L’esprit de croissance : sept façons d’aider votre enfant à avoir du « cran ».

S’il y a une chose que tous les enfants doivent apprendre, c’est qu’avec du temps et des efforts, ils peuvent devenir meilleurs dans de nombreux domaines de leur vie.

Cela semble assez simple, mais l’impact de cette croyance est énorme.

Croire que l’on peut s’améliorer par le travail plutôt que par des talents et des capacités fixes est ce que la psychologue Carol Dweck appelle un « état d’esprit de croissance ».

Qu’est-ce qu’un état d’esprit de croissance ?

Dweck déclare dans son livre Mindset. The New Psychology of Success », il affirme qu’il existe deux types fondamentaux de personnes dans le monde : celles qui ont une mentalité fixe et celles qui ont une mentalité de croissance.

Le type auquel vous appartenez peut avoir un impact important sur votre chemin vers la réussite dans la vie.

« Les personnes ayant une mentalité fixe croient que leurs qualités fondamentales, leurs talents, leurs capacités et leur intelligence sont des caractéristiques fixes, qu’elles en ont une certaine quantité et que c’est tout. Avec ce genre d’état d’esprit, ils ont tendance à s’inquiéter de « ce qu’ils ont ». Est-ce que j’ai l’air plus intelligent comme ça ? Est-ce que je me sentirais plus intelligent ? Est-ce que ça me fera paraître plus talentueux ? »

Les personnes « Growth minded » pensent que leurs talents et leurs capacités peuvent être développés par un travail acharné, de bonnes stratégies ou l’aide et l’opinion des autres. Ils ne voient pas tout comme un reflet de leurs capacités profondes et permanentes, ils sont donc plus disposés à se lancer, à relever des défis et à embrasser les choses. »

Un état d’esprit de croissance est l’un des principaux facteurs de réussite dans la vie.

La question qui se pose est donc la suivante : comment pouvons-nous encourager un état d’esprit de croissance chez nos enfants ?

Voici sept points essentiels.

1. ne pas faire l’éloge de l’intelligence ou du talent

Carl Dueck cite l’une des conclusions les plus claires qu’il ait vues : « Louer l’intelligence des enfants réduit leur motivation et leurs performances ».

Pourquoi ?

Parce que, selon Carl Dueck, louer le talent et l’intelligence encourage un état d’esprit fixe.

Alors que les enfants « aiment particulièrement être félicités pour leur intelligence et leurs talents », Et lorsqu’ils se heurtent à un mur, ils perdent confiance et motivation. Si le succès signifie que vous êtes intelligent, l’échec signifie que vous ne l’êtes pas. C’est le stéréotype. »

Dueck dit que lorsque les enfants sont capables de « s’évaluer eux-mêmes …… » Il dit. Ils n’ont pas besoin d’être intelligents, ils n’ont pas besoin de l’être.

« J’ai étudié des milliers de personnes depuis l’âge préscolaire et le nombre de personnes qui refusent l’opportunité d’apprendre est stupéfiant. »

La question est donc de savoir ce qu’il faut louer.

M. Dweck dit que nous devrions ajouter l’effort, le choix et la stratégie.

Il ne s’agit pas des qualités qu’ils « ont ou n’ont pas », mais plutôt du message adressé aux enfants selon lequel le travail acharné est la clé du progrès.

« Il est important de se rappeler que louer l’intelligence ou le talent d’un enfant, bien que séduisant, est un message stéréotypé. Il est fragile en termes de confiance et de motivation. Concentrez-vous plutôt sur le processus – leurs stratégies, leurs efforts et leurs choix. Exercez-vous à célébrer le processus dans vos interactions avec les enfants. »

2. lier les résultats et l’effort

Une idée fausse très répandue pour motiver les enfants à grandir est de ne féliciter que les efforts, et non les résultats.

Cependant, Dweck affirme que les résultats ne doivent pas être ignorés. En fait, il est important de célébrer les succès avec votre enfant si vous voulez les relier aux stratégies et à l’utilisation des ressources.

Il est important de ne pas « ignorer le résultat » mais de le « lier au résultat ». Les parents disent parfois : « Je veux me réjouir lorsque mon enfant réussit ou maîtrise quelque chose de difficile, mais je sais que je ne devrais pas. » Bien sûr, vous devriez. Votre enfant apprendra qu’un bon processus conduit au progrès. »

3. leur apprendre à gérer l’échec de manière positive

Les parents ont souvent peur de reconnaître les erreurs de leurs enfants, car cela pourrait les démotiver. Cependant, Dweck affirme que ce n’est pas le cas.

L’échec est en fait un moment important pour leur apprendre à en tirer des leçons et à aller de l’avant.

Selon Dweck.

Nous avons constaté que les parents qui réagissent positivement aux échecs de leurs enfants sont ceux qui montrent que ces échecs sont des occasions d’apprendre. L’enfant peut alors voir que ces revers font partie du processus d’apprentissage et qu’ils peuvent être utilisés. Ne les faites pas se sentir en insécurité ou incompétents. »

Selon M. Dueck, il est essentiel d’apprendre aux enfants à aimer les défis et à avoir envie de faire des erreurs.

« Si les parents veulent faire un cadeau à leurs enfants, le meilleur moyen est de leur apprendre qu’ils aiment les défis, s’intéressent à l’échec, apprécient l’effort et continuent d’apprendre. Ainsi, leurs enfants ne seront pas esclaves des louanges. Ils auront un moyen de construire et de réparer leur confiance en eux tout au long de leur vie ».

4. Ne leur dites pas simplement de se lancer. Laissez-les se fixer des objectifs.

Il est certes important de louer l’effort, mais cela ne suffit pas.

Selon M. Dueck, louer aveuglément l’effort revient à harceler plutôt qu’à enseigner, et encourager les enfants à travailler dur n’est pas une pensée de croissance.

Au contraire, il est plus important d’enseigner des stratégies et des objectifs.

En général, les objectifs doivent être ambitieux mais réalisables, avec des étapes qui permettent aux enfants de voir que ce qu’ils font les fait progresser. Il est très gratifiant de se voir progresser vers un objectif. Et lorsque l’enfant atteint l’objectif, le parent peut réfléchir à l’ensemble du processus de l’enfant qui a conduit à cet apprentissage. »

5. enseigner que l’état d’esprit de croissance s’applique à tous les domaines de la vie.

Il est courant qu’un enfant ait un état d’esprit de croissance dans un domaine, comme le sport, mais pas en ce qui concerne les mathématiques.

Cependant, Mme Dweck affirme que les enfants doivent apprendre qu’ils peuvent être meilleurs dans tous les domaines de la vie.

« Une chose à retenir est que même si un entraîneur enseigne un état d’esprit de croissance dans le sport, il peut ne pas exister en dehors du sport. Ces états d’esprit peuvent très bien être ancrés dans des situations spécifiques.

« Nous voyons beaucoup d’athlètes qui sont tenaces, prennent des risques et sont désireux d’apprendre dans le sport, mais pas dans les études, et vice versa. Si vous voulez tirer le meilleur parti des enseignements de l’état d’esprit de croissance, vous devez le combiner avec d’autres éléments. »

6. parler de vos propres erreurs et expériences d’apprentissage.

Les enfants apprennent de leurs parents, il est donc important de parler des moments où vous avez échoué et où vous avez réussi à rebondir et à réussir grâce à votre travail et à votre stratégie.

Selon Dweck, l’état d’esprit de croissance devrait faire partie de la conversation à table.

« Demandez-vous chaque jour :  » Qu’est-ce que je veux apprendre aujourd’hui ? « . Ou encore : « Qu’est-ce que je vais enseigner aujourd’hui ? » Ou encore : « Qu’est-ce que je veux faciliter chez les autres ? » Cela ne fait que vous mettre en mode d’apprentissage. Nous sommes tous tellement occupés et avons tellement de responsabilités que nous devons garder l’idée d’apprendre au premier plan de nos préoccupations. Ainsi, à la table du dîner, nous pouvons parler de ce contre quoi nos parents ont lutté, de ce qu’ils n’ont pas réussi à faire, et en tirer des leçons, et cela devient une partie de la conversation du dîner. »

7. Tout ce que vous dites et faites est une occasion de communiquer aux autres un état d’esprit de croissance.

Vous avez des mentalités fixes et des mentalités de croissance dans votre vie et chaque moment est une occasion d’enseigner à votre enfant une mentalité de croissance.

Vous n’avez pas besoin de les juger et de fixer leurs caractéristiques dans une case particulière. Au contraire, elle leur montre que, quels qu’ils soient, ils ont la capacité de grandir et de changer.

Comme le dit Carol Dueck, chaque moment est une occasion de faire passer le message.

« En fait, chaque mot et chaque action est un message. Il peut traduire la façon dont les enfants, les étudiants ou les athlètes se perçoivent. Il peut s’agir d’un message fixe de pleine conscience, dit-il. Vous avez des caractéristiques durables et c’est ce que je juge. Ou bien, il peut s’agir d’un message d’esprit de croissance qui dit : « Vous êtes une personne en développement et je la juge ». Vous êtes une personne en développement et je m’intéresse à votre croissance ».


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121