Je suis sobre et c’est un cadeau pour mon esprit, mon corps et mon âme.

« La sobriété est le plus beau cadeau que je me sois jamais fait. » ~Rob Lowe

Pendant des années, j’ai essayé d’avoir une relation merveilleuse avec l’alcool et j’ai échoué.

Lorsque mes enfants étaient jeunes, je buvais beaucoup plus que ce qui était bon pour moi et je pensais me détendre, décompresser, socialiser et m’amuser. J’ai vu ma vie se réduire d’un monde avec beaucoup de liberté et d’énergie à un vide socialement contraint, et je voulais me sentir normale. Je voulais rejoindre d’autres personnes.

Toutes mes cartes d’anniversaire comportaient du gin ou du verre, tous les mèmes du vendredi après-midi sur les médias sociaux parlaient de « l’heure du vin » et je voulais faire partie de ce monde.

Ouvrir une bouteille de vin le soir me donne l’impression de changer de vitesse, de passer du stress à la détente et de prendre soin de moi. Ce n’est pas le cas ; l’alcool me réveille la nuit et me donne de faibles niveaux d’anxiété et un brouillard cérébral presque permanent.

Je ne suis pas fière du fait que je buvais quand mes enfants étaient petits. J’ai maintenant un profond sentiment de honte à propos de cette époque. Je m’étais créé une vie tellement heureuse – un mari et des enfants adorables, une belle maison dans une ville formidable avec des amis merveilleux. Qu’est-ce que je buvais pour m’échapper ?

De l’extérieur, j’avais tout, mais ce n’était pas le cas, je n’avais que la dépression.

Je suis une épouse et un membre de la famille, une mère de deux enfants, une employée et une indépendante ……. J’ai tous les rôles auxquels j’aspire, mais c’est trop.

Je ne savais pas comment me défaire de certaines de mes responsabilités et je ne savais pas comment faire face à tout ce qui se passait dans ma vie. L’alcool était le traitement que je méritais. Il m’a fallu un certain temps pour me rendre compte que l’alcool était un thème commun à mes mauvaises décisions, à ma fatigue et à ma nervosité.

Il m’a fallu beaucoup de temps pour me sentir piégé. Je savais que je voulais arrêter de boire, mais je m’inquiétais de ce que les gens penseraient de moi, de la façon dont je me sentirais dans les fêtes sans alcool et de la possibilité de me détendre correctement le week-end.

Je n’arrêtais pas de faire des allers-retours, de décider que je voulais arrêter de boire, puis de décider que je ne voulais pas ou ne pouvais pas. C’était un sacré manège. Lorsque j’ai eu 41 ans, j’ai finalement décidé d’arrêter de boire pendant un an, comme une petite expérience de vie. Je voulais voir ce que ça faisait de ne pas boire pendant une longue période.

J’ai décidé de prendre une décision audacieuse à l’automne 2019. J’ai dit à un groupe d’amis en ligne que j’avais l’intention de ne pas boire d’alcool pendant toute l’année 2020 et, une fois que je l’ai dit à voix haute, j’ai su que je devais le faire.

Cette étape de responsabilisation m’a vraiment aidé à avancer dans ma mission de sobriété. J’ai commencé à faire le compte à rebours jusqu’en 2020 (toujours en train de boire avec excès) et je me suis demandé comment cette expérience allait se dérouler.

À la fin de 2019, mon état d’esprit a commencé à changer. Au lieu de redouter le début de 2020, j’ai commencé à l’attendre avec impatience. J’ai fait des plans qui, je le savais, mèneraient à une année de sobriété réussie. J’ai lu des livres sur la sobriété, écouté des podcasts inspirants et regardé des films ou des documentaires qui ne présentaient pas l’alcool sous un jour séduisant. Je suis les personnes qui ont quelques pas d’avance sur moi dans leur parcours de sobriété. Je pose des questions et j’écoute les conseils.

J’ai pris mon dernier verre – rien de monumental – le 8 décembre 2019, je suis sorti avec des amis et je n’ai pas eu de gueule de bois le lendemain. C’était un non-événement total !

Je voulais une année sans alcool pour savoir si la vie serait aussi stressante, solitaire ou ennuyeuse que je l’avais laissé croire, ou s’il était possible de se détendre, d’entrer en contact avec les autres et de s’amuser sans boire. La gueule de bois et le brouillard cérébral empiraient. À la fin de la trentaine et au début de la quarantaine, je ne pouvais plus m’en tirer aussi bien qu’à la vingtaine.

Je veux être un parent plus patient – je ne veux plus précipiter égoïstement les enfants au lit parce que je veux retourner en bas et boire.

Je veux ne pas avoir la gueule de bois le week-end et profiter de mon temps libre.

Je veux maximiser mes choix nutritionnels – plus de choix de malbouffe à cause d’une faible ou d’une forte gueule de bois.

Je veux avoir une bonne nuit de sommeil et me réveiller reposée et prête à affronter la journée.

Je veux savoir que je me donne les meilleures chances de ne pas souffrir d’hypertension artérielle, de maladie cardiaque, de maladie du foie, de cancer du sein, de la bouche, de la gorge, du foie ou du côlon, de démence ou d’un système immunitaire affaibli.

J’ai passé toute l’année 2020 sans boire. Il y a eu des jours difficiles à passer, des événements difficiles à négocier et des conversations gênantes avec des amis, mais j’ai tout fait et tout cela en restant sobre.

En 2021, je sais que je ne retournerai pas à mes anciennes habitudes de consommation. J’ai changé ma relation avec l’alcool pour le mieux. Je suis une personne différente sur le plan physique, émotionnel et spirituel, et je ne veux pas recommencer à me sentir engourdie.

Il est facile de citer tous les avantages pour notre corps et notre esprit lorsque nous arrêtons de boire – un sommeil plus profond, une peau plus claire, une meilleure humeur, plus d’énergie et moins d’anxiété, pour n’en citer que quelques-uns – mais pour moi, la véritable transformation s’est produite quelques années plus tard. Je me sens plus ouverte spirituellement que je ne l’ai jamais été auparavant et je suis impatiente de voir ce qui va se passer pour nous tous sur ce chemin de la sobriété.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121