Des décennies de recherches montrent que le fait d’avoir des enfants rend les gens malheureux

Si vous demandiez à la grande majorité des gens ce qu’ils imaginent lorsqu’ils envisagent une vie épanouie, je parierais qu’au moins 80 % d’entre eux répondraient « avoir des enfants ». C’est tout simplement ce que la plupart des gens font, et certains diraient même que c’est ce pour quoi nous sommes nés.

Lorsque Thomas Hansen, un chercheur de l’institut norvégien de recherche sociale, a demandé aux gens ce qu’ils pensaient, la plupart d’entre eux ont estimé que « la vie des personnes sans enfant est (était) plus vide, moins gratifiante et plus solitaire que celle des parents ».

Lorsque Hansen a approfondi cette question, il a constaté que c’était le contraire.

Jennifer Glass, professeur de sociologie à l’université du Texas à Austin, a déclaré que la majorité des parents ont l’impression que leurs enfants jouent un rôle important dans leur satisfaction de vie globale. « Mais ce n’est pas la même chose que le bonheur, et ce n’est pas la même chose que le bien-être financier, la bonne santé physique ou la bonne santé émotionnelle », a déclaré Mme Glass à CNBC.

Dans une autre étude, une méta-analyse réalisée par le National Council on Family Relations, on a examiné un autre aspect du bonheur : la satisfaction conjugale. D’après leurs conclusions, les participants sans enfants ont déclaré être plus heureux en amour.

Si vous tenez compte de tout cela, vous pourriez penser que les enfants sont à l’origine du malheur. Cependant, dans ces études, les chercheurs se sont empressés de dire que la conclusion de ces études était corrélative, plutôt que causale.

En outre, les personnes les plus susceptibles d’être malheureuses étaient des femmes célibataires, vivant dans des couches socio-économiques inférieures, ce qui pourrait également avoir joué un rôle.

Dans une autre étude portant sur différents pays, dont l’Espagne, la Norvège et le Portugal, les chercheurs ont constaté que les parents malheureux de l’étude provenaient de pays qui ne soutenaient pas les politiques pro-famille.

Et avant de faire table rase du fait d’avoir des enfants, une autre étude mentionnée est celle de l’université de Princeton et de Stony Brook, qui a découvert que les parents et les non-parents partageaient des niveaux similaires de satisfaction dans la vie, tandis que les parents éprouvaient plus de joie et de stress au quotidien que les non-parents.

Ainsi, si le fait d’avoir des enfants peut vous rendre malheureux (si d’autres aspects de votre vie vous causent du stress), il est également plus épanouissant. Je suppose que, comme nous l’avons tous déjà compris, être parent a un coût, qui, selon la plupart des parents, en vaut la peine ! (Un peu de stress n’a jamais fait de mal à personne.