S’il te plait , joue un role primordial dans notre histoire

Les mères blessent involontairement leurs enfants lorsqu’elles manquent de respect à leur père.

En effet, un enfant doit avoir la possibilité de construire une bonne relation avec son père, il en a le droit.

J’ai remarqué que lorsque nous disons que les pères ont un rôle important dans la vie des enfants que les mères ne peuvent remplacer, les gens réagissent parfois avec colère.

Les mères ont parfois l’impression que leur importance pour l’enfant est diminuée si nous disons que les pères sont tout aussi importants pour la croissance saine de l’enfant.

Si nous parlons des bons pères qui se sacrifient, qui sont surchargés de travail et qui sont injustement marginalisés et privés de leurs droits, cela ne signifie pas que le rôle des mères et tout ce qu’elles font pour un enfant est sous-évalué.

Un enfant peut grandir en parfaite santé et être heureux même s’il ne grandit qu’avec sa mère. Mais nous ne devons pas créer l’image d’une mère qui suffit à son enfant dans des circonstances parfaites.

L’hypothèse erronée selon laquelle une mère est naturellement plus nécessaire à un enfant qu’un père est un parfait terreau pour la culpabilité.
Bien sûr, il y en a qui sont vraiment comme ça, égoïstes et superficiels, qui partent simplement à la recherche d’une meilleure famille ou qui partent parce qu’ils ne veulent pas faire d’effort.

Mais on peut dire que certains bons parents ont été chassés de la famille.

Si je devais parler de ma mère, énumérer tout ce que j’ai appris d’elle et la louer de cette manière en public, je le ferais sans faute. Et en même temps, je ne voudrais pas penser qu’en la louant, je diminue en quelque sorte l’importance de tout ce que mon père a fait pour moi.

Mais maintenant que je veux écrire sur toutes les choses merveilleuses que j’ai apprises de mon père, je me sens un peu mal à l’aise avec ma mère.

Comme pour le féliciter, je ne parle pas de ce qu’il m’a appris, mais de ce que ma mère ne m’a pas appris.
La culpabilité est un puissant régulateur du comportement. Lorsque, par exemple, un enfant malade ou handicapé naît, la mère se sent (de manière évidemment injustifiée) chargée de culpabilité, pense qu’il est de sa responsabilité de fournir les meilleurs soins possibles, et non de « ressentir » ou de « souffrir ».

Par culpabilité ou par peur de l’enfant, elle garde le père loin de l’enfant. Le père assume le rôle de travailleur, de fournisseur, etc., mais pas celui d’aidant direct.

Parfois, les mères créent une relation symbiotique si forte avec l’enfant qu’il n’y a plus de place pour personne d’autre. Si le mari décide de quitter sa femme dans cette situation, l’entourage l’accuse souvent d’être insensible, égoïste, pour avoir quitté sa femme à la naissance de leur enfant malade.

L’erreur est que l’amour pour son enfant vient naturellement. Elle se développe au fil du temps chez les mères et les pères. La plupart des mères développent de l’amour pour l’enfant pendant qu’il est dans le ventre de sa mère, en imaginant ce qu’il sera, et plus intensément lorsqu’elles sentent l’enfant commencer à bouger.

Elles ont l’avantage de porter leur bébé pendant neuf mois. Mais même dans ce cas, la plupart des mères sont surprises par leur manque d’excitation lorsqu’elles voient leur bébé pour la première fois.

Certaines mères disent avoir l’impression que quelqu’un leur a donné l’enfant d’un autre. Cependant, les sentiments mettent du temps à se développer.

Parfois, les parents n’ont même pas la chance de développer une relation émotionnelle forte avec leur enfant.
La relation avec l’enfant se développe intensivement plus tard, lorsque l’enfant commence à sourire ou à communiquer avec les parents d’une autre manière.

C’est pourquoi les pères ont souvent besoin de plus de temps que les mères pour « s’habituer » au nouveau-né, pour développer des sentiments à son égard.

En plus de ces « avantages naturels » dont bénéficient les mères, il me semble que dans la plupart des médias actuels, le rôle des pères est présenté comme infantile par rapport aux mères et aux filles.

Le rôle du père dans l’éducation est toujours en arrière-plan.

En outre, je ne sais pas ce que l’on peut faire pour influencer ces pères qui transfèrent volontairement toute la charge de l’éducation de leurs enfants à la mère, mais je pense que l’on peut faire beaucoup pour les pères qui ne veulent pas être marginalisés, mais qui ne sont pas sûrs de leur rôle et se sentent peut-être découragés par l’autorité des femmes dans l’éducation de leurs enfants.

Le père est une figure aussi importante que la mère dans l’éducation de l’enfant.
Priver un enfant d’un lien affectif fort avec son père, lorsque celui-ci est présent et consentant, est une grande perte pour l’enfant. Et cela se passe de telle manière que les mères assument le rôle principal et que les pères se retirent docilement à l’arrière-plan.

Les mères sont souvent le moyen de communication de l’enfant avec le père. La mère se place entre le père et l’enfant et « explique » au père le sens d’un geste de l’enfant, ce que l’enfant lui a dit ou à propos de lui, et à l’enfant ce que le père lui a dit et ce que le père a pensé d’un geste.

La mère passe plus de temps avec l’enfant et apprend à mieux le connaître au fil du temps, tandis que le père se sent de plus en plus marginalisé et éloigné de l’enfant.

Au final, ils ne se connaissent pas vraiment et ont besoin d’un « traducteur ».

Être parent est merveilleux, mais cela peut parfois être un travail difficile et fastidieux.
Les enfants peuvent être épuisants et les parents peuvent être fatigués. Ainsi, les mamans et les papas, submergés par les soucis et les obligations du quotidien, peuvent facilement abandonner leurs enfants à l’internet et à la télévision.

Les enfants passent des heures et des heures avec des contenus impersonnels sur les médias sociaux ou sur YouTube.

Les enfants des écoles maternelles et primaires constituent, naturellement, la société la plus intéressante que l’on puisse souhaiter. Ils s’intéressent à tout, de la lecture de livres à la construction de nichoirs, en passant par la préparation de gâteaux, la collecte d’insectes et de feuilles, la conduite d’un tracteur, la baignade dans une piscine…..

Mais les enfants d’aujourd’hui se concentrent de plus en plus sur des contenus attrayants mais vides, dépourvus de valeur nutritive, tels que le contenu de diverses applications, de YouTube, des réseaux sociaux.

Ce contenu est attrayant pour eux car il les divertit sans qu’ils aient à s’y engager eux-mêmes. Leurs cerveaux s’habituent facilement au divertissement passif que génère le contenu, au lieu d’être actifs, comme ils le seraient s’ils jouaient et faisaient appel à leur imagination et à leur créativité.

Mais, heureusement, cela peut facilement être changé. Être parent ne doit pas nécessairement être ennuyeux et difficile si nous ne négligeons pas nos propres désirs. Faites savoir aux enfants ce que vous faites et ce qui vous intéresse, faites-les participer, parlez-leur de ce que vous aimez faire d’une manière intéressante.

Apprenez à connaître votre enfant, découvrez ce qui est important et intéressant pour lui.
Et plus vous apprendrez à les connaître, plus ce sera intéressant.

Quels sont les trois souhaits que vous exprimeriez à un poisson rouge ?
Qui est leur héros ?
Quel livre pour enfants n’existe pas, mais devrait exister ?
Que feriez-vous si vous pouviez porter une cape d’invisibilité pendant une journée ?
Qu’est-ce que tu aimes chez ton meilleur ami ?
Si vous pouviez avoir votre propre garde du corps (animal, humain ou autre), à quoi ressemblerait-il ?
Quelles capacités surnaturelles aimeriez-vous avoir ?
Les parents ont un pouvoir parental infini. Ils nous apprennent à être intelligents, beaux, intéressants, chers. Ils le font en nous disant toutes ces choses, mais surtout en nous traitant comme si nous l’étions.

Dire à un enfant qu’il est en bonne santé ne signifie pas grand-chose si on le met souvent en garde contre les courants d’air ou s’il ne doit pas boire d’eau froide lorsqu’il transpire.

Les mères parlent beaucoup aux enfants et c’est bien, mais les pères parlent parfois trop peu. Les mères sont souvent des intermédiaires dans la communication de l’enfant avec le père, interprétant les actions du père de l’enfant et du père de l’enfant.

Et il est important que l’enfant comprenne le père à sa manière. Parlez à papa, comprenez ses pensées et ses raisons.

Les enfants préfèrent les pères.
Il y a quelque chose que les mères font parfois qui est injuste pour les pères et très nuisible pour l’enfant. Les mères, en colère et blessées, disent du mal du père devant l’enfant.

Cela se produit plus souvent si les parents ont divorcé, de sorte que la charge parentale incombe presque entièrement à la femme. Certaines mères (et souvent les parents de la mère, les grands-parents de l’enfant) ne cachent pas leur colère et leur déception envers l’enfant.

L’enfant voit que la mère est triste et pleure et entend que c’est la faute du père.

La déception de la mère face à l’attitude positive de l’enfant envers son père n’a pas besoin d’être exprimée verbalement et ne l’est généralement pas. Si l’enfant revient heureux après un week-end avec son père, la mère peut changer de sujet ou rouler les yeux si l’enfant veut raconter un événement agréable avec son père.

Le changement de sujet, l’expression aigre du visage, l’absence de commentaires positifs, le fait de ne pas sourire, de ne pas poser de sous-questions et de ne pas encourager la poursuite de la conversation sont les moyens les plus courants de « faire taire » un enfant.

Il finit par se rendre compte qu’il blesse sa mère s’il parle en bien de son père et cela crée un conflit interne en lui. Le fait qu’il passe plus de temps avec sa mère est surtout lié à elle.

Dans cette situation, l’enfant ne peut pas être objectif. Tout sentiment positif envers le père éveille alors en lui de la culpabilité et le sentiment qu’il trahit sa mère d’une certaine manière.

La plupart des mères savent qu’il est bon pour un enfant d’avoir une bonne relation avec son père, indépendamment de ce qu’elles pensent de lui.
De nombreuses mères, même si elles sont blessées par leur ex-partenaire, parviennent à ne pas influencer l’image que l’enfant a de son père et l’encouragent à passer le plus de temps possible avec lui.

Mais il est parfois difficile de le faire, de cacher sa colère ou sa déception.

Certaines mères croient sincèrement qu’il est bon pour l’enfant de « comprendre comment est son père » et de prendre une distance émotionnelle avec lui afin que, selon la mère, le comportement du père ne nuise plus à l’enfant.

Certaines mères, en raison de leur immaturité émotionnelle, veulent se venger de leur ex-partenaire en gagnant l’enfant pour elles-mêmes. Découragez le père ou les tentatives d’approche de l’enfant, sans penser au mal que cela fait à l’enfant.

S’il est petit, l’enfant commencera inévitablement à éviter d’aller chez son père, à ne pas vouloir laisser sa mère partir et à pleurer quand il est chez son père.

Mon message est le suivant :
Vous n’avez pas besoin de l’approbation d’un fils ou d’une femme pour être un parent. Vous n’avez pas non plus besoin de l’approbation d’un psychologue, d’un tribunal ou des médias.

Le père doit savoir que ce qu’il peut apporter à l’enfant, sa vision spécifique du monde, son expérience de vie, la relation unique qu’il pourrait construire avec l’enfant, personne d’autre ne peut l’offrir.

L’enfant a droit à tout ce que le parent peut offrir. Et les pères doivent être de plus en plus forts dans la lutte pour leur place dans la vie de l’enfant.

Par conséquent, l’autorité des mères en matière d’éducation ne doit pas effrayer les pères. Ils ne devraient pas se permettre de jouer un rôle secondaire dans leur propre film.