Pourquoi pleurer vous rend très puissants !

Toutes les émotions ne sont pas égales et ne trouvent pas le même niveau d’acceptation dans notre société.
Cependant, la tristesse est étiquetée comme une émotion négative qui doit être cachée, voire honteuse. Exprimer la tristesse par des épaules affaissées, des yeux tristes et des pleurs est considéré comme un signe de faiblesse et d’insécurité.

Une société qui exige que nous soyons toujours heureux et joyeux, prêts à conquérir le monde, est tout simplement injuste. Parce que nous ne fonctionnons pas comme ça, nous sommes parfois tristes.

Stigmatiser la tristesse ne fait qu’aggraver les choses et nous fait penser que nous ne sommes pas assez forts pour affronter les problèmes sans nous effondrer.

Pourquoi les personnes qui pleurent sont-elles plus équilibrées sur le plan émotionnel ?

  1. ils ne répriment pas leurs sentiments :
    Il n’y a aucune raison de cacher la tristesse. Seules les personnes sûres d’elles et dotées d’une intelligence émotionnelle élevée sont capables de reconnaître et d’exprimer leurs émotions, même si elles sont perçues comme « négatives ». Il faut beaucoup de courage pour nager à contre-courant et exprimer ce que l’on est vraiment ou ce que l’on ressent sur le moment.

Le philosophe Sénèque aurait dit : « Il n’y a pas de plus grande raison de pleurer que de ne pas pouvoir pleurer ».

Garder l’esprit tranquille et réprimer les émotions est non seulement préjudiciable à notre santé mentale, mais aussi à notre santé physique. De nombreuses études indiquent un lien entre les émotions refoulées et un risque accru de développer des problèmes.

  1. Vous utilisez les larmes pour changer votre perspective :
    Les larmes ne sont pas seulement l’eau qui nettoie notre âme, elles nettoient aussi nos yeux afin que nous puissions voir la situation sous un angle différent. Les larmes nous renforcent et nous font grandir. Comme l’a dit la poétesse uruguayenne Sara de Ibáñez, « Je pleurerai sans me presser. Je vais pleurer jusqu’à ce que j’oublie de pleurer et de sourire.

Environ 70 % des gens pensent que pleurer est réconfortant. Et pleurer nous permet de voir la situation d’une manière plus positive. Lorsque nous avons fini de pleurer, notre esprit est plus clair et quelques minutes plus tard, nous sommes capables d’analyser la situation sous un angle différent. En effet, nos émotions sont alors plus équilibrées et notre esprit rationnel est capable d’agir.

Saviez-vous que pleurer est thérapeutique ?
Pleurer stimule la libération d’endorphines dans notre cerveau qui nous aident à soulager la douleur et à atteindre un état de relaxation et de paix… C’est pourquoi nous nous sentons tellement mieux et plus détendus après avoir pleuré. En fait, il a été prouvé qu’il n’est pas bon d’arrêter de pleurer, mais qu’il vaut mieux laisser couler les larmes, car la première phase n’a pour effet que de lâcher prise, et la deuxième phase a un effet calmant qui réduit le rythme cardiaque et la respiration et conduit à un état plus détendu. Parfois, pleurer est plus apaisant que rire.

Une étude menée à l’université de Floride a révélé que les pleurs sont profondément thérapeutiques, surtout lorsqu’ils sont associés à la « médecine relationnelle », c’est-à-dire au fait d’aller vers les autres et de les réconforter. On a également constaté qu’elle créait de nouveaux liens après une perte et on dit que les pleurs ont un effet libérateur.

  1. Les personnes qui pleurent ne se soumettent pas aux attentes sociales :
    Les personnes qui n’ont pas peur de pleurer se sentent beaucoup plus libres, elles peuvent s’exprimer sans être liées par des conventions sociales. Ils n’ont pas peur de décevoir les autres, ni de montrer leur supposée « faiblesse », car ils savent que pleurer n’implique rien de tel.

Les personnes qui pleurent sont souvent plus honnêtes et ne veulent pas être bloquées par les attentes sociales. Cette prise de conscience les amène à être plus libres et à vivre selon leurs propres règles. Ces personnes sont de véritables « militants » qui se battent pour une société plus saine sur le plan émotionnel, où les gens n’ont pas à cacher ce qu’ils ressentent.

  1. Les personnes qui pleurent se connectent émotionnellement à travers les larmes :
    Pleurer est l’une des expressions les plus intimes de nos sentiments. Lorsque nous pleurons devant quelqu’un, c’est comme si nous révélions notre âme. Les larmes aident donc à créer une connexion très spéciale, c’est comme une connexion directe à travers notre moi le plus profond.*

Lorsqu’une autre personne « accepte » cette tristesse sans chercher à y échapper ou à offrir des mots d’encouragement désagréables, mais qu’elle nous soutient simplement et se tient à nos côtés, une connexion unique est créée. En fait, l’une des fonctions des larmes est précisément de demander de l’aide, même si ce n’est qu’indirectement, en montrant notre impuissance afin que les autres puissent nous tendre la main et nous réconforter.

Par conséquent, les pleurs et la tristesse ne doivent pas être considérés comme un signe de faiblesse, mais comme un signe de force intérieure et de pleine conscience. Nous ne pleurons pas parce que nous sommes faibles ou incapables, mais parce que nous sommes vivants et que nous n’avons pas honte d’exprimer nos sentiments.

Nous rappelons que nos textes ne sont pas destinés à véhiculer une quelconque idéologie qui rendrait notre camp responsable, nous ne faisons que donner des connaissances et ne forçons personne à croire en quoi que ce soit. Méfiez-vous toujours des promesses qui sont trop belles pour être vraies.