Non, vous n’avez aucun effet sur l’intelligence de l’enfant.

L’intelligence est l’une des caractéristiques humaines qui peuvent être héritées.

Depuis que Francis Gorton a affirmé au XIXe siècle que l’intelligence était héritable, l’approche de l’étude de la contribution génétique de l’intelligence a considérablement changé.

L’héritabilité, ou la capacité d’hériter, indique un certain pourcentage de variation d’un trait au sein d’une population et est considérée comme héritable. La méthode du XXIe siècle qui permet de comparer directement l’ADN de n’importe quel individu est connue sous le nom de « genome-wide integrated trait analysis ».

Cette approche confirme une tendance antérieure de la recherche basée sur les méthodes d’étude des jumeaux, à savoir si et dans quelle mesure l’intelligence est héritée.

Le groupe chargé de l’étude des jumeaux a comparé la similitude d’intelligence entre des jumeaux identiques ayant un ADN identique et des jumeaux ayant seulement la moitié du même ADN.

Les études ont montré que les jumeaux monozygotes avaient une corrélation de QI beaucoup plus élevée (plus de 0,80) que les jumeaux dizygotes (environ 0,60).

Ces études montrent également que le fait d’avoir le même environnement à la maison et de ne pas avoir un environnement commun en tant que jumeaux (influences extérieures à la maison) n’a pas d’effet significatif sur l’intelligence après l’âge de 18 ans.

En effet, à mesure que les enfants grandissent et ont davantage de possibilités de choisir leur environnement, ils choisissent le niveau de complexité qui correspond le mieux à leur niveau d’intelligence génétique.

Cela peut être difficile à comprendre, mais il n’en reste pas moins que l’héritabilité de l’intelligence augmente à mesure qu’une personne vieillit, l’héritabilité dépassant 80 % par la suite. Cela fait de l’intelligence l’une des caractéristiques humaines les plus héréditaires.

La génétique a donc une forte influence sur l’intelligence, mais il ne s’est pas du tout avéré facile de déterminer quels gènes sont impliqués dans l’intelligence. Bien que les gènes impliqués aient été identifiés, il est certain que l’intelligence est polygénique, c’est-à-dire qu’un grand nombre de gènes sont impliqués, chacun exerçant une petite influence.

Au cours des dernières décennies, des tentatives ont été faites pour améliorer l’intelligence par diverses interventions environnementales. Par exemple, les enfants ont été exposés à la musique de Mozart.

Cela n’a pas eu d’effet sur le QI, ou si c’est le cas, l’effet a été faible et non durable. Un exemple d’intervention environnementale intensive, à grande échelle et très coûteuse, visant à augmenter le QI est un programme éducatif appelé Head Start, lancé aux États-Unis dans les années 1960.

Dans ce programme, le QI n’a augmenté que de quelques points, pour retomber à la fin de l’intervention. C’est ce qu’on appelle « l’effet d’évanouissement ».

Les tentatives visant à augmenter le QI par le biais de l’alimentation, comme l’allaitement et les suppléments d’acides gras oméga-3, ont été vivement encouragées, mais avec des résultats contradictoires.

D’autres types d’interventions, comme les médicaments améliorant les capacités cognitives et la stimulation cérébrale non invasive par des champs magnétiques, des courants électriques ou des lasers froids, ont eu des effets limités à court terme sur les performances, mais n’ont pas réussi à améliorer le QI.

Pire encore, certaines de ces méthodes ont fait baisser les résultats des tests de QI.

Les tentatives d’amélioration de l’intelligence sont souvent de nature douteuse, mais au fil du temps, certains faits incontestables sont apparus quant à leurs effets négatifs sur l’intelligence.

Dans le domaine de la nutrition, il est évident que la carence en iode réduit considérablement le QI. Tout ce qui endommage la structure et le fonctionnement du cerveau peut entraîner une baisse du QI.

Les exemples incluent les traumatismes crâniens, certaines maladies, les toxines environnementales et la consommation de drogues. Les facteurs connus pour interférer avec le développement mental du fœtus et du nourrisson sont la consommation d’alcool par la mère pendant la grossesse, la malnutrition chronique et l’exposition au plomb dans l’air.

Un poids élevé à la naissance est associé à une intelligence supérieure : les mères ayant un QI élevé donnent généralement naissance à des bébés d’un poids élevé.

Et les bébés ayant un poids de naissance plus élevé ont généralement un QI plus élevé.

Alors, le poids à la naissance fait-il une différence, ou cela dépend-il de la mère ?

Cela soulève une autre question importante concernant la recherche sur le renseignement. Il est difficile de faire la distinction entre les facteurs génétiques et environnementaux.

Par exemple, une étude a révélé que les personnes ayant un statut socio-économique élevé avaient tendance à avoir un QI plus élevé. Cela s’explique souvent par le fait que des revenus plus élevés et un meilleur mode de vie sont associés à une intelligence plus élevée. En d’autres termes, il s’agit d’un effet de l’éducation.

Cependant, au début du 21e siècle, de nombreuses preuves montrent que c’est en fait le contraire qui se produit et qu’un QI plus élevé est un effet d’origine. En d’autres termes, le QI plus élevé des enfants issus de familles au statut socio-économique plus élevé signifie que ces enfants bénéficient davantage de l’intelligence héritée de leurs parents.

C’est l’intelligence qui crée un meilleur mode de vie, et non un meilleur mode de vie qui développe l’intelligence.

C’est logique, car des recherches ont montré que l’environnement dans lequel les enfants partagent ou ne partagent pas n’a plus d’incidence sur leur intelligence lorsqu’ils grandissent.

Toutefois, les recherches ont également montré que les personnes ayant un QI élevé choisissent généralement d’être plus instruites et de passer plus de temps à apprendre, et qu’elles en récoltent donc généralement les fruits plus tard dans la vie.

Bien sûr, avoir un revenu plus élevé signifie un meilleur style de vie.

Cela suggère que l’intelligence peut conduire à un meilleur style de vie. Cependant, ce n’est pas si facile.

La profession, le revenu et le mode de vie d’une personne sont fortement influencés par sa relation avec la société. La richesse détermine les opportunités sociales, et la chaîne d’événements continue.

Par exemple, des écoles comme le prestigieux Eton College versent des frais de scolarité incroyablement élevés que les familles de la plupart des étudiants doivent payer, de sorte que seul un petit pourcentage d’étudiants peut prétendre à une aide financière.

La richesse et la « marque » de l’école favorisent une culture de la confiance. Les liens établis avec la communauté permettent aux élèves de comprendre dès leur plus jeune âge l’importance du pouvoir et de l’influence et d’y avoir accès.

Par exemple, au cours des dernières décennies, les Etoniens ont reçu un enseignement dans les mêmes salles de classe que les membres de la famille royale britannique. En effet, Eton a longtemps été l’école de prédilection pour l’éducation des fils et des filles de ses prestigieuses familles.

La famille royale britannique est au sommet d’un ordre social qui dure depuis des siècles et dispose de toutes les opportunités qui accompagnent ce statut social.

Les enfants qui sont exposés à ces avantages sociaux et économiques en bénéficient à long terme.

Cela les rend également plus susceptibles d’occuper des postes de direction au niveau mondial : 20 premiers ministres britanniques ont fait leurs études à Eton. Ils y parviennent même s’ils ont un niveau d’intelligence inférieur à celui des personnes qui ne bénéficient pas de tels avantages et ne disposent donc pas des réseaux sociaux qui favorisent la confiance en soi et le leadership.

Compte tenu de l’impact de ces forces et handicaps sociaux sur les résultats de la vie, il est important d’examiner comment cela se rapporte à la question de l’intelligence et comment on peut la séparer.

L’intelligence étant fortement héréditaire, il a été démontré que les influences environnementales sont plus susceptibles d’altérer l’intelligence que de l’améliorer, mais l’environnement a toujours un certain impact sur l’intelligence.

L’intelligence n’est jamais héritée à 100%. Chaque individu possède une gamme d’intelligence basée sur son patrimoine génétique, appelée « gamme de réponse ».

Dans cette fourchette, le niveau qu’une personne peut effectivement atteindre dépend de la qualité de son environnement. Le génotype désigne la structure génétique d’une personne. Le phénotype est l’expression de la structure génétique dans l’interaction des gènes et de l’environnement.

Si un enfant dont les parents ont un QI élevé est exposé à un environnement de malnutrition chronique, le phénotype de son potentiel génotypique ne sera pas pleinement réalisé.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121