Libérez votre colère en choisissant de perdre

« Le pardon authentique ne nie pas la colère mais l’affronte de plein fouet ». ~Alice Miller

Je regardais tranquillement un documentaire avec ma femme quand le téléphone a sonné. Une voix glaciale m’informait que je devais être au travail à 18 heures ; il était déjà 19 heures. C’était mon patron.

Super, c’est tout ce dont j’avais besoin – un quart de nuit inattendu avec un superviseur qui m’en veut.

De mauvaise humeur, j’ai sauté dans mon pantalon à la vitesse d’un quantum et j’ai couru vers la gare de l’autre côté de la rue.

Bien que la route semblait dégagée, une voiture approchait et le conducteur ne m’a pas vu. C’est la faute de la tendance à envoyer des SMS en conduisant. Les choses se sont déroulées au ralenti, la voiture n’allait pas s’arrêter, et j’étais juste devant elle. J’ai entendu un bruit strident.

Le conducteur, un homme d’une trentaine d’années, avait réussi à s’arrêter juste à temps. Son visage était livide de choc, et il s’est excusé autant que la fierté d’un homme peut décemment le permettre. Mais l’adrénaline m’avait rendu trop furieux pour écouter, et je me suis retrouvé à insulter un type que je ne connaissais même pas, à deux doigts de déclencher une bagarre.

Parfois, on se demande où sont passées toutes ces années de méditation…

Heureusement, je me suis réveillé et j’ai repris mes esprits. Mon cerveau rationnel a repris le contrôle ; qu’allais-je faire de toute façon ? Le pauvre type s’était excusé, je n’avais pas été blessé et aucun mal n’avait été fait. J’ai décidé d’abandonner et de le laisser partir.

Maintenant, j’étais seul dans la rue. Seul, en retard pour le travail, et toujours en colère. Et je n’avais que trente minutes pour me défouler avant de prendre mon service. Il était temps de me rappeler ce que j’avais appris sur la réduction du stress.

J’aimerais partager les astuces de pleine conscience que j’ai utilisées ce jour-là pour me remettre de ce court accès de folie. J’espère qu’ils inspireront ceux d’entre vous qui, comme moi, lâchent un peu trop vite les chiens de la colère.

Reprenez vos esprits.

Lorsque vous êtes en colère, arrêtez tout ce que vous êtes en train de faire et ouvrez-vous complètement à vos sensations. Accordez-vous une minute pour ressentir les effets physiques de la colère – mains qui tremblent, sueurs froides, cœur qui s’emballe. Respirez profondément et dirigez votre attention vers chaque partie de votre corps.

Ne vous inquiétez pas trop si vous ressentez de la confusion ; se retrouver face à face avec la brutalité de la colère est déroutant. Les premières secondes de cet exercice seront maladroites, mais vous retrouverez votre équilibre plus rapidement que d’habitude.

Apprendre à reconnecter l’esprit et le corps est le moyen le plus simple de se pacifier. Si vous entraînez cette compétence assez souvent, elle devient un instinct sain qui vous ramène rapidement à la normale.

Surveillez le feu d’artifice mental.

La colère est une comète rouge qui laisse une traînée de pensées pleines de ressentiment. Elle réveille souvent votre propre rumination habituelle et il est facile de la laisser vous emporter. Rappelez-vous simplement que l’agitation mentale est totalement inoffensive tant que vous ne la suivez pas.

Laissez aller les pensées, ne vous engagez pas dans le type de pensées « Comment a-t-il pu être si… ? » ou « J’aurais dû lui dire… ». Le bavardage peut se faire sans vous, en roue libre.

La paix intérieure ne consiste pas tant à faire taire votre esprit qu’à vous sentir à l’aise avec vos propres pensées, même si elles semblent inappropriées.

Assistez au spectacle que donne la colère et laissez-la s’évanouir lentement. Encore une fois, elle ne peut pas vous faire de mal si vous n’y prenez pas part.

Faites preuve d’un peu de compassion.

Le Bouddha a dit que la compassion était le meilleur antidote contre la colère, mais l’idéal serait de vérifier cette affirmation par vous-même. Votre propre expérience sera plus éloquente qu’un enseignement donné il y a des siècles.

Lorsque vous êtes en colère, pratiquer la compassion signifie avoir la curiosité d’observer votre douleur et celle de ceux qui vous ont mis en colère.

Dans mon cas, il était facile de comprendre la détresse d’une personne qui a failli écraser un piéton, même si c’était moi le piéton.

Pour faire simple : mettez vos pieds dans les chaussures de l’autre personne et imaginez ce que vous ressentez à sa place. C’est probablement le meilleur moyen de dissoudre les rancœurs.

Gagner en perdant.

Bien que l’on nous conseille souvent d’être « plus fort que ça », l’approche macho ne fonctionne pas très bien avec la colère.

En fait, la colère s’intensifie lorsque vous essayez de la dominer. Vos tentatives de lutte contre l’aversion ne font que la renforcer, alors laissez-la faire.

Et quand je dis laisser faire, je veux dire décider de perdre la bataille, se rendre. Cela semble évident, mais la clé de la sérénité est d’arrêter la lutte – y compris la lutte pour se sentir en paix.

Je suppose que j’aurais dû commencer par ce dernier conseil en réprimandant un automobiliste, un jour de mauvais temps. J’essaierai de me souvenir de mes propres conseils la prochaine fois.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121