Les personnes déprimées utilisent plus souvent ces 6 mots

Avec plus de 300 millions de personnes dans le monde confrontées à la dépression, on peut dire sans se tromper que nous avons une épidémie sur les bras. Et avec certaines des choses qui se passent en ce moment, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi.

Tout ce que vous faites, de la façon dont vous interagissez avec les gens qui vous entourent à la façon dont vous dormez et même à la façon dont vous bougez, la dépression a changé à peu près tout. Ce changement est perceptible surtout dans votre façon d’écrire et de parler. Si vous avez déjà entendu l’expression « langage de la dépression », vous savez qu’elle a un effet puissant sur les autres.

Pensez à vos musiciens préférés qui sont malheureusement décédés : Kurt Cobain, Layne Staley, ou Chester Bennington. Que vous ont dit leurs chansons les plus populaires ? La façon dont ils écrivaient était un indicateur majeur de ce qu’ils ressentaient à l’intérieur, et leur vie s’est malheureusement terminée par un suicide après avoir lutté contre la dépression pendant de nombreuses années.

Une nouvelle étude, publiée dans la revue Clinical Psychological Science, vient de révéler une catégorie de mots permettant de prédire avec précision si une personne souffre de dépression. Certains des mots et phrases les plus courants évoqués dans l’étude sont présentés ci-dessous. Évidemment, si vous n’êtes pas un professionnel de la santé, vous ne pouvez pas diagnostiquer une maladie telle que la dépression. Toutefois, si vous prêtez attention aux mots utilisés par vos proches, vous pourriez potentiellement avoir un impact durable sur leur vie.

Mots et phrases courants qui peuvent signaler une dépression :

« Moi », « moi-même » et « je ».
Ce type de pronom suggère que les personnes souffrant de dépression sont davantage centrées sur elles-mêmes et moins connectées aux personnes qui les entourent. Selon les chercheurs, ces pronoms négatifs sont en fait plus fiables pour identifier la dépression que les mots d’émotion négative.

« Toujours » et « jamais »
L’étude a révélé que les personnes présentant des symptômes importants de dépression avaient tendance à parler dans un langage absurde. Donc, si vous entendez un proche répéter des choses comme « Ce genre de choses arrive toujours » ou « Je ne serai jamais capable de faire ça », faites attention.

« Je devrais… »

Le fait de toujours se concentrer sur les choses que vous « devriez » ou « ne devriez pas » faire fait partie de la pensée en noir et blanc qui est fortement associée à la dépression.

« Les pensées de dégoût de soi et une image négative de soi sont souvent présentes dans la dépression, donc les « devrais » sont un symptôme de ce type de pensée étroite et rigide », explique le Dr Serani.

« Je ne peux pas… »
Cette phrase est délicate car les personnes dépressives sont souvent littéralement « incapables » de faire la vaisselle ou de se lever du lit – et bien sûr, elles « ne peuvent pas » s’en sortir.

Beaucoup de personnes déprimées utilisent aussi beaucoup le mot « ne peut pas », comme dans « je ne peux pas faire ceci, je ne peux pas le faire, je ne peux pas me sentir mieux, je ne peux pas faire mon travail, je ne peux pas sortir du lit, je ne peux pas faire en sorte que les choses aillent bien », explique le Dr Serani. « La maladie de la dépression a verrouillé la possibilité de beaucoup, beaucoup de choses ».

« Je vais bien »
L’un des principaux signes de la dépression de haut niveau est la pensée que vous vous en sortez ou que vous « allez bien ». Une enquête de Women’s Health a révélé que de nombreuses femmes font l’effort de cacher leur dépression à leurs amis et à leur famille, plutôt que d’essayer de se faire aider. Si vous avez un proche qui va toujours « bien », vous devriez faire plus attention. Les personnes qui utilisent cette phrase pourraient se sentir trop faibles ou vulnérables pour demander de l’aide.

« À quoi bon ? »
La dépression est malheureusement l’une des maladies les plus mortelles, car tous ces sentiments peuvent devenir écrasants et vous donner envie d’abandonner la vie.

« Si vous pensez qu’il n’y a aucun moyen de se sentir mieux, et que rien ne peut changer, vous voulez que tout s’arrête », explique le Dr Serani. « Alors, vous croyez que la mort est le moyen d’améliorer les choses ».

Les proches qui expriment une inutilité de vivre, qui se sentent pris au piège ou qui pensent qu’ils « ne peuvent pas continuer », peuvent déjà avoir des pensées suicidaires.

Bien qu’il y ait beaucoup de mots et de phrases mis en évidence ici, vous pouvez en trouver d’autres en cliquant ici.

Si vous ou une personne que vous connaissez envisagez le suicide, voici quelques ressources qui pourraient vous être utiles :

-Chattez avec la National Suicide Prevention Lifeline sur chat.suicidepreventionlifeline.org.