Pourquoi je ne veux plus de votre fermeture

Pendant très longtemps, j’ai attendu que notre histoire se termine. Pendant longtemps, je n’ai pas pu ouvrir mon cœur à qui que ce soit parce que j’attendais toujours que notre histoire se termine correctement, qu’elle se termine comme elle le méritait, car le début était si prometteur et si réconfortant qu’il ne méritait pas de se terminer comme il l’a fait.

Pendant longtemps, j’ai su que ça allait arriver contre toute attente. Je savais que ça allait arriver. Je ne pouvais pas faire une croix sur toi. Je ne pouvais pas accepter que tu puisses être pire que les autres parce que pour moi, tu étais meilleur que tous les autres. S’ils ont pu me donner la fin dont j’avais besoin, toi aussi. C’était ce dont j’avais vraiment besoin pour faire la clarté et te libérer.

Je savais qu’il était important d’avoir une dernière conversation. Ce moment où tu me dis ta vérité et où je te dis la mienne. Je savais que c’était juste au coin de la rue. Mais aujourd’hui n’est pas un de ces jours. Aujourd’hui, notre rupture ne signifie rien pour moi. Aujourd’hui j’ai réalisé que ta fermeture n’était qu’une illusion pour s’accrocher à l’idée de toi un peu plus longtemps. Pour s’accrocher à l’idée de nous un peu plus longtemps. Ta fermeture n’était qu’un refus d’accepter le fait que tu n’es pas celui que je pensais que tu étais. Ta fermeture était mon ego refusant d’admettre que j’avais tort à ton sujet. Ta fermeture était mon orgueil têtu qui refusait de reconnaître que tu n’étais pas le bon choix.

Aujourd’hui est le jour où j’ai réalisé que ta fermeture était juste moi ne voulant pas te perdre mais la vérité est que je t’ai perdu il y a longtemps, et avec ou sans fermeture, cela ne changerait rien. Cela peut faire taire certains de mes doutes mais cela ne change rien parce que j’ai été blessé quand j’avais besoin d’une conclusion et maintenant je suis guéri et cette version guérie de moi ne cherche pas ta validation. Cette version guérie de moi n’a pas besoin de vos explications ou excuses mesquines. Cette version guérie de moi ne tolérera pas ton inconstance. Cette version guérie de moi n’a pas besoin de ta conversation boiteuse ou de tes excuses.

Pendant longtemps, j’ai eu besoin de ta fermeture, mais aujourd’hui, si je te croise et que tu veux parler, je n’aurai rien à te dire parce qu’aujourd’hui, j’ai réalisé que tu as pris une partie chère de moi que je ne pouvais pas laisser partir, mais cette partie ne me servait pas du tout. Cette partie était peu sûre d’elle et indulgente avec ses standards et cette partie ne connaissait pas sa valeur, alors tu peux l’avoir pour toi toute seule maintenant. Emmène-la et son besoin de fermeture loin de moi. Je ne vis plus ici. Elle n’aura pas d’endroit où rester dans ma nouvelle maison et toi non plus.