Si vous êtes insécure et avez peur d’être rejetée comme moi…

Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse

« Que la lune brille dans sa peau, plus nombreuse que les étoiles. » ~Angie Welland-Crosby

Je fais ce rêve récurrent où je suis sur le point d’enseigner un cours de yoga. Je suis sur le point d’enseigner, et personne ne fait attention à moi. Ils sont tous distraits ou en profonde conversation les uns avec les autres et n’ont aucun intérêt à s’engager dans le cours.

Lorsque je commence, les étudiants se lèvent un par un et partent. Je suis mortifiée et découragée, bien que je continue à enseigner quand même.

Je me réveille du rêve avec une sensation d’enfoncement dans l’estomac et une lourdeur dans le cœur. Plutôt que de me laisser aller à la tristesse, je me tourne directement vers la douleur.

« D’où cela vient-il ? » C’est la question que je me pose en plongeant dans l’auto-guérison. Tout comme le corps a la capacité de s’auto-guérir au niveau cellulaire lorsqu’il est blessé, nous avons nous aussi la capacité de guérir nos blessures émotionnelles.

Je n’ai jamais été licencié, ni d’un emploi, ni d’une relation. C’est moi qui ai toujours été celui qui a quitté. Ce n’est pas quelque chose dont je suis fier, mais plutôt un schéma qui s’est développé au cours de ma vie depuis l’enfance.

Lorsque je reçois des critiques, mes insécurités se déclenchent. Ce doit être parce que je ne suis pas assez bon, en tant qu’employé, professeur, ami, partenaire. Il est clair que quelque chose ne va pas chez moi. Mon instinct dans ces situations est de fuir, de partir avant que quelqu’un ne découvre mes défauts, avant que je ne me sente plus mal.

J’ai peur d’être abandonné ou rejeté, alors au premier signe de conflit, je me retire, comme une tortue qui entre dans sa carapace dès qu’elle sent le danger.

Lorsque je regarde mon passé, je me retrouve avec un chagrin accablant. En épluchant plus avant les couches, j’en vois plus clairement les origines. Des croyances profondément enracinées dans l’enfance et cimentées à l’adolescence. Les fausses croyances d’être remplaçable, indigne, pas assez.

Sous l’armure protectrice se trouve une petite fille extrêmement sensible et blessée.

Une fille dont la sœur aînée l’a enfermée hors de sa chambre et a refusé de jouer.

Une fille qui a été taquinée par les enfants du quartier parce qu’elle était bizarre.

Une fille dont la meilleure amie a créé un club « Je déteste Shannon » en quatrième année.

Une fille qui a toujours considéré ses amis comme étant plus intelligents, plus jolis, plus cool et plus sympathiques.

Une fille qui cherchait désespérément à se faire accepter.

Ces blessures profondément enracinées ont besoin d’être reconnues pour pouvoir être guéries.

Lorsque nous nous sentons vulnérables ou blessés, nous avons tendance à fermer notre cœur, à bavarder, à nous tourner vers la colère ou à fuir plutôt que de remédier au malaise. Aucun de ces comportements ne peut guérir nos blessures émotionnelles. Ils ne sont que des moyens temporaires de soulager la douleur. Afin de rompre ces vieux schémas conditionnés, nous devons d’abord identifier l’origine des sentiments.

Quand nous nous sentons rejetés
Soyons réalistes, les gens peuvent être méchants. Nous pouvons nous-mêmes être méchants.

Il peut être blessant et traumatisant d’être laissé de côté, rejeté, ou de recevoir les commentaires ou le comportement d’autrui. Mais souvent, ce n’est pas aussi personnel que nous le pensons. Souvent, les autres nous font du mal parce qu’ils en font eux-mêmes. Peut-être que ce n’est même pas intentionnel et que l’autre n’est pas conscient de la douleur qu’il nous inflige.

Lorsque nous regardons sous la surface du rejet, nous finissons par découvrir des sentiments de peur et d’abandon. Mais nous pouvons choisir de changer notre façon de penser au rejet, et par conséquent, ce que nous ressentons.

Si nous ne pouvons pas contrôler ce que les autres pensent, disent ou font, nous pouvons contrôler la façon dont nous recevons et percevons. Nous pouvons choisir de laisser les commentaires des autres définir qui nous sommes ou ce que nous ressentons à notre égard.

Dans certaines situations, s’éloigner est la bonne chose à faire. Mais pas par peur, par dépit ou pour se défendre, mais plutôt pour se rendre et se faire accepter.

Nous pouvons rediriger notre énergie vers des personnes et des situations qui sont positives et enrichissantes. Des relations d’amour mutuel et des situations où nous nous traitons les uns les autres avec gentillesse, soutien et encouragement. Où, au lieu de nous détruire mutuellement (ou de nous détruire nous-mêmes), nous nous élevons les uns les autres dans la version la plus élevée de nous-mêmes.

Il existe d’innombrables situations qui peuvent déclencher des sentiments d’indignité, mais j’aimerais me concentrer sur deux d’entre elles qui ont été particulièrement difficiles pour moi.

CLIQUEZ SUR LA PAGE SUIVANTE CI-DESSOUS POUR CONTINUER À LIRE…

Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse