L’éducation viking : mon enfant ne sait ni lire ni écrire, mais il sait faire un feu de joie.

J’étais sur le point de boire ma première tasse de café de la journée quand un SMS est apparu. Elle venait de la troupe de scouts de mon fils et je pensais que c’était une invitation à cuisiner quelque chose.

Au lieu de cela, il a dit, « Nous avons un feu de camp jeudi prochain ! » Il a dit. Il a dit. Apportez une dague ! »

Il a sept ans. Et il n’a pas rejoint un gang : nous vivons au pays des Vikings. Nous avons déménagé il y a de nombreuses années.

J’ai déménagé dans le nord avant de devenir parent, et j’ai été surprise de ce à quoi j’ai dû faire face. J’ai maintenant trois enfants et je suis réformé.

Mon enfant de sept ans a sa propre boîte à outils avec un marteau, une scie et un tournevis (plat et plus). En Scandinavie, ils ne lisent pas avant huit ans, donc ils savent à peine lire, mais ils savent construire un bateau et allumer un feu de camp.

Mes jumeaux d’âge préscolaire ont participé aux redoutables « scouts familiaux ». En fait, il s’agissait de regarder des petits enfants sculpter, manier des haches et jouer avec des allumettes.

C’est à ce moment-là que j’ai entendu le désormais célèbre mantra familial.

<< Vous pouviez tenir une scie à l’âge de quatre ans ! >>

L’enfant concerné était âgé de deux ans.

Dans une garderie typique, on fait une randonnée de 5 km et on joue dehors, qu’il neige ou qu’il pleuve.

Ils rentrent chez eux avec des coupures, des bleus et (très rarement) des yeux au beurre noir.

Mais ils s’en moquent. Après des années de recherche sur le bonheur et la tristesse, nous savons qu’il est important pour les enfants de faire l’expérience du risque et de l’inconfort dans la nature afin de survivre dans la société moderne.

Ce n’est un secret pour personne que le temps passé dans la nature est bon pour la santé, mais la recherche a également montré que le temps passé dans la nature augmente la résilience.

Vous pouvez tomber, vous couper ou vous faire piquer par des orties. Il pourrait pleuvoir. Il pourrait faire froid. Nous devrons supporter d’innombrables autres désagréments.

Mais ces choses nous rendent plus forts. Sortir de chez soi et passer du temps dans la nature renforce notre réflexion face aux grands problèmes. Des chercheurs de l’université d’Aarhus, au Danemark, ont constaté que les enfants qui passaient plus de temps à jouer dehors dans des espaces verts étaient moins susceptibles de souffrir de maladies mentales à l’âge adulte.

Les chercheurs norvégiens Ellen Sanzter et Leif Kenea ont étudié le jeu d’aventure des enfants dans une perspective évolutive et ont constaté qu’il élargit progressivement les capacités d’adaptation des enfants et leur permet de relever des défis plus importants.

Un examen des recherches sur le stress publié en 2013 a conclu que l' »inoculation du stress » est une forme d’immunité contre les facteurs de stress ultérieurs, de la même manière que les vaccins nous protègent contre les maladies.

Et si nous ne protégeons pas les enfants de ces facteurs de stress, nous pouvons accumuler des problèmes plus tard dans la vie.

Les chercheurs craignent que si les enfants ne sont pas en mesure de participer à des jeux d’aventure adaptés à leur âge, cela pourrait entraîner des problèmes psychologiques à l’avenir, tels qu’une « tension accrue ».

Parce que c’est ce que nous essayons d’atteindre. Aujourd’hui, les enfants passent deux fois moins de temps à jouer en plein air que leurs parents, et moins d’un quart des enfants en France utilisent régulièrement un « jardin naturel » familier, alors que plus de la moitié des adultes en utilisaient un quand ils étaient enfants.

Moins de 10 % des enfants jouent régulièrement dans la nature, contre environ la moitié il y a une génération. Et les enfants sont plus susceptibles de souffrir de problèmes de santé mentale.

Pour les personnes nées après 1994 (iGen ou génération Z), les niveaux d’anxiété et de dépression sont plus élevés que jamais. En France, les statistiques montrent une augmentation spectaculaire du nombre de personnes de la génération Z traitées pour des problèmes de santé mentale.

La génération précédente a connu les guerres mondiales.

Mais les enfants d’aujourd’hui souffrent encore plus parce qu’ils sont moins capables d’y faire face.

Bien sûr, il existe de nouvelles pressions, comme les réseaux sociaux et les pandémies mondiales. Mais les guerres le sont.

Il existe pourtant des moyens simples d’améliorer la situation. Le Dr William Bird, consultant médical auprès de Natural England, a déclaré. Le plein air peut être considéré comme une grande pratique ambulatoire dont la valeur thérapeutique n’a pas été pleinement exploitée.

D’autres pays sont plus raisonnables. Dans certaines régions de Scandinavie et d’Allemagne, les enfants sont souvent amenés à se débrouiller seuls dans la nature.

En Allemagne, le « risque » est intégré au jeu afin que les enfants développent une « compétence en matière de risque ». Une vaste étude a révélé que « les enfants qui améliorent leur motricité sur les terrains de jeu dès leur plus jeune âge sont moins susceptibles d’avoir des accidents lorsqu’ils grandissent ».

Les enfants Viking courent, sautent, grimpent, tombent et se remettent sur leurs pieds.

Ils passent des heures chaque jour dans la nature. Parfois, ils se sentent froids, humides et mal à l’aise. Mais ils s’en sortent. Ils apprennent à se débrouiller dès leur plus jeune âge.

La vie en plein air, appelée « friluftsliv » (vie en plein air), est une référence en Norvège. Il s’agit d’une ancienne religion norvégienne qui a aidé les Norvégiens et leur spiritualité à surmonter la pandémie.

Lors de mon dernier voyage, j’ai été étonné de voir des Norvégiens prendre du frilhtsliv par un froid glacial, alors que leurs cils étaient gelés. C’est ce que j’appelle un engagement.

Je pense que les enfants ont le droit de geler de temps en temps, de mourir de faim de temps en temps, de se gratter de temps en temps et de saigner de temps en temps », déclare le sociologue norvégien Gunnar Breivik.

Il dit même que si un enfant n’a pas cassé quelque chose à l’âge de 18 ans, « vous êtes un mauvais parent ». Une terrible prémonition ? Oui, brillant ? C’est possible.

En regardant mon fils de sept ans se suspendre à un arbre par un bras, je me suis dit : « Il ne me reste que neuf ans à vivre. Bonne chance.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121