Le tambourinage collectif synchronise les battements de cœur et accroît le travail d’équipe, selon la recherche

Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse

Si vous avez déjà été assis dans un cercle de percussions ou même si vous avez simplement été déplacé pour danser sur un rythme particulier, vous comprendrez déjà quelque chose au sujet du pouvoir des percussions. Des recherches sont en cours sur les bienfaits thérapeutiques et curatifs du tambour, ainsi que sur la manière dont le tambour peut aider à prolonger et à maintenir la santé cognitive. Cette année, de nouvelles recherches ont également révélé comment le fait de jouer du tambour en groupe peut entraîner la synchronisation des rythmes cardiaques, ce qui peut améliorer les performances du groupe dans d’autres tâches sans rapport avec le jeu.

Dans cette dernière recherche, les scientifiques de l’université Bar-Ilan et de son centre de recherche multidisciplinaire sur le cerveau se sont associés au département de musique pour explorer comment le tambour peut contribuer à la cohésion du groupe et au travail d’équipe. L’étude, publiée en mai dans la revue Scientific Reports, a porté sur 51 groupes de trois participants chacun, dont les données cardiaques, y compris l’intervalle de temps entre les battements de cœur individuels (IBI), ont été surveillées en permanence

Chaque membre de chaque groupe a participé par le biais d’un pad de batterie faisant partie d’une batterie électronique partagée avec les autres membres du groupe. Il leur a été demandé de faire correspondre leur batterie à un rythme qui était joué sur des haut-parleurs. La moitié des groupes ont reçu un rythme régulier et prévisible à suivre, tandis que l’autre moitié a reçu un rythme en constante évolution à travailler. Cela signifie que les chercheurs ont pu analyser les efforts de synchronisation entre les membres des groupes, tout en examinant les changements dans l’IBI au cours de l’expérience, qui se sont avérés synchronisés.

Il a ensuite été demandé à chaque groupe d’improviser ensemble, et il a été constaté que les groupes qui avaient montré les plus hauts niveaux de synchronisation pendant la tâche initiale ont également montré une plus grande coordination et synchronisation pendant les improvisations – à un niveau statistiquement significatif, au-delà de ce que l’on pourrait attendre du hasard.

Les chercheurs émettent l’hypothèse que le fait de jouer du tambour ensemble, et la coordination comportementale que cela requiert, contribue à créer des liens au sein d’un groupe, et améliore ainsi leur capacité à bien jouer ensemble en tant qu’ensemble cohésif. Cela peut avoir des implications importantes pour la coopération humaine et le travail d’équipe à plus grande échelle.

CLIQUEZ SUR LA PAGE SUIVANTE CI-DESSOUS POUR CONTINUER À LIRE…

Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse