Témoignage d’un père : « Un jour, j’ai joué le rôle de la mère et je suis devenu fou ».

 

Je suis père de deux enfants.

Et voici l’histoire de mon rôle de mère pendant deux jours.

Il vous fera rire, pleurer et être triste, alors préparez vos mouchoirs.

En fait, si je ne l’avais pas vécu, je n’y croirais pas !

Il y a quelques semaines, ma femme a participé à un atelier de deux jours, où on lui a dit qu’elle devrait participer à un atelier de baby-sitting, et qu’elle devrait participer à un atelier de baby-sitting.

Malheureusement, sa mère n’était pas en mesure de s’occuper du baby-sitting.

Et pour être honnête, je ne peux pas confier la garde de mes enfants à leur grand-père.

J’ai donc pris deux jours de congé et je me suis consacrée à mes enfants.

A mes petits anges !

Marine, la petite fille de papa, a sept ans et est entrée à l’école primaire.

Loïc a presque quatre ans et il est toujours plein d’énergie.

Ma femme s’occupe d’eux avec nonchalance et doigté (même si elle dit regretter d’être mère).

Quand elle en a l’idée, elle se remet sur pied.

Je me demande toujours pourquoi les femmes se plaignent et se plaignent toute la journée.

  • Regardez ce qui se passe dans votre propre chambre.
  • Pourquoi ne manges-tu pas des haricots ?
  • Marin étudie et prend l’habitude de travailler !
  • Ça me rend dingue !
  • Je vous achète des choses toute la journée (oui, elle me met toujours dans le même panier que les enfants).
  • J’ai mal au dos, j’ai mal aux jambes, j’ai mal au ventre…
  • Je suis fatiguée, j’ai sommeil.

Comme si c’était de la sagesse !

Comme s’il fallait un diplôme pour être une mère, une épouse, une ménagère qualifiée et compétente !

Et puis ma femme est partie…

Le matin, Marlène me réveille à 5 heures.

Elle me dit que Loïc a fait caca dans son lit.

Je lui dis : « Pourquoi ne m’as-tu pas réveillé pour l’emmener aux toilettes ?

Papa, j’ai essayé de le faire !

Mais il n’a pas voulu se lever.

Il criait quelque chose à propos de, tu sais, s’éloigner de moi …….

Puis il m’a réveillé, mais c’était trop tard.

Je devais faire caca !

dit Marin en frottant ses yeux endormis.

Bon, je vais te chercher des sous-vêtements et un pyjama propres, et tu pourras t’allonger.

Il reste encore du temps avant l’école.

Mais elle a gentiment ajouté : « Change les draps, ils puent ! lui ai-je fait remarquer. Elle m’a répondu.

Allons dans le salon ! Je les changerai demain.

Et je fermerai la porte de la chambre pour ne pas me réveiller avec l’odeur.

Ugh, je ne vois rien.

Petit déjeuner : j’ai tellement mal !

Je sais que Loïc est allergique aux cacahuètes.

Je n’ai pas besoin de plus d’informations.

Mais je ne peux pas imaginer qu’un simple petit déjeuner puisse être aussi compliqué.

Loïc voulait des œufs et Marin des céréales.

Il nous a fallu beaucoup de temps pour trouver les boîtes. J’ai emmené Malin à l’école et je lui ai donné son bain.

J’ai déposé Malin à l’école, j’ai fait la vaisselle, j’ai changé les draps et j’ai commandé un petit déjeuner dans un restaurant proche.

Une fois de plus, elle s’est sentie légèrement fatiguée.

Lorsque Marlène est rentrée de l’école, elle m’a demandé de l’aider à faire ses devoirs de mathématiques.

Eh bien, addition, soustraction, je devais prouver ce que je savais.

Mais je devais être sûre d’une chose.

De nos jours, les enfants n’additionnent plus comme avant.

Ils utilisent des parenthèses, soustraient des dizaines d’unités et remettent le reste entre parenthèses.

Chérie, tu devrais attendre ta maman.

C’est elle qui fait les maths.

De toute façon, tu ne peux pas avoir de mauvaises notes en CP, n’est-ce pas ?

Loïc est dans la cour de récréation.

Il dit qu’il s’ennuie à la maison.

Il ne peut plus bouger, il est allongé sur le canapé depuis un moment, ses yeux sont lourds et il pleure déjà ・・・・・・.

Loïc crie comme un fou. Papa, papa … On va au parc ».

Je lui donne une feuille de papier et un feutre et le laisse dessiner.

Je lui dis de se calmer et je demande à Marin de s’occuper de lui pendant que je « ferme les yeux ».

Au bout d’un moment, je me suis réveillée au son de leurs rires.

Ils m’ont dit de me regarder dans le miroir.

J’avais quelque chose à regarder et Loïc a traité mon visage comme un livre de coloriage.

J’ai ri avec eux…

Pouvons-nous survivre ?

Le dîner était presque prêt.

Je prends les boulettes de viande que ma femme a laissées dans le frigo.

Loïc et moi sommes allés acheter du pain.

En plus du pain, j’achète une bêtise que mon fils me fait remarquer.

Je n’ai pas eu le courage de dire non.

Au contraire, j’avais peur qu’il s’énerve.

Ce n’est pas parce que j’ai grandi dans la pauvreté, mais presque…

Je ne veux pas que mes enfants manquent de quoi que ce soit.

Trois œufs en chocolat, un gâteau, du lait, une boîte de bananes au chocolat …….

Je laisse mes enfants en profiter.

De toute façon, je n’aime pas les petits pains à la viande !

L’heure du bain.

N’ont-ils pas besoin d’un bain tous les soirs ?

La peau s’affine.

J’ai donné un bain à Loïc ce matin (après qu’il ait chié dans son lit) et j’ai au moins réussi à ce que Marin se brosse les dents et fasse un bon rêve.

Elle m’a demandé de lui lire un livre d’histoires.

Marin m’a prévenue que Loïc n’aimait pas les contes de fées parce qu’il avait peur des loups.

Elle m’a demandé de lui raconter l’histoire d’un brave tailleur.

Qui ?

C’est une blague.

Je connais un peu l’histoire du petit chaperon rouge, de Cendrillon et des nains.

Et si je leur parlais de mes années de service militaire ?

Cela ne les intéresserait pas du tout.

Je leur donne une tablette et leur demande de trouver quelque chose qui les intéresse.

J’ai réussi à le faire.

Mais j’ai quand même réussi à survivre.

La même chose m’attend demain ……

J’attends avec impatience le jour où je la verrai, l’amour de ma vie, ma femme, ma reine, sur le pas de ma porte.

Je ne l’ai jamais autant aimée que lorsqu’elle est enfin revenue.

Dès qu’elle m’a vu, elle s’est mise à rire et m’a embrassé.

Tu sens la poubelle au soleil.

Tu as l’air d’une bombe atomique qui a explosé dans ta maison.

Et tu as des sentiments sur le visage.

Je comprends, ce n’est pas facile pour vous les mamans !

Je l’ai perdue !

J’ai été maman pendant 36 heures et je n’ai pas survécu.

Mais je vais faire ce que je fais le mieux.

J’admets que ce n’était pas facile et je ne sais pas comment ma femme l’a supporté.

Quand les choses commenceront à devenir gênantes, j’interviendrai.

Mais s’il vous plaît, ne me laissez plus jamais seul avec elle ! » .

Vous comprenez maintenant ?

Elle sourit et dit.

« Oui, mon amour, je te comprends », ai-je répondu calmement.

Puis je me suis précipité vers mon lit. Le lit sentait le linge neuf, que j’avais changé !


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121