Le manque d’autorité des parents. Voici pourquoi votre enfant ne vous prend pas au sérieux.

J’ai travaillé pendant dix ans comme enseignante en maternelle. Et j’ai vu beaucoup d’enfants qui s’en sortaient mieux que leurs parents.

Par exemple, un jour, une mère a amené sa fille de trois ans à l’école maternelle avec une pièce de monnaie dans la main. J’ai expliqué à la mère qu’elle ne pouvait pas laisser entrer sa fille avec la pièce, non seulement parce que l’argent traînait et était sale, mais aussi parce qu’elle risquait d’avaler la pièce.

Ou qu’un autre enfant pourrait l’avaler. C’est dangereux. Mais sa mère m’a donné une justification qui m’a laissé sans voix : « Je ne pouvais pas le lui prendre ». C’est l’exemple parfait d’une situation dans laquelle un enfant frappe un parent.

Il n’existe pas d’univers dans lequel une mère pleinement compétente ne peut pas enlever un petit objet à son enfant. Mais parfois, les parents laissent leurs enfants prendre le contrôle sans comprendre ce qu’ils font réellement et les conséquences que cela peut avoir sur leur relation avec leur enfant.

Il y a une différence entre encourager un enfant à être autonome et lui donner une pleine autorité.

Encourager un enfant à être autonome signifie lui apprendre à faire les choses par lui-même et à réussir.

Donner à un enfant l’autorité sur ses parents, c’est inverser l’ordre naturel, ce qui met effectivement l’enfant en danger.

Il n’est ni sain ni sûr pour les enfants d’avoir de l’autorité sur leurs parents.

De cette manière, les parents ne peuvent pas aider leur enfant à apprendre. L’autorité est nécessaire pour être un bon enseignant, mais aussi un bon père.

Il existe plusieurs situations dans lesquelles les parents cèdent involontairement de l’autorité à leurs enfants, sapant ainsi leur autorité. En voici quelques exemples :

1. Ils tolèrent la paresse.

Ils laissent les enfants faire des dégâts et nettoient ensuite.

2. Ignorez le manque de respect.

Lorsque vous ignorez le manque de respect d’un enfant, vous lui donnez la permission d’ignorer vos droits parentaux.

3. Vous êtes incapable de persévérer dans la discipline.

Notre incapacité à agir, c’est-à-dire à appliquer les conséquences d’un mauvais comportement (quelle que soit la punition dont nous avons menacé l’enfant), est un signal pour l’enfant que nous n’avons pas assez de pouvoir pour faire ce que nous avons dit que nous ferions.

4. Permettez une obéissance différée.

L’obéissance retardée ne fera pas de mal jusqu’à ce que les enfants sentent qu’ils ont le droit de se rebeller et commencent à utiliser cette tactique de plus en plus souvent.

5. Ne laissez pas l’enfant pleurer.

Les enfants remettront en question les limites. Il est difficile de leur dire « non », mais vous savez ce qui est bon pour eux. Accéder à tous les souhaits de ne pas laisser un enfant pleurer n’est pas une excuse.

L’autorité est maintenue en partie en disciplinant les enfants. Ce n’est pas une partie de plaisir, mais c’est nécessaire pour que les enfants deviennent des personnes qui réussissent.

Comment pouvez-vous être cohérent et affirmer votre autorité ?

Les pleurs de vos enfants peuvent facilement vous faire oublier vos règles de discipline. Le travail, le stress et tous vos autres engagements peuvent également vous inciter à baisser votre garde et à pardonner plus facilement le comportement désobéissant de vos enfants.

Mais tu dois te ressaisir. Voici quelques moyens simples pour être cohérent et ne pas perdre l’autorité :

1. Travaillez avec votre partenaire

Votre partenaire est votre meilleur allié lorsqu’il s’agit de faire durer la discipline des enfants. Vous devez tous deux être du même côté (oui, cela peut être difficile si l’un est plus indulgent et l’autre plus strict).

Découvrez comment votre partenaire perçoit votre rôle parental et convenez de règles de base. Ensuite, tenez-vous-en à ce que vous avez dit et appliquez les conséquences appropriées si nécessaire.

2. N’établissez pas trop de règles

Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire. Nous avons souvent l’impression que lorsque les enfants sont impolis, il est préférable d’établir une règle pour chaque mauvaise action qu’ils ont commise et de déterminer la punition appropriée.

Le problème est que vous ne vous souviendrez pas de toutes les règles et conséquences, et les enfants non plus ! Si vos enfants ne se souviennent pas des règles parce qu’il y en a trop, comment voulez-vous qu’ils les suivent ?

Facilitez les choses pour vous et vos enfants. Choisissez les comportements qui nécessitent le plus d’efforts, établissez des conséquences claires en cas de non-respect de ces règles et respectez-les. Lorsque le comportement s’améliore, passez au problème suivant.

3. Essayez de déterminer quel comportement est le plus problématique et quel comportement est simplement enfantin et innocent.

Par exemple, si un enfant parle mal aux personnes plus âgées ou leur donne des coups de poing, cela entre dans la catégorie des comportements qui nécessitent une discipline, alors qu’enlever ses chaussures dans un lieu public et oublier constamment de manger sa soupe avec une cuillère ne sont pas des comportements qui nécessitent une discipline.

Vous pouvez continuer à rappeler aux enfants de mettre leurs chaussures ou d’utiliser leur cuillère, mais ne les punissez pas chaque fois qu’ils oublient.

4. Ne faites pas de menaces vides.

Ne dites pas que vous allez jeter tous les jouets si les enfants ne les rangent pas la prochaine fois. Vous savez que vous ne le ferez pas (j’espère que non, car c’est trop extrême).

Au lieu de cela, si vous appliquez une punition, assurez-vous qu’elle est appropriée au comportement que vous punissez. Ainsi, vous tiendrez votre parole.

5. Permettez aux enfants de pleurer

Je sais que beaucoup vont me condamner pour cela, mais écoutez-moi bien. Ne pas laisser un enfant pleurer n’est pas juste pour lui. Cela les empêche de ressentir les émotions auxquelles ils sont confrontés.

Mais en quoi cela sape-t-il votre autorité parentale ? C’est très simple. La seule façon de ne jamais laisser votre enfant pleurer est de répondre à tous ses besoins. Cela fait de vous un serviteur, et non un parent.

Il vous tient dans sa main et vous perdez tout contrôle. C’est l’enfant qui fixera les limites. Il verra jusqu’où il peut aller.

Bien sûr, il demandera des bonbons. Pleurera-t-il s’il n’obtient rien ? Probablement. Et bien sûr, il sera très difficile de regarder ces grands yeux larmoyants et cette lèvre inférieure gonflée et frémissante.

Cependant, il n’est pas sain pour les enfants d’avoir tout ce qu’ils veulent. En tant que parent, vous devez accepter que les enfants doivent parfois souffrir un peu pour apprendre d’importantes leçons de vie.

Votre travail de parent consiste à les guider et vous ne pouvez pas le faire si les enfants sont les figures d’autorité de votre relation.