L’université Emory révèle comment le cerveau des grands-mères réagit aux petits-enfants

La science révèle enfin pourquoi une grand-mère rayonne de joie en voyant ses petits-enfants. Les grands-mères ont tant de gentillesse et d’amour à offrir qu’elles le montrent souvent en préparant des biscuits, en achetant des cadeaux ou simplement en donnant de l’affection à leurs petits-enfants. Elles favorisent également le développement de l’enfant et la santé de son cerveau de manière significative.

Pour la première fois, des scientifiques ont scanné le cerveau de grands-mères pendant qu’elles regardaient des photos de leurs petits-enfants. Cette activité leur a permis de mieux comprendre le lien qu’elles partagent et la façon dont les grands-mères influencent leurs petits-enfants.

Les chercheurs de l’université Emory ont publié leurs résultats dans la revue Proceedings of the Royal Society B. Il s’agit de la première étude sur le fonctionnement du cerveau des grands-mères.

« Ce qui saute aux yeux dans les données, c’est l’activation des zones du cerveau associées à l’empathie émotionnelle », explique James Rilling, professeur d’anthropologie à l’Université Emory et auteur principal de l’étude. « Cela suggère vraiment que les grands-mères sont orientées vers le fait de ressentir ce que leurs petits-enfants ressentent lorsqu’elles interagissent avec eux. Si leur petit-enfant sourit, elles ressentent la joie de l’enfant. Et si leur petit-enfant pleure, elles ressentent la douleur et la détresse de l’enfant. »

Les chercheurs ont également analysé le cerveau de grands-mères qui regardaient des photos de leurs enfants adultes. Les chercheurs ont constaté que les zones du cerveau liées à l’empathie cognitive s’allumaient plutôt que l’empathie émotionnelle. Ces données suggèrent que la grand-mère essaie peut-être de comprendre les pensées ou les sentiments de son enfant, mais pas de manière émouvante. L’âge joue probablement le rôle le plus important dans ces réactions.

« Les jeunes enfants ont probablement évolué des traits pour être en mesure de manipuler non seulement le cerveau maternel, mais aussi le cerveau grand maternel », explique Rilling. « Un enfant adulte n’a pas le même « facteur » de mignonnerie, il ne suscite donc pas forcément la même réaction émotionnelle. »

La grand-mère est un élément crucial de la famille

Minwoo Lee, candidate au doctorat au département d’anthropologie d’Emory, et Amber Gonzalez, ancienne spécialiste de la recherche à Emory, sont les coauteurs de l’étude.

Lee a ajouté qu’elle se sent concernée par l’étude car elle a passé beaucoup de temps avec ses grands-mères. Elle en garde de bons souvenirs et se souvient qu’elles semblaient toujours heureuses de la voir. À l’âge adulte, elle comprend enfin leur attitude chaleureuse et accueillante à son égard.

Elle ajoute que, dans le monde scientifique, il est rare d’étudier le cerveau humain âgé en dehors de la démence ou des troubles liés à l’âge. Cela rend cette recherche encore plus spéciale.

« Ici, nous mettons en évidence les fonctions cérébrales des grands-mères qui peuvent jouer un rôle important dans notre vie sociale et notre développement », explique Lee. « C’est un aspect important de l’expérience humaine qui a été largement laissé de côté dans le domaine des neurosciences ».

Les recherches du professeur Rilling sont axées sur les bases neurales du comportement humain et de la cognition sociale. Alors que les neuroscientifiques se sont principalement concentrés sur la maternité, il ouvre la voie à la neuroscience moins connue de la paternité.

Toutefois, pour cette étude, il a voulu examiner la réponse du cerveau des grands-mères pendant les interactions avec leurs petits-enfants. Il s’agit d’un sujet relativement nouveau, mais qui a des implications importantes dans presque toutes les cultures.

« Des preuves émergent dans les neurosciences pour un système global de soins parentaux dans le cerveau », explique Rilling. « Nous voulions voir comment les grands-mères pouvaient s’intégrer dans ce schéma ».

Les communautés traditionnelles comptent sur les grands-mères pour survivre
Dans les familles humaines, chacun contribue d’une manière ou d’une autre à prendre soin de la progéniture. Bien sûr, les mères sont les principales dispensatrices de soins, mais la grand-mère joue également un rôle crucial.

« Nous supposons souvent que les pères sont les soignants les plus importants après les mères, mais ce n’est pas toujours vrai », explique Mme Rilling. « Dans certains cas, les grands-mères sont les principaux aidants ».

L' »hypothèse de la grand-mère » suggère que les femmes humaines vivent bien au-delà de leurs années de reproduction pour soutenir leurs enfants et petits-enfants. Une étude du peuple traditionnel Hadza de Tanzanie confirme cette hypothèse. Dans leur société, les grands-mères aident à trouver de la nourriture, ce qui offre des avantages nutritionnels à leurs petits-enfants.

Les auteurs citent également une autre étude sur les communautés traditionnelles. Dans cette étude, la présence de la grand-mère a entraîné la naissance d’un plus grand nombre de petits-enfants dans un laps de temps plus court. Il semble donc que la grand-mère soit, d’une certaine manière, le ciment de la famille. Son soutien garantit une famille forte et saine qui travaille ensemble pour survivre et prospérer dans diverses communautés.

Dans les sociétés modernes, il est prouvé que les enfants ont une meilleure santé scolaire, physique, sociale et comportementale lorsque la grand-mère participe activement à leur vie.