Rechercher l’approbation extérieure, c’est renoncer à notre pouvoir

 

« Vous êtes le plus puissant lorsque vous ne recherchez pas l’approbation et que vous n’en avez pas besoin. ~Caroline Myss

À l’hiver 2012, j’ai été dévasté par une quasi-surdité soudaine (perte de 90 % de l’audition) qui a mis un terme à ma carrière dans les technologies de l’information.

« Vous vous êtes surmené. Le repos est le seul moyen de récupérer », m’ont dit tous les médecins.

En quittant mon emploi de commercial, j’ai eu l’impression d’être un raté.

Je me sentais perdue, confuse et frustrée alors que les ténèbres consumaient mon estime de soi.

« Pourquoi dois-tu travailler si dur et ne pas recevoir le crédit que tu mérites ?

« La surdité est-elle tout ce que tu as reçu en échange de toutes ces années d’efforts pour atteindre l’excellence ?

« Vous ne valez rien ! »

En tant que personne qui vise l’excellence et la perfection, je me suis sentie submergée par une tempête de honte.

J’étais plongé dans un sentiment de douleur et d’injustice jusqu’au jour où j’ai réalisé que je me battais contre moi-même et que le quotient de dégoût de soi disparaissait.

« Qu’est-ce que tu veux, univers ? Ne vois-tu pas que je souffre ? » J’ai fulminé comme une victime folle.

Même si la spiritualité n’était pas mon truc à ce moment-là, j’ai littéralement « entendu » une voix claire : « Approprie-toi ta vie. Fais le point sur ta vie maintenant, Jen ». Cela m’a incitée à me demander pourquoi je m’étais mise dans ce bourbier.

Connexion avec mon jeune moi

En fermant les yeux, j’ai vu une petite fille de sept ans, mon jeune moi. On lui a appris à être très autodisciplinée sur le plan scolaire parce qu’on lui a dit d’exceller et de travailler dur.

Son seul but était que ses parents la placent sur l’autel de Dieu parce qu’elle était bonne et intelligente.

Comme elle vient d’une famille où la louange est comme une langue étrangère, à la maison, l’affirmation des enfants qui travaillent dur n’est pas la façon dont les parents sont enseignés. Au lieu de cela, il y avait souvent une attitude selon laquelle les enfants pouvaient faire mieux – qu’ils pouvaient travailler plus dur et réussir davantage.

Entendre ses parents féliciter avec désinvolture des enfants de son âge l’a mise en colère. Elle ne pouvait qu’en conclure que « faire de mon mieux n’était pas suffisant, et que je devais donc travailler plus dur, sinon je ne serais pas digne d’amour et d’attention ».

À partir de ce moment-là, elle a constamment eu besoin d’éloges et de reconnaissance.

« Bien joué, Jen, continue à faire du bon travail ! » Ces simples commentaires étaient comme de l’eau pour son âme assoiffée.

Quelques années plus tard, elle est passée maître dans l’art de se surpasser, de se perfectionner et d’entrer en compétition, ce qui l’a aidée à gagner en « confiance » grâce aux louanges des autres.

Si elle entendait un seul commentaire négatif, cela ruinait toute sa journée. Elle rentre chez elle découragée et se flagelle mentalement parce qu’elle n’en fait pas assez.

Elle ne sait pas quoi dire sans regarder d’abord l’expression du visage de la personne. Elle se fie à leurs louanges pour se valoriser. Jusqu’au jour où elle se rend compte qu’elle a tout perdu. Elle était en faillite physique et émotionnelle, mais pire encore, son authenticité avait disparu.

Aujourd’hui encore, je peux ressentir sa douleur, son insécurité, sa peur du rejet et son besoin impérieux d’être aimée, enveloppée dans un masque de satisfaction des autres.

Le chemin du retour à la vérité

Au fond de moi, je savais que ma mère et mon père, comme beaucoup d’autres parents asiatiques typiques, voulaient une vie meilleure pour leurs enfants, ce qu’ils pensaient venir en réussissant à l’école afin qu’ils puissent obtenir de meilleurs emplois, gagner plus d’argent et devenir riches.

Je continue de penser qu’ils auraient dû faire mieux parce qu’ils n’ont pas pensé à me donner le soutien émotionnel dont j’avais besoin pendant mon enfance. Cela m’a tellement perturbée que j’ai même essayé de confronter mes parents en leur écrivant une lettre pour leur dire ce que je pensais après toutes ces années.

Juste avant de passer à l’action, j’ai entendu une voix intérieure me dire : « Ils t’ont fait du tort, n’est-ce pas ? Ils ne t’ont pas donné ce dont tu avais besoin, n’est-ce pas ? »

« Bien sûr que si ! » ai-je répondu.

Puis la voix a demandé : « Que pensez-vous que vous feriez si vous étiez à leur place, avec trois enfants à élever, une entreprise à gérer, des parents âgés dont il faut s’occuper, et beaucoup de chaos familial à régler ? »

Cette conversation a changé mon point de vue. J’ai réalisé que mes parents avaient fait de leur mieux avec ce qu’ils avaient. Ils ne pouvaient pas me donner ce qu’ils n’avaient pas eux-mêmes. J’ai commencé à avoir honte de mon immaturité et de mon égoïsme.

Cette fois, la honte était bien plus forte que lorsque j’ai quitté involontairement mon emploi dans une entreprise et que je me suis sentie inutile.

Blâmer, c’est comme mettre un pansement sur une blessure par balle, ça ne marche jamais. Je me suis rendu compte que c’était moi qui n’avais laissé personne s’en sortir, mais que j’étais trop occupée à nager dans une piscine de victimes.
Les leçons apprises

Retrouver l’ouïe au bout de deux mois a été un miracle divin, mais je suis reconnaissante à ce silence de m’avoir appris les leçons suivantes sur la compréhension des autres et l’abandon du besoin de reconnaissance

1. arrêter de chercher la validation des autres.

C’est agréable quand les gens croient en nous, nous encouragent et nous valorisent. Nous aimons que nos camarades nous félicitent ou que nos amis nous encouragent.

Mais il ne faut pas devenir dépendant des autres au point de tirer sa valeur et son sens de la façon dont ils nous traitent. Il est facile de devenir dépendant des louanges, des encouragements, de ceux qui vous encouragent.

Mais si les autres changent d’avis et cessent de vous féliciter, vous risquez de vous sentir dévalorisé. S’ils ne répondent pas à toutes vos attentes, vous vous découragez et vous vous sentez inférieur. Vous commencerez à faire des heures supplémentaires et à plaire aux gens pour gagner leur approbation.

À un moment donné, tout comme une mère sevrant son bébé, vous devez vous débarrasser de votre besoin de validation externe.

Vous n’avez plus besoin que les gens vous félicitent pour continuer à vous encourager. Les louanges sont agréables à entendre, mais vous pouvez développer votre autosuffisance.

2. Ayez de la compassion pour les autres.

La vérité est que nos amis et notre famille ont leurs propres problèmes. Ce n’est pas à eux de nous rendre heureux et de faire en sorte que nous nous sentions bien dans notre peau. Ne leur imposez pas cette pression supplémentaire. Ce n’est pas juste pour les personnes qui font partie de notre vie.

De plus, parfois, lorsque les gens ne nous donnent pas ce dont nous avons besoin, c’est parce qu’ils ne l’ont pas, parce que personne d’autre ne leur a donné ces choses. S’ils n’ont pas montré d’amour à leurs enfants et que nous continuons à essayer d’en obtenir d’eux, nous risquons d’être frustrés.

Ils ont peut-être fait de leur mieux. Ils ont peut-être pris une décision que nous ne comprenons pas et nous avons peut-être l’impression que cela nous désavantage, mais au moins nous n’avons pas à marcher à leur place.

3. Commencez à vous reconnaître.

Ce que les gens font ou ne font pas ne détermine pas notre valeur. Notre valeur ne vient pas d’une autre personne, elle vient de nous-mêmes.

Les gens ne nous encouragent peut-être pas, mais nous pouvons nous encourager nous-mêmes. Les gens ne nous font peut-être pas nous sentir spéciaux, mais nous pouvons nous sentir spéciaux. Nous aurons de meilleures relations si nous commençons à nous valoriser nous-mêmes au lieu d’être dans le besoin et d’attendre que d’autres personnes nous donnent l’approbation dont nous avons besoin.

Apprenez à vous féliciter et à vous affirmer. Pratiquez les affirmations suivantes : Je suis fort. Je suis en bonne santé. Je suis favorisé(e). Je suis beau. J’ai de la chance. (Soyez créatifs !)

4. Ne renoncez pas à votre pouvoir.

Lorsqu’une personne s’éloigne de nous et nous juge mal, ou même fait des commentaires blessants, nous devons apprendre à nous débarrasser de ce manque de respect.

Ne croyez pas les mensonges selon lesquels nous ne sommes pas assez talentueux, pas assez attirants ou pas assez bons. Ce ne sont pas eux qui déterminent notre valeur. Ils ne diminuent pas notre valeur personnelle. Le seul pouvoir que les gens ont sur nous est celui que nous leur donnons.

Nous ne sommes pas obligés de jouer les gentils avec les gens pour les séduire. S’ils ne veulent pas faire partie de notre vie, c’est vraiment leur perte, pas la nôtre.

Si vous apprenez ce principe de ne pas compter sur les autres pour votre valeur et que vous commencez à générer votre propre reconnaissance, vous ne vous sentirez pas dévasté lorsque quelqu’un ne vous donne pas ce que vous attendez.

Moins nous comptons sur les autres pour être reconnus, plus nous devenons forts et plus nous nous élevons.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121