LES SIGNES DE MATURITÉ ÉMOTIONNELLE

Les personnes ne commencent pas toujours la thérapie avec pour objectif principal le développement personnel, mais elles laissent presque toujours croire qu’elles sont un meilleur être humain. Après plusieurs années à aider les gens à améliorer leur conscience de soi, leur efficacité personnelle et leur estime de soi, voici neuf points communs que je remarque devenir plus évidents à mesure que mes clients grandissent:

1. Vous remarquez et verbalisez (avec calme) lorsque vous vous trompez.

Il est beaucoup plus facile d’être défensif et de nier toute responsabilité, ou d’être submergé par la honte de notre acte d’imperfection ou d’ignorance. Être capable de reconnaître que nous avons tort prend de l’humilité, de la compassion et du courage.

2. Vous êtes conscient de vos préjugés.

Nous avons tous des préjugés et des préjugés innés. Il est impossible de ne pas: nous sommes socialisés dans un monde stéréotypé. Il est donc important d’apprendre à cultiver une conscience active de ces préjugés et préjugés et à examiner comment ils pourraient influencer nos décisions et nos actions. Demandez-vous où vous pratiquez peut-être une discrimination (subtilement ou non) et comment vous pouvez commencer à contrer ces comportements enracinés.

3. Vous reconnaissez votre privilège et l’utilisez à bon escient.

Je suis une Canadienne blanche en âge de procréer, blanche, capable, hétérosexuelle, éduquée, employée, anglophone, parfaitement cognitive, en bonne santé physique et affective et vivant dans un quartier sécuritaire. Autre que d’être une femme née, je suis assez privilégiée. Je sais ça. Je reconnais que beaucoup de choses dans la vie me viennent plus facilement qu’une personne qui porte de multiples niveaux d’oppression.

Bien sûr, j’utilise parfois mes privilèges d’une manière qui n’aide pas activement notre société. Mais j’essaie aussi d’en tirer parti, de faire ce que je perçois pour rendre le monde meilleur, par exemple en éduquant les autres ou en renforçant et en amplifiant la voix de ceux dont les perspectives sont rejetées en raison de l’oppression. Ignorer l’existence de ce privilège et de l’oppression est un moyen passif de le renforcer. Savoir quand et comment se tenir derrière ceux que la société nous dit de rejeter va souvent de pair avec l’amélioration de soi.

4. Vous avez créé un espace entre ressentir et réagir.

En pratiquant la pleine conscience, nous pouvons augmenter le temps entre ressentir une émotion particulière et y réagir. Nous acquérons une impression d’espace en ce qui concerne la manière dont nous observons nos émotions – plutôt que de nous accrocher immédiatement à nos sentiments et de réagir instinctivement, nous apprenons d’abord à observer, puis à réagir plus attentivement et de manière plus productive.

5. Vous vous permettez sciemment d’être vulnérable et autorisez des sentiments difficiles.

Le perfectionnisme nous dit de rester dans une boîte où nous nous sentons à l’aise, certains et en contrôle. Cela nous dit de manipuler notre environnement pour ne jamais nous sentir vulnérables, nécessiteux ou incertain. Cela nous protège de nos craintes d’échouer, de nous embarrasser et de nous faire rejeter. Et malheureusement, beaucoup d’entre nous manquent beaucoup de vie à cause de cela. Donc, si vous avez récemment ressenti des sentiments inconfortables et que vous les avez reconnus, vous progressez dans la bonne direction, même si vos impulsions perfectionnistes vous disent le contraire.

6. Vous êtes compatissant envers vous-même et les autres.

Le jugement est au cœur de la haine. C’est ce qui alimente des relations malsaines avec nous-mêmes et avec les autres. Si vous avez appris ou êtes en train d’apprendre à être plus compatissant, pas seulement envers les autres mais aussi envers vous-même, vous vous rapprochez de l’illumination.

7. Vous savez quand, qui et comment demander de l’aide.

Les clients insistent souvent sur le fait qu’ils veulent « être indépendants » et « ne pas compter sur personne ». Et pourtant, ils sont venus en thérapie, ce qui en soi est un acte (généralement sage) de demander de l’aide. Savoir quand tendre la main n’est pas un signe de faiblesse, mais un signe de courage et de débrouillardise.

8. Vous savez quand arrêter et quand persévérer.

Une fois, j’ai fait une retraite Vipassana comportant 10 jours sans conversation, lecture, écriture, musique, exercice ou contact avec les yeux – et très peu dormi. N’eût été de mon ego, je serais parti même après le cinquième jour. La plupart du temps, je n’ai pas trouvé la pratique qui servait et je ne m’amusais pas. Avec le recul, je sais que c’est la peur d’être perçu comme un «lâcheur» qui m’a empêché d’y rester. Souvent, nous laissons notre ego diriger notre comportement et le résultat est destructeur. Savoir quand entrer dans Child’s Pose, fermer son ordinateur pour la journée ou mettre fin à une relation sont autant de signes de limites saines et d’intelligence émotionnelle.

9. Vous avez compris que plus vous en savez, moins vous en savez, et que tout va bien pour vous.

Shunryu Suzuki, professeur de zen, explique: « Dans l’esprit du débutant, les possibilités sont nombreuses. Dans l’esprit de l’expert, il y en a peu. » Ceux d’entre nous qui croient que nous savons tout n’ont pas beaucoup de place pour la possibilité et la connaissance. C’est pourquoi l’idée de l’illumination est un tel paradoxe: plus nous nous rapprochons de ce concept insaisissable, plus nous nous rendons compte de son insaisissabilité. Pourtant, la croissance devient vraiment évidente lorsque l’incertitude est incertaine.

www.mindbodygreen.com