Il y a 3 types de pertes dans nos vies, et chacune nous enseigne quelque chose de différent

Car autant de choses que nous grandissons et gagnons dans la vie, dans des proportions égales, nous perdons, grandissons et nous éloignons des autres.

Mais nous ne répondons pas à toutes les pertes de la même manière. C’est une raison pour laquelle nous sommes si complètement dévastés face à certaines ruptures, mais neutres sinon reconnaissants envers les autres. Il existe un courant psychologique profond sous la surface de ces événements dans notre vie, dont nous n’avons souvent pas conscience.

Nous avons au final trois types de pertes différentes dans notre vie, et chacune d’elles est destinée à nous apprendre quelque chose sur nous-mêmes.

Peine d’amour
Le chagrin, c’est quand quelqu’un que nous aimons ne répond pas à nos attentes C’est quand les sentiments ne sont pas réciproques ou quand une personne qui nous est chère ne peut plus être dans nos vies. Le chagrin nous fait sentir vulnérable. La «douleur» n’est pas vraiment que quelqu’un nous ait fait mal, mais plutôt que nous resserrions nos cœurs et que nous voulions fermer la connexion afin de nous protéger.

Le chagrin est douloureux, mais ne nous fait pas souffrir. Le chagrin, c’est quand nous sommes fantômes, quand nous avons un petit ami occasionnel qui passe à autre chose. C’est quand nous perdons un membre de la famille, mais nous nous sentons reconnaissants d’être en paix. Bien que cela pique, le chagrin d’amour n’est pas une chose malsaine par nature. C’est une réponse naturelle à la perte. En réalité, Heartbreak nous enseigne ce que signifie aimer et nous fait apprécier ce que signifie avoir quelqu’un dans nos vies, car nous savons maintenant à quel point il est facile de les perdre.

Attachement
Contrairement au chagrin d’amour, la perte d’un attachement survient lorsque quelqu’un sur qui nous comptons pour obtenir une certaine stabilité fondamentale ou le sens de notre identité s’en va. Il est facile de confondre cela par amour, mais la différence est que, lorsque nous perdons un attachement, nous sommes dévastés au point de nous sentir incapables de fonctionner, ce qui sert généralement de catalyseur à une sorte de croissance autonome radicale ou soudaine. , ou changement de vie.

Lorsque nous perdons quelqu’un à qui nous sommes attachés, nous passons par un processus de désintégration radical et subissons souvent un changement radical dans notre idée de qui nous sommes, de ce que nous croyons et de notre position dans le monde. La souffrance de perdre un attachement est en réalité le résultat de la peur à laquelle nous étions confrontés avant de nous attacher à la personne qui n’est plus là. Cette peur est généralement liée au fait de se sentir instable, incertain ou incertain quant à notre avenir.

L’attachement nous enseigne finalement qui nous sommes vraiment, car dans le processus d’essayer de garder la relation intacte, nous sacrifions beaucoup de nos propres valeurs et notre propre sens de soi. La douleur extrême d’une perte d’attachement n’est pas la perte réelle de la personne, mais bien celle de ce que nous pensions être notre avenir.

Détachement
Enfin, le détachement est ce qui se produit lorsque nous lâchons volontairement une personne, car nous reconnaissons qu’elle n’est pas bonne pour nous, même si cela signifie que nous nous blessons un peu au cours du processus. Le détachement provient d’une réelle conscience de soi et d’une évolution personnelle. C’est quand nous ne nous attachons plus à ce qui ne nous sert pas simplement parce que nous avons peur.

Le détachement peut souvent créer le chagrin ou les sentiments qui accompagnent une perte d’attachement, mais la différence est qu’il s’agit d’une séparation que nous initions car nous avons suffisamment de clarté pour nous rendre compte que la relation n’est pas réellement bonne pour nous. D’autre part, le chagrin et l’attachement résultent souvent d’être abandonnés ou abandonnés, même si nous savons déjà que la relation n’est pas satisfaisante. Le détachement est un signe de maturité, la priorité donnée à notre avenir et notre bien-être à long terme.

Le détachement nous apprend à nous aimer d’abord. Cela nous apprend à être résilient. C’est un signe que notre but dans la vie n’est plus seulement de rester à l’aise. C’est la plus grande démonstration d’amour de soi. Se séparer d’une relation quand on sait que ce n’est pas juste est un signe que nous ne comptons plus sur les autres pour notre sens de la stabilité et de notre moi, et que c’est souvent le premier signe que nous sommes plus forts mentalement et émotionnellement plus libérés que jamais.