J’apprends à être là pour moi

 

J’apprends  que les relations peuvent être injustes et que mes efforts ne garantissent rien.

Je peux mettre à cent pour cent de faire du bonheur de quelqu’un d’autre ma priorité. Je peux dire et faire toutes les bonnes choses dans l’espoir de vaincre leur cœur indisponible. Je peux sacrifier mes propres intérêts et les placer au centre de mon monde.

Je peux faire tout ce qui est en mon pouvoir juste pour apercevoir un sourire sur leur visage. Je peux être la petite amie tolérante qui avale ses larmes et ne dit jamais non à un comportement douteux. Je peux déchirer mon coeur de ma poitrine et le leur remettre dans ma main ensanglantée.

La réalité est que rien de tout cela n’a d’importance s’ils ne ressentent pas la même chose envers moi. C’est une bataille perdue depuis le début et la vie est trop courte pour que je puisse les convaincre de changer d’avis.
À mon âge, je ne peux pas être aussi irresponsable. Je ne peux pas me permettre de mettre mon cœur dans la mauvaise personne et de croire aveuglément qu’elles ne me feront pas de mal. Je ne peux pas agir comme un enfant, sauter dans les flammes du danger sans se soucier des conséquences et blâmer tout le monde, sauf moi-même, de m’être brûlé. Je ne peux pas continuer à répéter mes vieilles erreurs et espérer des résultats différents. Je ne peux pas ignorer mon bien-être et m’attendre à ce qu’une personne soit la solution à tous mes problèmes.

Et lentement, j’apprends que la seule garantie que j’ai est pour moi.

Au lieu d’être toujours disposé à braver un feu nourri et à traverser l’océan rugissant pour quelqu’un, je devrais canaliser cet enthousiasme et cette détermination pour me construire à partir de zéro. Je ne devrais pas être si prompt à écarter ma valeur et à me pencher pour faire plaisir aux autres au détriment de moi-même. Je ne devrais pas être tellement enchaîné au passé ni craindre l’avenir que je perds de vue mon présent actuel. Je ne devrais pas trop me concentrer sur la recherche de quelqu’un qui m’aime quand je suis tout à fait capable de me donner tout l’amour du monde.

J’apprends lentement que ma vie n’est peut-être pas parfaite ni lisse, mais tant que je suis là pour moi et que tout ira bien.
La chronologie de mes médias sociaux montre une myriade de moments heureux de la part de mes amis et leur longue liste de réalisations qui rend l’absence de la mienne d’autant plus criante que les ex se déplacent et s’installent avec la fille de leur rêve, et tout le monde continue à la phrase suivante de leur vie si sans effort. Tout le monde semble avoir tout réuni et se rendre dans des endroits pendant que je me trouve ici en difficulté pour passer au jour le jour.

Mais lentement, j’accepte le fait que leurs succès ne signifient en aucun cas mon défaut.
C’est difficile d’être moi-même, car il me semble que je souffre moins bien que la moyenne. Je dois travailler d’arrache-pied pour arriver là où je veux. Mais je sais, c’est ce qui le rend si intéressant. La douleur, le dur labeur, les efforts exténuants et l’esprit sur le corps finissent par porter leurs fruits. En fin de compte, c’est le voyage et non la destination qui compte le plus.

À la fin de la journée, je suis fier de moi d’avoir survécu jusqu’à présent. Je suis fier des progrès que j’ai accomplis et je sais que j’y parviens.