Enseignons-nous trop de choses aux enfants d’âge préscolaire, trop rapidement ?

Devrions-nous vraiment apprendre à lire et à écrire aux enfants d’âge préscolaire ? C’est peut-être une opinion impopulaire, mais je pense que la réponse est « non », et de nombreux experts sont d’accord. Lisez la suite pour savoir pourquoi.

Sommes-nous en train de nuire à nos enfants en leur apprenant trop de choses trop tôt ?

Devrions-nous vraiment apprendre à lire et à écrire aux enfants d’âge préscolaire ?

Permettez-moi de dire d’emblée que je pense que l’école maternelle peut être une expérience merveilleuse pour les enfants. Elle leur donne l’occasion de se socialiser et de rencontrer de nouvelles personnes. Souvent, ces personnes viennent d’horizons différents, ce qui permet à nos enfants de découvrir d’autres cultures et d’apprendre la diversité. Et oui, c’est aussi une expérience éducative formidable… quand c’est bien fait.

Voici le problème : je ne pense pas nécessairement que ce soit encore « bien fait ». Je pense que nous essayons d’enseigner trop de choses à de très jeunes enfants, trop rapidement, souvent au détriment de leur santé mentale. Maintenant, avant de vous lancer dans un commentaire de 500 mots pour dire à quel point vous pensez que j’ai tort, écoutez-moi. Si vous n’êtes toujours pas d’accord, n’hésitez pas à le dire.

Les écoles maternelles d’aujourd’hui apprennent trop de choses aux enfants, trop vite.

L’école maternelle était si différente quand nous étions petits qu’elle ne l’est aujourd’hui. Il est difficile de se souvenir exactement de ce que nous avons appris. Nous n’avions que trois ans, après tout. Pourtant, je parie que si vous vous concentrez sur les sentiments généraux que vous avez éprouvés à cette époque de votre vie, vous vous souviendrez à quel point vous vous êtes amusés. Nous nous sommes fait de nouveaux amis, nous avons joué à des jeux amusants et, oui, nous avons même appris des choses en cours de route.

Plus que tout, l’école maternelle nous préparait à la transition vers l’école des grands. Elle nous a appris à faire partie d’un groupe, ce qui était particulièrement bénéfique pour les enfants uniques. En fait, elle nous donnait les compétences sociales dont nous avions besoin pour réussir à l’école primaire. Si nous y allions, bien sûr. L’école maternelle n’est devenue populaire qu’à la fin des années 90 et au début des années 2000. Si nous n’y allions pas, pas de problème ! Nous avions une demi-journée de maternelle (avec sieste) pour nous aider à faire la transition.

Nous n’avons certainement pas passé toute la journée assis sur une chaise dure à apprendre à lire Guerre et Paix, à écrire le prochain grand roman américain et à résoudre des problèmes de calcul complexes. D’accord, j’exagère un peu, mais au rythme où vont les choses, ce n’est peut-être plus une exagération pour longtemps.

Les écoles maternelles d’aujourd’hui semblent passer de plus en plus de temps à se concentrer sur un programme scolaire strict et de moins en moins de temps à laisser les enfants être des enfants. Il y a un temps et un lieu pour tout, y compris pour les régimes d’apprentissage stricts. À mon avis, l’école maternelle n’est ni ce temps ni ce lieu.

L’école maternelle n’est ni le moment ni l’endroit pour un enseignement strict.

De nos jours, les enfants ont si peu d’occasions d’être simplement des enfants. À l’âge de 5 ans, nous attendons d’eux qu’ils restent assis à leur place pendant des heures, sans parler, sans remuer, sans même se lever pour s’étirer. S’ils ont beaucoup de chance, ils pourront peut-être sortir pendant 10 minutes pour la récréation. Bien sûr, de plus en plus d’écoles suppriment complètement la récréation, et il se peut qu’ils n’y aient même pas droit.

A l’âge de 8 ans, nos écoles commencent à faire passer des tests standardisés. Tous les plans de cours sont axés sur la transmission d’un maximum d’informations sur les mathématiques, les langues et les sciences au cours du premier semestre, afin que l’école puisse faire bonne figure en obtenant un excellent score. Des matières comme l’art, la musique et même la gymnastique sont reléguées dans la catégorie « spécial » et ne sont enseignées qu’une semaine sur deux.

Oubliez le collège et le lycée. Les devoirs deviennent pratiquement un deuxième emploi à temps plein (l’école normale est déjà le premier). Alors, que reste-t-il ? Quand nos enfants peuvent-ils vraiment être des enfants ?

La petite enfance et l’école maternelle. C’est tout. C’est tout ce qu’il leur reste. Les seules années « libres d’être moi » de toute leur vie. Maintenant on veut leur enlever ça aussi ? Ça me semble être une recette pour un désastre de santé mentale. Il s’avère qu’au moins quelques experts sont d’accord.

Que disent les experts sur le fait d’apprendre aux enfants d’âge préscolaire trop de choses, trop vite ?

Il s’avère que les experts ont beaucoup à dire sur le fait d’enseigner trop et trop vite aux enfants d’âge préscolaire. Passons en revue les points forts de certains des plus grands noms de la psychologie et du développement de l’enfant.

Les enfants d’âge préscolaire n’ont même pas la capacité cognitive de comprendre des sujets complexes.

Selon un article paru dans le Education Next Journal, David Elkind (professeur de développement de l’enfant à l’université Tufts) explique que les enfants d’âge préscolaire n’ont peut-être même pas la capacité cognitive de saisir certains des concepts complexes que nous essayons de leur enseigner. Prenez les mathématiques, par exemple.

Comme le dit Elkind, « ce n’est qu’à l’âge de six ou sept ans, lorsqu’ils ont atteint ce que Piaget appelle les « opérations concrètes », que les enfants peuvent construire le concept d’une « unité », la base pour comprendre l’idée des nombres d’intervalle. « 

Il conclut en disant : « Si nous voulons que tous nos enfants donnent le meilleur d’eux-mêmes, nous devons reconnaître que l’éducation les concerne eux, pas nous. » C’est vraiment ce dont il s’agit, n’est-ce pas ? Trop souvent, nous avons de grandes idées sur ce qui est dans l’intérêt de nos enfants sans penser aux êtres mêmes que nous essayons d’aider : nos enfants eux-mêmes.

La formation académique précoce peut causer des dommages à long terme

Sur Psychology Today, le Dr Peter Gray, auteur de Free to Learn, explique comment l’enseignement scolaire précoce peut en fait causer des dommages à long terme à nos enfants. Il commence par mentionner le nombre d’enseignants de maternelle qui sont en total désaccord avec cette nouvelle tendance préscolaire.

Le Dr Gray écrit : « Ils peuvent constater directement le malheur généré et ils soupçonnent que les enfants apprendraient des leçons bien plus utiles en jouant, en explorant et en socialisant, comme ils le faisaient dans les écoles maternelles et les jardins d’enfants traditionnels. Leurs soupçons sont bien validés par des études de recherche. »

Il évoque de nombreuses études pour étayer cette affirmation, mais l’une d’entre elles m’a vraiment interpellé. Une étude à long terme « bien contrôlée » a suivi des enfants de l’école maternelle jusqu’au début de l’âge adulte. Si, au début, les résultats scolaires semblaient confirmer l’idée d’enseigner aux enfants d’âge préscolaire des compétences scolaires complexes, les choses ont pris une tournure très différente lorsqu’ils ont atteint l’adolescence.

À l’âge de 15 ans, les enfants du groupe « instruction directe » avaient commis, en moyenne, plus de deux fois plus d' »actes d’inconduite » que ceux des deux autres groupes », écrit Gray. « Plus dramatique encore, à l’âge de 23 ans, une plus grande partie de ces enfants avaient un casier judiciaire.

Cela ne signifie pas qu’apprendre à votre enfant d’âge préscolaire à lire et à écrire va le transformer en criminel à vie. Cependant, cela montre qu’il n’est pas forcément judicieux d’enseigner autant de choses aux enfants à un si jeune âge.

Travailler sans s’amuser – une tendance inquiétante

Un document de recherche publié en 2009 par l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign explique que les parents et les enseignants qui « privilégient l’apprentissage traditionnel en classe au détriment du jeu libre et non structuré en maternelle et en jardin d’enfants peuvent en fait retarder le développement de l’enfant au lieu de l’améliorer ».

Selon Anne Haas Dyson, l’un des experts cités dans le document, le temps de jeu est une « avenue fondamentale » pour l’apprentissage. « Les enfants apprennent de la manière dont nous apprenons tous : par l’engagement, et par la construction », explique Mme Dyson. « Ils doivent donner un sens au monde, et c’est ce que le jeu ou toute autre activité symbolique fait pour les enfants. »

Elle explique également que « les tentatives des parents et des éducateurs de créer des enfants doués en les bombardant d’informations sont bien intentionnées mais finalement contre-productives. »

Si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, elle a mis le doigt sur le problème en disant « créer des enfants doués ». Plus que jamais, les parents d’aujourd’hui semblent être dans une sorte de compétition les uns avec les autres pour prouver qui a l’enfant le plus intelligent.

Le parent A commence la conversation en disant combien elle est fière que son enfant de maternelle ait lu tout seul un livre du Dr Seuss. Vous savez, quelque chose de relativement approprié à son âge. Le parent B intervient en disant : « Oh, c’est bien ! Bien sûr, Sally lisait Seuss à l’âge de 2 ans. » Puis, voici le parent C avec, « Seuss, shmoosh ! Ma Susie lisait Shakespeare à l’âge de 1 an ! » Personnellement, je pense que chaque enfant est « doué » et que ces étiquettes font plus de mal que de bien.

Les enfants méritent une chance d’être des enfants, et les écoles maternelles ne devraient pas prendre ça à la légère.

En fin de compte, les enfants méritent d’avoir la chance d’être simplement des enfants. Les écoles maternelles – ou même les écoles élémentaires – ne devraient pas les en priver. Elles doivent plutôt travailler avec la capacité naturelle de nos enfants à apprendre par le jeu. Le reste se mettra en place.

Laissez les enfants être des poèmes d’enfants

Dès l’âge de 5 ans, nos enfants passeront le reste de leur enfance ensevelis sous une montagne de devoirs scolaires. Leur donner un peu de temps pour être simplement des enfants ne va pas ruiner leur future réussite scolaire. Après tout, nous ne conjuguions pas les verbes à l’âge de 4 ans, et la plupart d’entre nous s’en sont bien sortis ! Oh, et lorsque vous serez prêts à envoyer vos enfants à l’école, n’oubliez pas de consulter cet article sur la façon d’éviter que les sacs à dos de vos enfants ne leur fassent mal au dos !