La vie normale me manque

Un jour, alors que je me promenais à l’extérieur, j’ai vu une petite fille monter dans son bus pour l’école. Et peu avant qu’elle ne descende, j’ai remarqué qu’elle portait un masque facial. Et cela m’a dérangé. Cela m’a dérangé parce que cela m’a rappelé à quel point les choses ont changé depuis que nous vivons tous dans une pandémie mondiale. Cela m’a rappelé à quel point toutes les choses qui étaient autrefois considérées comme normales me manquent. Et je dois dire que la sensation de normalité me manque vraiment. Toutes les choses qui me semblaient normales avant de vivre dans une pandémie me manquent.

Je m’ennuie de pouvoir sortir sans devoir prendre un masque et pratiquer la distanciation sociale. Il fut un temps où nous pouvions tous sortir sans avoir à nous soucier de faire ces choses.

Cela me manque d’aller à un brunch sans avoir à scanner un code pour accéder au menu sur mon téléphone. Qui aurait pu penser que cela deviendrait une chose courante ?

Cela me manque de voir les éducateurs s’illuminer lorsqu’ils parlent d’enseigner et de changer la vie des enfants. Je n’aime pas les voir stressés, en difficulté et aux prises avec un épuisement professionnel dû à l’apprentissage virtuel et aux responsabilités professionnelles accrues.

Cela me manque de donner les plus gros et les plus chaleureux câlins. Le genre de câlins qui donne une impression spéciale parce que vous tenez tellement à la personne que vous étreignez.

Aller à des concerts et écouter de la musique en direct me manque. Bien sûr, différents spectacles et performances peuvent être diffusés en ligne, mais il n’y a rien de tel que les vraies choses, comme avoir son talon de billet en souvenir et voir les premières parties. De plus, l’énergie de la foule et le pouls d’un stade font aussi la différence. C’est difficile de ne pas regretter tout cela.

Cela me manque de passer des heures dans les cafés et les librairies qui existent encore. Il y a quelque chose de spécial à se détendre dans un café ou une librairie, une boisson chaude à la main, et à feuilleter autant de livres que l’on veut, aussi longtemps que le magasin est ouvert. On ne sait jamais ce que l’on peut trouver qui nous intéresse.

Cela me manque de planifier des voyages. Cela me manque de regarder les prix des meilleurs hôtels et des destinations que j’ai toujours voulu visiter. Peut-être que j’en aurai encore l’occasion un jour.

Cela me manque d’aller au salon de coiffure sans avoir à porter un masque pendant tout le rendez-vous. Ce n’est pas un problème majeur, mais avant que les choses changent, c’était cool d’entrer dans un salon et de sentir l’énergie des autres femmes dans la pièce qui riaient, discutaient et répandaient toutes sortes de thé entre elles et avec les différents stylistes.

La normalité d’un rendez-vous régulier chez le dentiste me manque. Cela me manque d’attendre dans le hall d’entrée et de feuilleter des magazines périmés au lieu de devoir m’asseoir et attendre dans ma voiture à cause de la distance sociale. Je n’aurais jamais imaginé devoir attendre dans ma voiture jusqu’à l’heure de mon rendez-vous, faire prendre ma température, puis prendre du désinfectant pour les mains avant d’entrer pour un nettoyage de routine.

Les massages me manquent, tout comme le fait d’évacuer de mon corps le stress et les tensions que j’ai accumulés. Je ne suis pas sûre que les massages soient sans danger pendant cette période.

Cela me manque d’aller à l’église le dimanche et d’entrer dans un bâtiment rempli de familles, de sourires, de musique de louange et de joie. Je sais que certaines églises diffusent maintenant leurs services en ligne, mais ce n’est pas pareil.

Regarder les sports et voir des foules de fans remplir les stades pour encourager leurs équipes préférées me manque. Il n’y a rien de tel que d’encourager son équipe favorite et d’espérer la voir remporter une nouvelle victoire. C’est un sentiment passionnant.

Cela me manque d’aller aux événements sportifs locaux, de boire de la bière et des hot-dogs hors de prix, et de m’asseoir dans les tribunes, de tout voir, surtout au printemps et en été.

Aller au cinéma me manque. Faire la queue pour les billets me manque. L’odeur du pop-corn au beurre me manque, ainsi que de savoir où je veux m’asseoir pour avoir l’un des meilleurs sièges de la salle. Je m’ennuie aussi de toutes les bandes-annonces qui passent avant le début des films.

Cela me manque de sortir avec mes amis et de rester dehors aussi tard que nous le voulons sans couvre-feu obligatoire. Je comprends que les couvre-feux et les règlements sont en place pour assurer notre sécurité, mais c’est toujours agréable de se retrouver entre amis quand on le peut. Personne ne devrait avoir à traverser cette période seul.

Cela me manque d’aller à la salle de sport pour une bonne séance d’entraînement et de repartir avec le sentiment d’avoir botté des fesses sur une autre machine elliptique.

Le trajet vers le travail, qui donnait à ma journée un rythme et une routine réguliers, me manque. Essayer de se frayer un chemin dans les embouteillages, ça craint parfois, mais au moins c’était normal.

Ce qui est normal me manque, vous savez ? Les choses de tous les jours que certains d’entre nous prenaient pour acquises. Elles me manquent tellement. Et je sais qu’on ne reviendra peut-être jamais à ce qui était, mais j’ai hâte de voir les choses changer pour le mieux. Mec, je suis impatient.