Pourquoi les gens sont-ils si critiques ? Les 6 principales raisons

Pourquoi les gens jugent-ils autant ?

Vous vous posez cette question ?

De nos jours, il semble que tout le monde vous juge dès que vous sortez de la boîte stéréotypée que la société a créée pour vous.

Nous n’admirons pas les gens qui sont « différents ». Nous les considérons comme bizarres et comme une menace pour notre « mode de vie normal ».

Quand les humains sont-ils devenus comme ça ? Ou avons-nous toujours été comme ça ?

Dans cet article, je vais passer en revue les 6 principales raisons pour lesquelles les gens sont si critiques, et pourquoi vous ne devriez pas vous soucier de ce que les autres pensent de vous.

Allons-y.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’être critique signifie vraiment ?

Lorsqu’une personne porte un jugement négatif, elle étiquette et trouve des défauts à une autre personne, à un groupe de personnes ou à une idée.

En fait, juger signifie que nous regardons les autres en noir et blanc, avec des étiquettes et des associations fixes. Vous pouvez également porter un jugement sur vous-même.

Les jugements en eux-mêmes ne sont pas tous mauvais. En tant qu’êtres humains, nous avons besoin de porter des jugements afin de prendre des décisions rapides et de filtrer le monde qui nous entoure.

Mais être trop critique pose un problème lorsque vous peignez des stéréotypes sur les autres sans pouvoir changer d’avis.

C’est injuste pour les personnes que vous jugez, et c’est injuste pour vous-même car vous limitez votre compréhension des autres.

Voici 6 raisons pour lesquelles les gens sont si critiques, et nous verrons ensuite pourquoi vous devriez ignorer le jugement des autres.

1- L’être humain recherche désespérément l’appartenance


Par essence, les humains recherchent naturellement une tribu à laquelle appartenir.

Même ceux que vous considérez comme des « solitaires » ont besoin de faire partie d’une sorte de communauté.

Il n’y a évidemment rien de mal à cela. Nous voulons tous avoir une identité de groupe. Dans de nombreux cas, cela nous donne un sens et un but dans nos vies.

Mais cela signifie aussi que pour faire partie d’un groupe, il faut être différent des personnes extérieures au groupe.

Et comme nous voulons justifier nos propres actions et décisions dans la vie, nous considérons les autres de manière défavorable s’ils ne font pas partie de notre identité de groupe.

Cela nous amène à juger les autres parce qu’ils ne sont pas comme nous. Ils agissent d’une manière qui va à l’encontre de ce que l’on nous a appris à croire dans notre propre groupe.

Et en parlant de croyances…

2- Nous sommes coincés dans des chambres d’écho


Une chambre d’écho est un environnement dans lequel une personne ne rencontre que des informations ou des opinions qui reflètent et renforcent les siennes.

Les chambres d’écho existent partout, mais elles ne font qu’empirer grâce à nos chambres d’écho en ligne :

Comme le note la Goodwill Community Foundation (GCF) :

« Les chambres d’écho peuvent se produire partout où des informations sont échangées, que ce soit en ligne ou dans la vie réelle. Mais sur Internet, presque tout le monde peut rapidement trouver des personnes et des points de vue similaires via les médias sociaux et d’innombrables sources d’information.

Cela a rendu les chambres d’écho beaucoup plus nombreuses et faciles à pénétrer. »

Parce que la plupart d’entre nous ne voient que des croyances que nous connaissons déjà, nous ne sommes jamais exposés à d’autres idées.

Ainsi, lorsque nous voyons quelqu’un qui ne fait pas partie de notre chambre d’écho, nous le jugeons négativement.

Nous pensons automatiquement :

« Ce doit être un idiot s’il ne croit pas ce que je crois. »

C’est parce que tout ce que nous avons vu ou entendu (surtout en ligne avec les flux d’informations algorithmiques qui nous nourrissent de ce que nous aimons déjà) va à l’encontre de l’identité de groupe ou de la croyance dont ils font partie.

3- La pensée en noir et blanc est plus facile


« Penser est difficile, c’est pourquoi la plupart des gens jugent ». ~ Carl Jung

Cette citation résume bien la situation. Juger est facile. Cela ne demande pas de réflexion profonde.

Et notre société s’est focalisée sur les réponses faciles et la pensée en noir et blanc.

Nous n’avons pas l’envie de réfléchir à quelque chose en profondeur. Nous avons l’habitude d’obtenir des réponses rapides sur Google.

Nous voulons simplement être en mesure d’étiqueter quelqu’un ou quelque chose aussi rapidement que possible.

Par exemple, nous voulons penser que la religion est soit « bonne », soit « mauvaise ». Nous ne voulons pas envisager qu’il puisse y avoir des vérités des deux côtés de l’équation.

Lorsqu’il s’agit de personnes, nous voulons les dépeindre comme « narcissiques » ou « toxiques » parce que c’est plus facile à comprendre pour nous.

Nous ne voulons pas créer une toute nouvelle étiquette pour une seule personne. C’est inefficace.

Nous préférons filtrer le monde à travers des étiquettes rapides parce que nous pensons que cela nous aide à mieux comprendre les autres personnes.

Notre esprit veut également simplifier le traitement de l’information en classant les gens dans des catégories.

4- Nous voulons appliquer une hiérarchie de mieux et moins que


Le Dr John Demartini, expert en comportement humain, fait référence à un phénomène appelé « autosatisfaction » et « autosatisfaction » pour expliquer pourquoi nous jugeons.

Cela signifie que le fait de juger est simplement notre façon d’appliquer une hiérarchie de meilleur et de moins bon, ou de supérieur et d’inférieur à.

En jugeant, nous définissons la valeur de chaque personne que nous rencontrons. Bien sûr, nous avons un désir naturel d’être meilleur et supérieur – certaines personnes le possèdent peut-être plus que d’autres !

Mais lorsque nous regardons le monde de cette manière, nous voulons avoir raison ou tort, et nous attribuons donc rapidement une valeur aux autres.

5- La théorie de l’attribution
« Ce qui compte, ce n’est pas de gagner ou de perdre, c’est la façon dont on attribue la faute ». – Oscar Wilde

La théorie de l’attribution explique comment le percepteur social utilise les informations pour parvenir à l’explication des événements.

En tant qu’êtres humains, nous avons un désir inné d’attribuer des raisons pour lesquelles les gens font ce qu’ils font.

Heider pense que les gens essaient de donner un sens au monde par le biais des attributions.

C’est pourquoi les gens ont tendance à voir des causes et des effets, même lorsqu’il n’y en a pas.

Il existe deux principaux types d’attributions que nous faisons à propos des autres :

L’attribution dispositionnelle : Il s’agit d’attribuer la cause du comportement à un trait de personnalité interne d’une personne, plutôt qu’à des circonstances extérieures.

Attribution situationnelle : Il s’agit d’attribuer la cause du comportement à un événement indépendant de la volonté d’une personne.

Il est assez amusant de constater que, selon cette théorie, lorsque nous essayons d’expliquer notre propre comportement, nous avons tendance à faire des attributions situationnelles plutôt que dispositionnelles.

6- La projection


La projection est un mécanisme psychologique de base par lequel nous extériorisons nos sentiments et nos croyances sur nous-mêmes sur les personnes qui nous entourent.

Ce phénomène peut être aussi bien négatif que positif.

Le Penguin Dictionary of Psychology dit :

« La projection est un processus symbolique par lequel nos propres traits, émotions, dispositions, etc. sont attribués à une autre personne. Cette projection de ses propres caractéristiques sur un autre individu s’accompagne généralement d’un déni de l’existence de ces sentiments ou tendances. »

Et Jung a dit :

« De même que nous avons tendance à supposer que le monde est tel que nous le voyons, nous supposons naïvement que les gens sont tels que nous les imaginons… Tous les contenus de notre inconscient sont constamment projetés dans notre environnement, et ce n’est qu’en reconnaissant certaines propriétés des objets comme des projections ou des images que nous sommes capables de les distinguer des propriétés réelles des objets. »

En outre, selon Freud, nous avons tendance à projeter nos propres désirs inacceptables sur d’autres personnes.

Bien que nous possédions probablement encore ces désirs, nous croyons qu’ils ne sont plus les nôtres. Ils appartiennent aux autres.

Mais comprendre que nous projetons sur les autres est un excellent moyen de nous comprendre nous-mêmes.

En prenant du recul et en analysant ce que nous jugeons chez les autres, nous pouvons apprendre une chose ou deux sur nos propres croyances et schémas de pensée.

Comment cesser de craindre le jugement des autres
Il nous est tous arrivé une fois ou deux de passer à la casserole en public et d’avoir l’impression que le monde entier nous regardait échouer ou faire une erreur.

C’est le pire, non ?

Une fois que la piqûre s’est dissipée et que vous avez surmonté l’embarras, vous vous demandez peut-être comment éviter de ressentir cela à nouveau.

Et vous n’êtes pas le seul à penser ainsi. En effet, lorsque nous nous sentons jugés, ce qui se passe réellement, c’est que nous sommes exclus du groupe.