Pourquoi pleurer pendant un film signifie en fait que vous êtes mentalement fort.

Certains experts savent que nous avons tendance à avoir un préjugé contre ceux qui pleurent pendant un film.

Nous avons tendance à considérer ceux qui pleurent comme des personnes émotionnellement faibles.

Pleurer au cinéma est rarement interprété comme un signe de force mentale, mais si nous mettons de côté les stéréotypes négatifs, nous pouvons voir comment les effusions d’émotions comme les pleurs peuvent nous aider à socialiser avec les autres en voyant à quel point nous pouvons compatir à leurs sentiments.

Pleurer au cinéma signifie en fait que vous êtes mentalement fort.
Pleurer au cinéma signifie en fait que vous avez les capacités d’un empathe.
Types d’empathie

L’empathie est une aptitude qui vous permet de comprendre ce que ressent une autre personne sur la base de ce que vous savez de la situation dans laquelle elle se trouve ou de son comportement observable.

Si vous pleurez pendant un film, cela signifie que vous êtes capable d’éprouver de l’empathie pour l’état émotionnel d’une autre personne en fonction de sa situation et de ses expressions.

Même si vous savez que cette douleur appartient à quelqu’un d’autre, comme un acteur dans un film, vous savez ce que c’est que d’avoir mal, de pleurer, de se languir ou de se réjouir, et vous pouvez vous identifier à une personne qui manifeste les mêmes sentiments.

Les empathes ont besoin d’être forts mentalement, car les déversements d’émotions peuvent épuiser leur énergie physique. Cette façon de se connecter aux autres est une compétence sociale importante qui est souvent négligée ou sous-estimée. La capacité à nouer des relations significatives vous aidera à réussir dans vos études, votre carrière et vos relations amoureuses.


Pleurer au cinéma est également lié à l’intelligence émotionnelle, à l’extraversion et à l’estime de soi.

Les chercheurs qui ont étudié les pleurs au cinéma ont constaté que plusieurs traits de personnalité étaient liés aux pleurs et à la tristesse. Il s’agit notamment de l’empathie, de l’extraversion, de la féminité, de l’estime de soi et des niveaux de stress antérieurs.

Les femmes qui pleuraient pendant le film étaient plus susceptibles de déclarer aux chercheurs qu’elles étaient tristes après le film, par rapport aux hommes qui pleuraient mais n’avaient pas de lien émotionnel avec le film.

Les personnes mentalement fortes sont censées être capables de jouer un rôle de leader dans les interactions sociales, ce qui semble contredire l’image d’une personne qui pleure au cinéma. Cependant, l’un des résultats les plus surprenants de l’expérience susmentionnée concerne le trait de personnalité extraverti.

Les chercheurs ont constaté que ces traits de personnalité étaient liés au fait de pleurer au cinéma, tout comme la force de l’ego ou l’estime de soi, qui est la force mentale de se sentir digne de respect.

On pourrait dire que les personnes qui pleurent au cinéma ont un avantage sur les autres. La collecte de signaux émotionnels basés sur le ton de la voix, les expressions faciales, le langage corporel, les micro-expressions et l’instinct permet d’identifier si l’interlocuteur est heureux ou malheureux.

Pleurer pendant un film fait partie de l’expérience d’immersion. Dans une autre étude, des chercheurs ont examiné l’illusion de voir deux corps à la fois pendant un film. Selon eux, alors que nous savons que le film n’est pas réel, les personnes attentives sont simultanément conscientes d’être à l’intérieur et à l’extérieur du film.

Ce paradoxe entre le fait d’être assis dans un fauteuil et de participer à l’expérience cinématographique des acteurs peut donner aux spectateurs une sensation de « vertige et de nausée, un sentiment déconcertant mais – dans une certaine mesure – agréable qui est amplifié dans les environnements médiatiques tels que les films en 3D et la réalité virtuelle. »