Les neuroscientifiques affirment que nos cerveaux peuvent voir l’avenir

Une étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Glasgow est peut-être parvenue à une conclusion assez intéressante. Notre cerveau pourrait-il prédire l’avenir?

Cette étude a été publiée dans la revue Nature Scientific Reports et apporte une compréhension beaucoup plus profonde du fonctionnement de notre cerveau et de nos yeux. Cette recherche a été dirigée par le professeur Lars Muckli et, pour cette recherche, ces neuroscientifiques ont utilisé l’IRMf ainsi qu’une illusion visuelle pour montrer comment le cerveau anticipe l’information qu’il verra lors du prochain mouvement des yeux. Vous voyez, nous bougeons les yeux environ 4 fois par seconde, ce qui laisse notre cerveau traiter toute cette nouvelle information visuelle toutes les 250 millisecondes.

Un communiqué de l’Université de Glasgow explique ce qui suit:
Si vous déplaciez votre caméra vidéo aussi souvent, le film semblerait nerveux. La raison pour laquelle nous considérons toujours le monde comme stable est que notre cerveau pense à l’avenir. En d’autres termes, le cerveau prédit ce qu’il va voir après avoir déplacé vos yeux. L’étude révèle également le potentiel de l’IRMf pour contribuer à ce domaine de la recherche en neurosciences, car les auteurs sont capables de détecter une différence de traitement de seulement 32ms, beaucoup plus rapidement que ce que l’on pensait habituellement avec l’IRMf.

Vous voyez, nos cerveaux pensent en avant de notre vue. Ils devinent ce qu’ils sont sur le point de traiter et ensuite, ils le sont. Muckli a déclaré que «cette étude est importante car elle montre comment l’IRMf peut contribuer à ce domaine de la recherche en neurosciences. De plus, trouver un mécanisme réalisable pour le fonctionnement du cerveau contribuera à l’informatique artificielle inspirée par le cerveau et à l’intelligence artificielle, tout en facilitant notre enquête sur les troubles mentaux.

Cette étude s’intitulait «Réactions prédictives à la V1 dynamiquement mise à jour avec des entrées sensorielles». Elle était financée par le Conseil de recherche en biotechnologie et en biologie et par une subvention de projet sur le cerveau humain. C’est assez intéressant d’apprendre de telles choses. Vous voyez, les informations visuelles sont, bien sûr, reçues des yeux mais notre cerveau doit fonctionner plus vite que nos yeux. Le scientifique Gracie Edwards, scientifique, explique que les informations en retour que nous recevons de notre cerveau peuvent influer sur notre perception de la source de données (informations visuelles traitées par le cerveau) basées sur nos souvenirs et des événements similaires.

Que penses-tu de tout ceci? Pour ma part, je trouve cela assez fascinant.