Soyez l’amour et la paix que vous prêchez

 

Peut-être que la manière de réaliser la paix dans le monde est d’être plus pacifique.

Peut-être que le moyen d’avoir moins de haine dans ce monde est d’être moins haineux.

Peut-être que le moyen de créer un monde plus affectueux est d’être plus aimant.

Peut-être.

La citation «L’amour est un verbe» en est une que j’ai vue utilisée plus de fois que je ne peux en compter. C’est écrit, chanté et transformé en une jolie calligraphie que nous accrochons aux murs de notre maison.

C’est même une chanson de John Mayer.

C’est vrai, l’amour consiste à faire. Il s’agit de se présenter pour cette personne spéciale. C’est leur tenir la main, essuyer leurs larmes et reposer votre tête sur l’épaule de chacun. C’est chaud embrasse. C’est la patience. C’est donner et prendre, parler et écouter. Toutes ces actions ont un point commun: elles ont toutes pour but de le faire.

Mais ce que nous avons tendance à oublier, c’est que la haine est aussi un verbe, de même que la paix. Et parfois, l’acte de haïr et le bouleversement de la paix ne ressemblent pas aux pires moments de notre histoire humaine. Parfois, l’image n’est pas aussi forte que celle des nazis, des graffitis et des coups de feu, parfois c’est quelque chose d’un peu plus subtil.

Parfois, il s’agit de commérages lorsque vous savez que vous devez sourire et vous en aller.

Parfois, il s’agit de contenus sur les réseaux sociaux qui ne servent qu’à déchirer quelqu’un.

Parfois, il laisse un commentaire antagoniste sur les fils de discussion de Facebook sans se soucier de la qualité des yeux, car il était important de «faire valoir son point».

Parfois, lorsque vous voyez un sans-abri dans la rue, c’est plutôt regarder de l’autre côté que de voir un être humain devant vous.

Parfois, c’est regarder de l’autre côté quand vous savez que vous pouvez aider, mais vous ne voulez pas vous impliquer, car ce n’est pas votre problème.

Parfois, c’est croire les mensonges que nous racontons les uns sur les autres.

Parfois, il croit aux mensonges que nous racontons sur nous-mêmes.

Parfois, c’est tout autre chose.

Nous appelons constamment à un monde plus aimant, plus pacifique et plus tolérant.

Nous écrivons sur ce monde, nous prêchons sur ce monde et nous réalisons des films sur ce monde. Nous publions des mémoires, des graphiques et des citations poignantes à ce sujet sur nos flux de médias sociaux. Nous prions à ce sujet pendant que nous allons nous coucher et nous en discutons avec ceux que nous aimons le plus.

Se sentir appelé à créer un monde meilleur pour tous est une vocation belle, merveilleuse et bonne.

Mais c’est un appel qui doit aussi être assumé par l’action et la réflexion sur soi.

Il est facile de mettre fin à la conversation lorsque vous n’aimez pas ce que quelqu’un a à dire et de lui dire comment il a tort ou comment être meilleur.

Il est facile de vous dire que vous le faites comme un appel à l’action, que vous les rejetez pour le plus grand bien.

Mais si vous voulez que le monde soit rempli de grâce, vous devez donner la grâce que vous souhaitez recevoir.

Rejeter quelqu’un ou prêcher à un homme ou lui dire qu’il a tort ne vous oblige pas à rechercher la paix, l’amour ou une harmonie durable. Il met simplement fin à une conversation et arrête tout progrès.

C’est le moment où une connexion est perdue au lieu d’être trouvée.

Et n’essayons-nous pas tous d’être plus proches les uns des autres et du monde dans lequel nous vivons?

Et ce lien n’est-il pas le sentier qui mène à ce lieu de paix que nous semblons tous chercher?

Si vous souhaitez avoir un monde plus aimant, plus pacifique et plus tolérant, vous devez être une personne plus aimante, plus pacifique et plus tolérante. Et vous devez vous efforcer d’être toujours ainsi, pas seulement quand cela vous convient.

C’est facile de s’asseoir et d’aimer des gens qui reflètent vos propres valeurs et vos rêves. C’est plus difficile de s’asseoir avec ceux qui pensent et croient différemment de vous. Il peut être inconfortable d’écouter leur histoire lorsque tout ce que vous voulez faire est d’ouvrir votre propre bouche et de leur dire à quel point ils se trompent.

Mais quand vous êtes assis avec eux, vous commencez à paver la voie vers la paix.

Lorsque vous les écoutez, vous établissez une connexion qui peut déboucher sur un respect et une compréhension mutuels.

Il ne suffit pas de vouloir un monde aimant, tolérant et plus pacifique. Vous devez incarner ce besoin dans tout ce que vous faites.

Vous devez être l’amour, la tolérance et la paix que vous prêchez et recherchez.