Je ne t’oublierai jamais, mais je t’ai laissé partir.

Lentement mais sûrement, j’abandonnerai l’idée de nous, de nous deux. J’abandonnerai toute notion d’avenir, ces faibles espoirs que quelque chose de réel aurait pu naître de nous deux. Je regarderai les promesses de demain s’effacer, je regarderai hier s’effacer, morceau par morceau, moment par moment, larme par larme.

Et je serai libre.

Je briserai les chaînes qui m’empêchent de m’aimer juste parce que tu ne pouvais pas m’aimer comme j’en avais besoin. Je briserai les chaînes qui me gardaient prisonnière de ce beau gâchis qu’était toi. Je vais jeter la clé. Je vais m’essuyer les mains, jeter les restes de promesses et m’en aller. Sûrement avec des blessures et des bleus, pas indemne, cicatrisé et vaincu, mais toujours debout sur mes deux pieds.


Enfin, je vais te laisser partir.

Mais tout cela ne signifie pas que je vais t’oublier. Non. Je sais que je me souviendrai. Tu étais, et tu es toujours, bien trop importante pour moi. Tu m’as guéri, tu m’as aimé, mais tu m’as brisé complètement et profondément. Et ce n’est pas une marque qui disparaît, ni une blessure qui se guérit en quelques jours.

C’est le genre d’amour à sens unique qui laisse une blessure brûlante au coeur.

Je reconnais et j’accepte qu’il y a des moments où je penserai à toi. Et dans ces moments-là, je risque de souffrir. Je pourrais sourire. Mais pour être honnête, peut-être que je ne ressentirais rien du tout. Mais ce qui compte :

Je me souviendrai, mais j’irai de l’avant.

J’apprécierai ce que nous étions, ce que nous n’étions pas, et ce que tu m’as appris. Tu vas me manquer. Tu ne me manqueras pas. Que ce soit fini sera un soulagement. J’attendrai de pouvoir prendre un nouveau départ. Lâcher prise est un voyage. Mais c’est vraiment le seul moyen de se libérer. Fini de danser au bord d’un abîme parce que c’est confortable, et enfin prêt à plonger dans un océan d’incertitude, même si cela signifie que tu ne viens pas avec moi.

Mais le plus important, c’est une déclaration officielle que je me fais à moi-même : Je ne permettrai plus jamais à quiconque d’avoir une telle influence sur moi. A partir de maintenant, je suis mon propre maître. Chute libre, incertitude, peur, douleur, guérison, mais n’appartenant qu’à moi.*

Il n’y aura pas de différence.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121