Saviez-vous que le fait de se plaindre constamment entraîne physiquement votre cerveau à être anxieux et déprimé ?

Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse

Nous connaissons tous quelqu’un qui est constamment négatif et qui fera toujours porter le fardeau à d’autres personnes. Pour ces personnes, la vie est généralement contre elles et elles ne peuvent jamais donner l’impression de faire une pause. Elles finissent par se retrouver seules, car leur pessimisme peut être physiquement débilitant pour être proche.

Tout le monde se plaint de temps en temps, surtout dans notre société excessivement négative. Aussi, en général, le Dr Robin Kowalski, professeur de science du cerveau à l’université de Clemson, exige que les pleurnicheries soient superbement normales (1).

Les archétypes de la négativité
Toutes les personnes ayant un point de vue négatif ne se rencontrent pas et n’expriment pas leur façon de voir les choses. Le pessimiste a des caractéristiques similaires à celles des autres.

Voici quelques-uns des types de plaignants les plus courants :

Les aigris : Ce sont des personnes qui ont simplement besoin d’être écoutées. Ils cherchent généralement quelqu’un pour écouter leurs doléances, mais se précipitent pour fermer les solutions, même si c’est une parole de sagesse.

Chercheurs de sympathie : Tout le monde en a déjà parlé. Ce genre de râleurs ne cesse d’aggraver votre souffrance. La plupart du temps, ils sont plus terribles que vous et se précipitent pour voir le problème dans les situations et les autres.

Plaignants chroniques : Ce genre de pleurnichards est ce que les scientifiques appellent « ruminer », c’est-à-dire envisager un problème avec fanatisme. Plutôt que de perdre leur inclination à la suite d’une prise de bec, ils deviennent vraiment stressés et agités par l’acte.

La négativité fait travailler votre cerveau
Le pessimisme est une spirale descendante, ce qui signifie que plus vous vous concentrez sur les problèmes plutôt que sur les solutions, plus vous commencez à voir le côté négatif de tout ce qui se passe dans votre vie.

Alors que des épisodes de pensées négatives se produisent de temps en temps, vous devez vous donner une chance de vous défouler, tout en avançant rapidement vers des solutions.

De plus, cela vaut la peine d’être fait : d’une part, l’antagonisme vous détruit physiquement le cerveau. « Les personnes qui subissent régulièrement un stress chronique – en particulier un stress aigu, voire traumatisant – libèrent l’hormone cortisol, qui ronge littéralement, presque comme un bain d’acide, l’hippocampe, une partie du cerveau très engagée dans la mémoire visuelle-spatiale ainsi que dans la mémoire du contexte et de l’environnement », précise Rick Hanson, docteur en philosophie, analyste et Senior Fellow du Greater Good Science Center de l’Université de Berkeley (2).

CLIQUEZ SUR LA PAGE SUIVANTE CI-DESSOUS POUR CONTINUER À LIRE…

Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse