.

À la fin de cet été, en résonance avec mon expérience personnelle, j’ai ressenti un appel profond à aider à libérer ce karma collectif associé aux femmes, et surtout aux femmes associées à la figure de la sorcière. Et quoi de mieux que cet automne, alors qu’Halloween n’est pas si loin pour parler de ce sujet ?

Qu’est-ce qu’une sorcière ?

Ce seul mot évoque immédiatement l’idée de ténèbres, de quelque chose de démoniaque, de maléfique, voire de laid. Au moins, cela résonne dans l’inconscient collectif à ce sujet. Ce qu’on a appelé une « sorcière » au fil des siècles est généralement une femme qui a consacré sa vie à explorer les secrets des femmes afin de créer un lien et un pont vers les mondes invisibles. C’étaient souvent des guérisseurs qui avaient une connaissance approfondie du monde végétal et qui collectaient et produisaient des remèdes, des pommades et des onguents de guérison pour soigner les maux physiques et les maux de l’âme. Ils avaient souvent des capacités paranormales qui leur permettaient de voir au-delà du voile et de voyager entre les mondes. Je crois que la métaphore de la sorcière sur son balai fait référence au voyage astral et à la capacité de ces femmes à voyager entre les dimensions et les mondes.

Mais ce sont surtout les femmes qui ont pleinement incarné leur pouvoir féminin, leur sensualité et leur sexualité. C’est le fameux sabbat des sorcières, une autre tradition païenne diabolisée par l’Église. Le pain de Dieu et la cérémonie dédiée à la nature et à la fertilité deviennent un rituel orgiaque dédié au diable avec des cornes. Au cours de ces rituels, qui ont sans doute leur origine dans de lointaines cultures chamaniques, il était de coutume de porter des masques et de se déguiser en animal pour honorer la nature. Il était également habituel de consommer des potions végétales, qui étaient généralement hallucinogènes et provoquaient la transe. Les participants ont exécuté des danses extatiques et célébré leur fertilité en s’aimant parfois les uns les autres. L’Église a rapidement qualifié ces anciennes pratiques d’obscénités qui ne pouvaient être que l’œuvre du diable, et encore plus lorsque les participants étaient des participants.

À cause de tout cela, ces femmes libres et instinctives étaient une menace pour les hommes, de sorte qu’elles devaient être au mieux écrasées et au pire jetées. Si ces femmes avaient le malheur supplémentaire d’être belles, elles étaient considérées comme l’incarnation du diable lui-même, séduisant, pécheur. C’est pourquoi, pendant des siècles, ces femmes ont été persécutées, torturées, brûlées, noyées… En bref, ils ont été victimes d’une grande chasse aux sorcières qui a duré plusieurs siècles. Même aujourd’hui, le terme « chasse aux sorcières » est toujours utilisé pour définir une personne qui est persécutée ou qui fait l’objet de persécutions.

Aujourd’hui, beaucoup d’entre nous portent ces souvenirs karmiques de sorcières persécutées, que nous soyons hommes ou femmes. Peut-être que la résonance de ces souvenirs chez les femmes d’aujourd’hui est plus forte parce que nous vivons le retour du féminin sacré (j’en parlerai dans un autre article bientôt, je n’entrerai donc pas dans les détails ici). Nous sommes beaucoup de femmes qui portent ces souvenirs, nous avons peur de développer notre plein pouvoir féminin. Nous avons peur de ce pouvoir, car si nous l’incarnions ou l’utilisions, nous nous sentirions menacés, il serait souvent complètement inconscient. Il y a aussi l’archétype de la sorcière : la femme qui utilise ses pouvoirs féminins, sa sensualité, sa voix et sa musique pour séduire et contrôler les hommes à son profit. La sirène attirera le marin dans les profondeurs de l’océan avec sa voix enchanteresse, la sorcière utilisera sa magie pour prendre ou posséder l’âme de l’homme, la nymphe ou la fée séduira l’homme et l’entraînera à travers les portes dimensionnelles où il disparaîtra à jamais. Même là, nous avons peur de montrer toute notre puissance créatrice, la créativité est liée au féminin, car inconsciemment il y a la conviction que cela mène à la destruction et donc à notre propre destruction. Nous avons donc peur d’exprimer toute notre sensualité, sinon nous devenons des proies ou des prostituées aux yeux du mâle.

De plus, certains d’entre nous ont conclu certains pactes avec le côté obscur de la Force dans leurs vies antérieures. Parfois, ce n’était pas vraiment la sorcière guérisseuse, mais la sorcière maléfique qui utilisait la magie noire pour obtenir plus de pouvoir et servir de sombres desseins. Parfois, nous sommes passés d’une femme sensuelle à une séductrice,

CLIQUEZ SUR LA PAGE SUIVANTE CI-DESSOUS POUR CONTINUER À LIRE…

Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse