Même si nous ne pouvions pas être ensemble, tu me manques tellement…

Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse

Un jour, nous étions obsédés par nous-mêmes, et le lendemain, c’était comme si nous étions devenus un parfait étranger.

Tout le monde disait que c’était parce que nous n’étions plus dans cette phase de notre lune de miel, ce moment d’euphorie ; ce beau moment, plus ou moins long dans toute relation, dans lequel nous sommes aveuglés ou étourdis par les autres, pardonnant leurs erreurs ou même les considérant comme doux.

J’étais complètement sous le charme de chaque particule de ton être, nageant dans la mer de cet amour qui me semblait jour après jour. Avec l’excitation et l’anticipation de beaux moments, je vous ai révélé mon vrai moi.

-mais après un certain temps, elle a commencé à s’estomper…
Donc, sans avertissement.

J’ai commencé à voir des choses que je n’aimais pas chez toi, à douter de mon affection pour toi et à sentir une distance entre nous.

Tout le monde nous a promis que ce serait normal et que nous nous en occuperions.

Et si je sais que c’est vrai pour certaines relations, je savais aussi que ce ne serait pas le cas pour nous.

Le drame, l’euphorie et le désespoir de notre amour d’enfance ont fait oublier une vérité simple mais universelle : la tendance mathématique de deux personnes à se rencontrer, qui ne sont peut-être pas destinées l’une à l’autre.

Pour nous, la réponse était de ne pas nous retrouver dans un brouillard d’émotion. La différence entre nous pourrait être calculée.

Toi et moi, on voyageait à angle droit

Nous nous sommes rencontrés, nous avons aimé et nous sommes tombés amoureux à un rythme effréné.

Nous étions impatients et attirés comme un aimant : tu étais un artiste et moi un mathématicien.

J’ai été attiré par votre capacité à tirer de belles et profondes conclusions sur le monde, et vous avez été fasciné par mes tentatives de vous convaincre que l’art existe aussi à travers les chiffres.

Plus nous apprenions à nous connaître, plus nous ressentions le besoin de nous relier à un point.

C’est devenu une obsession. Et un jour, la lenteur de nos vies nous a obligés à nous heurter. Parfaitement perpendiculaire.

Mais nous ne le savions pas encore.

J’avais l’impression de vivre la perfection dans sa forme la plus pure et la plus précise.

Le genre de perfection que je pensais ne pouvait exister qu’en mathématiques. Tout ce qui vous concerne me semblait si important.

C’est ce que j’ai ressenti quand tu m’as embrassé dans le cou, m’a préparé le petit déjeuner ou m’a tenu la main. Ce sont des choses qui n’ont de valeur que parce qu’elles viennent de vous.

Et je n’ai trouvé la réponse à cette question nulle part. Je ne pouvais pas dire quand toutes les parties de notre être, pendant un instant, étaient exactement alignées.

Je n’ai jamais connu cette perfection.

Mais les lignes perpendiculaires s’étendent à l’infini

Ils ne se rencontreront qu’une seule fois, au moment parfait, en restant dans le temps, lorsque je me sentirai en confiance en toi, en moi, en tout.

Mais ce moment est passé.

Soudain, quand tu m’as embrassé dans le cou, c’était parce qu’il le fallait ; quand tu préparais le petit déjeuner, c’était une routine. Et quand vous m’avez tenu la main, c’est parce que je tenais la vôtre.

Ces moments précieux sont devenus de simples souvenirs au fur et à mesure que nous suivions nos chemins initiaux et avec la précision qui nous a rapprochés.

Les colonnes de l’aimant étaient inversées : plus nous passions de temps ensemble, plus je me rendais compte que nous nous éloignions l’un de l’autre à une vitesse exponentielle. J’ai réalisé que nous ne vivrions pas ensemble pour le reste de notre vie.

Je pensais que vous étiez une exception à ma méthode de calcul… mais vous étiez un problème mathématique que je ne pouvais pas résoudre.

Cela arrive, même aux meilleurs d’entre nous.

Certaines choses ne fonctionnent pas, même si vous pensez honnêtement qu’elles devraient fonctionner.

Les souvenirs me mettent le feu aux fesses

Et maintenant, tout dans mes os me hurle que peut-être il y a encore une chance pour nous. Faites de ces deux cubes une ligne droite.

J’aimerais poursuivre l’idée, et si je le faisais, je pourrais vous recontacter sans hésiter pour faire revivre cette opportunité.

Mais la tristesse et la finitude de tout cela est comme un fardeau sur ma poitrine : nous ne sommes pas destinés l’un à l’autre, j’en suis conscient.

Seuls les souvenirs restent.

Les souvenirs ont une façon particulière de nous faire sourire ou de nous blesser, et bien que la plupart des gens disent qu’ils devraient nous faire sourire, je crains que mes souvenirs de vous, de nous, me torturent encore longtemps.

Parce que j’ai le sentiment que tu vas me manquer pour toujours.

Comment tout a commencé entre nous, comment notre histoire raconte la rencontre de deux parfaits inconnus dont l’union était complète et indéniablement forte.

Je vais manquer de vous rencontrer un jour car j’ai ce sentiment croissant que nous étions deux âmes qui avaient besoin d’être ensemble.

Même nos premières fois : notre premier rendez-vous, notre premier voyage hors de la ville, notre première caresse et notre premier baiser.

Mes sens en compote

Tes yeux noisettes me manqueront, parce que mon monde ne s’y dérobe pas, et plus que la couleur, c’est l’amour que j’ai ressenti à travers eux qui me manquera. Sentir que tout ce que vous avez dit et fait est vrai parce que je l’ai vu dans vos lys.

Ils me manqueront quand je me réveillerai et que je saurai qu’il n’y a pas d’autres yeux dans le monde que je préférerais voir chaque matin, mais un jour ma vue reviendra…

votre odeur…

Parce que dans cette intimité que nous partageons, elle est mon souvenir le plus vif. L’odeur de votre parfum, mais aussi de votre corps.

Et puis ce temps est terminé, ces heures enfouies dans mon cou, et je me demande comment la vie pourrait être plus belle. Ce sentiment d’appartenance et d’appartenance.

Ton odeur va me manquer, mais je vais respirer à nouveau… …un jour…

vos mains…

Parce que quand nos doigts se sont emmêlés, j’ai su que j’étais en sécurité. La façon dont nos doigts se frottent doucement l’un contre l’autre, en se cherchant, va me manquer.

La façon dont nous nous tenons par la main, la chaleur de ta paume contre la mienne, pâle et toujours froide, va me manquer.

Votre toucher me manquera, mais je trouverai la chaleur d’une main qui n’est pas la vôtre… un jour, je trouverai…

Les premiers moments, mais aussi les derniers.

Bien que cela me fasse mal d’y penser, les derniers moments que nous avons passés ensemble auront aussi une place spéciale dans mon cœur.

À l’époque, je ne savais pas que ces moments évoqueraient nos derniers souvenirs, car s’ils le faisaient, j’aimerais les avoir plus….

J’aurais dû te tenir la main plus longtemps, t’aimer davantage cette nuit-là et la tenir un peu plus.

Je suis sûr que ton amour me manquera.

Une fois chaud, débordant, permanent. Cet amour qui m’a appris combien je peux aimer, un amour désintéressé et surtout désintéressé, un amour vrai et patient.

Leur amour m’a fait sentir comme la personne la plus heureuse du monde. Cela m’a fait réaliser que le bonheur est possible.

Ils m’ont fait comprendre que je suis une belle personne qui mérite un amour durable et un amour qui ne s’efface jamais.

Ton amour me manquera toujours car tu étais ma maison, mais j’en construirai une nouvelle à partir de cette expérience… Un jour…

CLIQUEZ SUR LA PAGE SUIVANTE CI-DESSOUS POUR CONTINUER À LIRE…

Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse