Il pourrait y avoir un lien entre l’estime de soi et les liens père-fille

Bien que nous ne pensions pas toujours à ce genre de choses, les relations que nous entretenons avec nos parents nous affectent de manière importante. Si vous êtes une fille, votre lien avec votre père peut avoir un rapport avec votre estime de soi, que vous vouliez l’admettre ou non.

En fait, selon le Dr Carol Langlois, qui a écrit pour Psych Central dans un article revu par le comité consultatif scientifique, une relation père-fille saine est « essentielle au développement d’une bonne estime de soi chez la fille ». Cela a beaucoup de sens, car lorsque vous êtes une petite fille, votre père est généralement la première figure masculine de votre vie, et c’est de lui que vous apprenez beaucoup. Si vous ne vous entendez pas avec votre père et que vous avez des problèmes dès le début, cela peut avoir des conséquences graves sur votre estime de soi à long terme.

Langlois a écrit ce qui suit sur le sujet :
Cette relation puissante entre le père et la fille commence vers l’âge de 2 ans et dure toute la vie, mais les années critiques (formatrices) sont de 2 à 4 ans. Les questions fondamentales qui accompagnent le développement à cet âge sont les suivantes : Est-ce que j’ai le droit d’être moi ? Suis-je libre d’explorer, d’expérimenter avec mon nouvel environnement et d’apprécier les choses vers lesquelles je gravite ?

Si les parents permettent à l’enfant d’être autonome, d’explorer et d’être répétitif dans ses actions, il grandira avec un sentiment d’autonomie. Il apprendra également à comprendre que les parents sont là comme une force unie de sécurité. Si le père exige trop de l’enfant à cet âge, qu’il ignore ses nouvelles compétences et ne lui permet pas de les exercer de manière répétitive, il ne pourra pas maîtriser son environnement et l’enfant risque de douter de lui-même.

Ce doute peut s’infiltrer dans la façon dont l’enfant se voit et limiter ses actions à mesure qu’il grandit. Des déclarations comme « Je ne peux pas participer à la pièce de théâtre de l’école. Je ne peux pas courir vite. Je ne peux pas participer au concours d’orthographe » peuvent être entendues à la maison. Cela l’amène à remettre en question ses actions et peut lentement se transformer en une faible estime de soi. Les parents peuvent l’étiqueter à tort comme « simplement timide » ou « prudente » alors qu’elle n’est ni l’un ni l’autre. Elle cherche des signes d’approbation ou de désapprobation de la part de ses parents au lieu d’explorer librement de nouvelles choses. Il n’y a pas de curiosité chez l’enfant, pas d’expérimentation, juste des règles qu’il a apprises. Cela peut être épuisant.

Si l’on n’y remédie pas, ces problèmes referont constamment surface à l’âge adulte. Nous continuerons à jouer notre rôle d’enfant si nous ne voyons pas et ne corrigeons pas les modèles négatifs. Pères, encouragez vos filles dès leur plus jeune âge à essayer de nouvelles choses, encouragez-les, permettez-leur de faire des erreurs. Donnez-lui des conseils lorsqu’elle vous en demande, regardez-la dans les yeux lorsqu’elle vous parle, soyez patients lorsque vous lui apprenez de nouvelles choses et prêtez-lui une épaule pour qu’elle puisse pleurer.

Après avoir lu cela, je suis sûr que cela a beaucoup plus de sens, n’est-ce pas ? Si vous avez une relation positive/bonne avec votre père et même votre mère, vous pouvez vous sentir plus confiant dans l’ensemble, n’est-ce pas ? Vous savez mieux ce que vous attendez d’un partenaire et vous êtes même plus à l’aise avec qui vous êtes en tant que personne, n’est-ce pas ? Parce que vous avez grandi d’une telle manière et que vous avez ces liens, vous êtes capable de créer des liens significatifs avec d’autres personnes également, vous êtes en avance sur certaines personnes à bien des égards.

Si votre père vous pousse à être vous-même et vous aide à avoir confiance en vous, vous allez assumer ces choses en grandissant, n’est-ce pas ? Plus vous vieillissez, plus cela va jouer dans votre vie. Ce n’est pas aussi complexe qu’il n’y paraît et c’est très logique.

Que pensez-vous de tout cela ? Pour ma part, je le vois bien dans ma vie, avec le recul. Vous voyez, mon père et moi n’avions pas une bonne relation et nous n’en avons toujours pas et, honnêtement, mon estime de soi est une chose avec laquelle j’ai toujours eu beaucoup de mal.