Pourquoi les mères ont besoin de beaucoup de temps seules pour être heureuses

« Tu t’isoles à nouveau », a dit mon mari, faisant référence au fait que j’avais passé une bonne partie de la soirée SEULE DANS NOTRE CHAMBRE. Son ton était un mélange de désapprobation et d’inquiétude, comme si je faisais quelque chose de mal ou que quelque chose n’allait pas chez moi. Mais, parfois les mères ont besoin d’être seules.

C’est logique, je suppose, puisque le terme « isoler » a tendance à avoir des connotations négatives.
Il désigne le fait de se retirer de sa famille et de ses amis ou de passer trop de temps seul. Et pour une mère, le manque d’interaction sociale peut certainement conduire à des sentiments de solitude et de dépression.

Mais parfois, l’ISOLATION EST EXACTEMENT CE DONT UNE MÈRE A BESOIN, du moins pour moi.

La semaine avait été longue, pleine de petits matins, de journées chargées et de soirées tardives. Et ce soir-là, j’avais eu ma dose de bruit.

J’avais juste besoin d’un peu de temps seule.

J’étais submergée par le vacarme incessant produit par nos enfants.

Il y avait le mouvement constant. Le mouvement de leurs corps courant d’une pièce à l’autre. Le piétinement dans les escaliers. Ils me cherchaient frénétiquement si, par hasard, j’étais hors de leur vue ne serait-ce qu’un instant. L’ouverture et la fermeture des portes alors qu’ils passaient de l’intérieur à l’extérieur, puis de l’extérieur à l’intérieur – encore et encore.

Il y avait le bruit constant. Le bruit de mes enfants qui se disputent. Et des pleurs. Et des cris. Et gémissant. Et m’appelant. Encore et encore. Ils ont produit un déluge de questions – dont la plupart n’avaient pas de réponse – et un flot continu de narration alors qu’ils soulignaient chacun de mes mouvements. Sans parler de la clameur continuelle des jouets jetés et s’écrasant sur le sol.

On dirait que chaque jour, il n’y a pas de temps pour le calme.
Chaque jour, il ne semble pas y avoir une minute où mes enfants ne parlent pas, ne demandent pas, ne supplient pas, n’ont pas de besoins ou ne font rien. Il n’y a pas un seul moment de calme, pas une seule seconde pour avoir une seule pensée à moi.

Et même si c’est une bonne chose, même si c’est la preuve que mes enfants sont des êtres humains en bonne santé et épanouis, certains jours, c’est tout simplement trop. Et je ne peux pas suivre. Avec un corps tendu et un cerveau rempli à ras bord, j’ai besoin de temps pour décompresser – parfois plusieurs soirs de suite – avant de m’effondrer ou d’exploser.

Lorsque je me réfugie dans ma chambre, dans la salle de bains ou même dans le placard, ce n’est pas parce que je veux m’isoler. C’est simplement que j’en ai besoin.

Il y a des moments, de très nombreux moments, où j’ai besoin de faire une pause. Pas une longue pause, mais une pause tranquille. Car sans l’isolement, le tourbillon créé par mes enfants va très certainement me faire tomber. Et si je suis à terre, malgré tous mes efforts, il y a de fortes chances que je les emmène avec moi.

C’est dans ces moments-là que l’isolement n’est pas synonyme de réclusion ou de retrait. Cela signifie simplement que je prends un temps d’arrêt. Pour reprendre mon souffle. Pour donner à mon cerveau le temps de se rattraper et à mon corps le temps de ralentir. Pour m’apercevoir dans le miroir et me rappeler que j’ai un nom autre que maman.

Parfois, j’ai besoin de m’arrêter pour pouvoir continuer.

Parfois, j’ai besoin de quitter la présence de mes enfants pour pouvoir revenir et être plus présente avec eux. Parfois, j’ai besoin de ne rien entendre pendant quelques minutes pour pouvoir écouter toutes leurs choses importantes.

Et parfois, j’ai besoin d’être toute seule, isolée, afin d’apprécier les personnes qui me tiennent compagnie au quotidien. Parce que c’est dans les moments où je suis seule que je réalise que même les mauvais côtés de la maternité rendent la vie plutôt agréable.