Quel est cet amour qui lie maman et son bébé ?

Quand je repense à mon enfance, je suis submergé par le sentiment de bonheur et je pense que c’est le plus grand trésor en moi. Qu’est-ce que l’attachement émotionnel ? Je crois que cette idée couve en moi depuis des années.

J’ai grandi avec une mère qui me couvrait d’attention et d’amour et avec laquelle j’ai créé un lien indestructible. Il est toujours aussi fort aujourd’hui que lorsque j’étais adulte.

Mon grand-père et ma grand-mère étaient là tout le temps, tout comme mes oncles et tantes et leurs enfants. C’est un amour que je ne pourrais jamais expliquer avec des mots. C’est un amour pour lequel un geste ne suffit pas, c’est un amour qui fait de moi ce que je suis.

Mais qu’est-ce que c’est exactement ?
C’est un lien émotionnel entre le parent (tuteur) et l’enfant, c’est ma base sûre. En raison de l’amour que je ressens toujours pour ma mère, je souhaite partager mes connaissances dans le domaine du lien émotionnel avec tous les parents et les aider dans le rôle plus responsable que nous avons en tant qu’adultes.

Je voudrais commencer par des exemples tirés du monde animal et poursuivre avec la race humaine. Pensez à la façon dont les animaux le font, la maman singe et le bébé singe, la maman panda et le bébé panda, la maman chien et le bébé chien.

Dans cette hiérarchie, c’est l’homme qui est le plus démuni à sa naissance. Le bébé ne peut pas serrer sa mère dans ses bras comme un bébé singe. C’est pourquoi il pleure et veut être caressé et câliné.

L’odeur et la chaleur de la mère le rassurent.

Nous devons répondre à nos signaux par des signaux. En fonction de la réaction de la mère ou de la personne qui s’occupe de nous, certaines connexions s’établissent dans notre être.
Je ne veux pas vous ennuyer avec de la théorie. Mais je dois mentionner deux noms qui sont très importants pour la théorie de l’attachement émotionnel, à savoir J. Bolby et M. Ainsworth, ces deux personnes sont responsables de notre compréhension de la relation parent-enfant.

En 1958, Bolby a constaté qu’un attachement émotionnel sûr se développe grâce à l’interaction avec des personnes de référence qui sont réceptives aux besoins de l’enfant. Cette forme d’attachement émotionnel se développe chez les mères qui réagissent à temps et de manière appropriée aux signaux de l’enfant.

Le modèle d’attachement insécure est l’opposé du modèle sécurisant. Font donc partie de ce groupe les mères ou les personnes de référence qui ne réagissent pas de manière appropriée aux signaux de l’enfant.

Ainsworth a divisé le modèle insécure en deux : ambivalent et évitant.
Les enfants présentant un modèle d’attachement ambivalent peuvent être reconnus comme des enfants qui ont du mal à se séparer de leur mère. Dès qu’ils sont près d’elle, ils ont besoin d’échanger des caresses, mais en même temps, ils sont en colère contre elle.

Ce sont des enfants prudents lorsqu’ils rencontrent des adultes nouveaux et inconnus.

Dans la forme évitante du lien affectif, l’enfant ne réagit pas intensément au départ ou à l’arrivée de sa mère : quand la mère part, l’enfant ne la cherche pas et quand elle revient, il l’ignore.

Les premières expériences de l’enfant avec sa mère et la construction du lien émotionnel sont très importantes pour le développement global de l’enfant.

L’enfant reprend les expériences qu’il a faites dans l’interaction avec la mère et crée des modèles de travail internes. Ceux-ci contiennent des croyances, des attentes, des attitudes et des sentiments personnels vis-à-vis de soi-même et des autres.
Cela signifie que les enfants qui ont adopté un modèle d’attachement sûr développent une image d’eux-mêmes comme ayant de la valeur pour l’amour et l’attention, et une image des autres comme des personnes en qui ils peuvent avoir confiance.

Les enfants qui ont adopté un modèle d’attachement ambivalent ont une image négative d’eux-mêmes et une image positive des autres. Et les enfants qui ont adopté un modèle d’attachement évitant construisent une carapace entre eux et les autres pour éviter les déceptions et créent une image défensive-positive d’eux-mêmes et une image négative des autres.

L’observation du lien affectif à travers le jeu des enfants et le jeu des parents avec les enfants est au centre de mon intérêt.
Les chercheurs dans ce domaine ont découvert depuis longtemps que les enfants qui se sentent en sécurité sont plus susceptibles d’organiser leur jeu de manière autonome, d’utiliser les objets de manière flexible et d’avoir une plus grande imagination.

La différence entre les enfants en sécurité et ceux qui ne le sont pas se reflète dans la qualité du jeu. Les enfants qui se sentent en sécurité sont par exemple plus persévérants et s’engagent plus facilement dans un jeu qui est déjà axé sur un thème particulier.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121