Pourquoi les jeunes parents ont-ils du mal à suivre le rythme ?

Éviter le perfectionnisme est bon pour la santé mentale des deux parents.

Mais pourquoi les jeunes parents n’assument-ils pas leurs responsabilités parentales ?

Les générations changent, tout comme l’éducation des enfants. Les jeunes parents – membres des générations Y et Z – sont de plus en plus consciencieux, empathiques, sensibles et tolérants.

Cependant, les jeunes parents ne sont pas toujours capables de faire face aux responsabilités parentales. Pourquoi cela se produit-il et pourquoi est-ce normal ?

Exigences excessives

Les parents d’aujourd’hui exigent trop d’eux-mêmes. La femme moderne n’est pas seulement une femme au foyer : elle veut avoir une carrière, avoir un hobby. Et en même temps être une bonne mère, sans sacrifier aucun de ces domaines.

Pour l’homme moderne, il est non seulement important de s’occuper de sa famille, mais aussi, en tant que père, de participer activement à l’éducation des enfants et à la vie familiale, sur un pied d’égalité avec la mère.

Par conséquent, les tâches des jeunes mères et pères sont de plus en plus nombreuses et le rythme de vie s’accélère. Même moi, en tant que mère moderne, j’ai connu des situations où j’ai allaité mon bébé tout en répondant à des courriels professionnels.

Il existe encore un modèle de comportement « parentalité comme devoir », où les obligations parentales sont considérées comme limitant la vie professionnelle. L’ancienne génération insiste sur le fait que les femmes sont responsables de l’éducation et les hommes de la sécurité financière.

Les photos de mères sur les médias sociaux imposent de se mettre en avant.

Cette vision dissonante a un impact négatif sur les femmes. Les inquiétudes grandissent sous la pression et la santé mentale est de plus en plus menacée.

Dans leur tentative de répondre à leurs propres exigences et à celles de la société, les jeunes parents n’ont pas encore appris à déléguer. Déléguer certaines responsabilités parentales, mais évidemment pas toutes, est une décision rationnelle qui réduit la pression sur les parents.

Psychologiquement, c’est un grand soulagement et l’enfant a aussi d’autres options. Cette pratique vous permettra de ne pas prendre de retard dans votre travail ou votre rôle de parent. Et même de trouver du temps pour les loisirs et pour prendre soin de soi.

Changement de valeur

Les parents modernes essaient de tout équilibrer : ils tiennent compte des défauts des parents, de leurs opinions, des besoins de l’enfant et de l’avis des proches et des experts. Mais tout le monde ne peut pas être heureux et il y a des conflits internes.

En conséquence, les sentiments d’anxiété et le risque de dépression augmentent chez les parents et les enfants. Les grands-parents exercent encore plus de pression : « Comment avons-nous fait ? Nous nous sommes débrouillés avec cinq enfants sans nounous et avons travaillé dans une usine, la maison était toujours propre, nous avions aussi des framboises… ».

La mère de la nouvelle génération ne s’occupe pas seulement des besoins de l’enfant, mais aussi d’elle-même. Elle se permet de penser qu’il est normal de ne pas tout réussir et qu’il n’est pas nécessaire de tout faire parfaitement.

Éviter le perfectionnisme est bon pour la santé mentale des deux parents. Et un enfant qui n’est pas surprotégé et à qui on ne permet pas de tout faire apprend librement le monde qui l’entoure.

La peur de ne pas passer assez de temps avec les enfants génère de la culpabilité. La crainte de ne pas passer assez de temps avec les enfants crée un sentiment de culpabilité, qui conduit à renoncer à certaines soi-disant obligations. La délégation fait culpabiliser de nombreux jeunes parents car elle signifie qu’ils « ne font pas tout ce qu’ils devraient faire pour leurs enfants ».

Petit à petit, les parents modernes commencent à se rendre compte que la délégation offre des opportunités. La capacité de se soulager, de réduire le stress et de prendre soin de soi. Car lorsque les parents sont heureux, les enfants le sont aussi.

Beaucoup d’informations

Les parents d’aujourd’hui disposent de sources d’information alternatives. Ils ne doivent pas s’appuyer uniquement sur les expériences des générations précédentes. Toute la famille était impliquée dans l’éducation des enfants.

Aujourd’hui, un petit nombre de parents ont cette possibilité. Les autres élèvent leurs enfants seuls et le comprennent : le monde change et l’expérience de grand-mère n’est pas toujours utile.

Avec le libre accès au savoir et la popularité d’Internet, qui n’est pas toujours une source d’information fiable, les parents doivent faire preuve d’esprit critique et s’écouter. Pour cette raison, il est nécessaire de continuer à explorer différentes approches de l’éducation et des techniques pour maintenir un équilibre entre le travail et la famille.

Cependant, il est important que les parents comprennent qu’ils ne sont pas omnipotents et qu’ils n’ont pas à tout savoir : il y a de meilleures personnes pour cela. Si vous n’avez pas le temps de demander vous-même des informations, déléguez.

Les enfants peuvent obtenir de l’aide, des connaissances et des compétences auprès d’experts dans leur domaine. Par exemple, l’idée d’extraire des dents de lait à la maison semble aujourd’hui absurde : les enfants vont chez le dentiste pour cela.

Pour la préparation à l’école, les études créatives, physiques et psychologiques, c’est exactement la même chose : on peut s’adresser à un professionnel.

La carrière, le quotidien et les enfants imposent de nombreuses obligations aux jeunes parents. Malgré la prise de conscience et l’indépendance, les parents doivent changer et s’adapter à la réalité moderne.

L’ancien paradigme de l’éducation des enfants devient obsolète, mais les jeunes mères et pères peuvent toujours compter sur l’aide de leurs proches. Ils apprennent donc à compter sur les autres, mais aussi à déléguer une partie des responsabilités aux baby-sitters, aux orthophonistes et aux enseignants.

Les parents comprennent qu’il n’existe pas de méthode parfaite pour élever des enfants, mais ils essaient de l’aborder de manière consciente et émotionnelle. Et c’est une bonne chose. Déléguez, faites-vous confiance et ne soyez pas trop sévère avec vous-même.