Un jour, vous serez le premier choix de quelqu’un.

J’aimerais que mon coeur ne souffre pas autant. J’ai l’impression que toute ma vie, je montre mon ventre mou à tout le monde. Ce qui est génial. Tout le monde aime mon sourire, mon écoute, mon aide, mes compliments et mon soutien, mais quand tu montres ce ventre mou, il n’y a rien pour te protéger, alors tout fait plus mal.

Ça fait mal d’être seul le week-end et ça fait mal de ne pas avoir de bras dans lesquels se réfugier et ça fait mal de tendre la main de l’amitié seulement pour être gelé par l’indifférence froide de quelqu’un. Ça fait mal de ne pas avoir d’yeux qui brillent dans ta direction et ça fait mal de ne pas être le premier choix de quelqu’un.

Tout le monde mange de la glace à la fraise, mais ce n’est le parfum préféré de personne. Tout le monde écoute Uptown Girl, mais ce n’est la chanson préférée de personne. Tout le monde fête le jour de l’an, mais ce n’est la fête préférée de personne. Oh oui, ils rendent tous les gens heureux et ils sont si doux et agréables, mais à la fin de la journée, les gens choisiront Rocky Road et Superman. Ils changeront la station de radio pour leur chanson préférée. Ils quitteront le brunch du Nouvel An et parleront de leurs projets pour la Saint-Valentin, de leurs idées de costumes pour Halloween ou des cadeaux qu’ils veulent pour Noël.

Et puis je reste seule. Vérifier mon téléphone un samedi soir. Marcher jusqu’à ma voiture pour rentrer seule à la maison à la fin de la soirée. Envoyer le message « Oh, ce n’est pas grave ! Fais-moi savoir quand tu seras libre, j’aimerais qu’on se voie bientôt ». Je grimpe dans mon lit, l’ego meurtri et le cœur meurtri. Je reste dehors à regarder dans un monde de glace au chocolat, de musique sensible et de fêtes populaires.

Mais peut-être, juste peut-être, il y a quelqu’un là-bas dont le parfum de glace préféré est la fraise. Uptown Girl est un ver d’oreille sur lequel ils ne pourront jamais appuyer pour sauter. Et contrairement à l’opinion générale, c’est le jour de l’an qu’ils préfèrent. Il représente l’optimisme, la pureté et l’espoir, diront-ils.

Et peut-être qu’un jour, je ne vérifierai plus mon téléphone tous les samedis soirs. Peut-être que je ne serai pas obligé de rester seul dans ma voiture à la fin de la soirée. Et peut-être qu’au lieu d’envoyer ce texto « oh, ce n’est pas grave ! », j’enverrai un « Vendredi, ça marche super ! J’ai hâte de te voir ! ».

Parce que je serai le premier choix de quelqu’un. Ils passeront le week-end de la fête du travail à faire du kayak avec moi. Ils m’appelleront pour me raconter le cerf géant qu’ils ont manqué de peu avec leur voiture et comment ils ont renversé leur café au passage. Ils seront les bras dans lesquels je tomberai quand la vie me donnera un coup de pied au cul. Ils m’enverront cette nouvelle chanson géniale d’un groupe dont ils n’ont jamais entendu parler. Ils hocheront la tête à mon 300e récit de « Il y a ce sketch du Saturday Night Live… ».

Parce qu’ils m’aimeront. Et ils me verront. Et ils réaliseront que je suis digne d’un rôle principal au lieu d’un rôle secondaire. Ils aimeront le personnage qui rit fort, qui raconte des histoires trop longues et qui est optimiste comme un personnage de dessin animé. Ils l’aimeront malgré ses inquiétudes névrotiques, ses opinions fermes et son horrible accent de Boston (paahk tha caah in tha haahvaahd yaahd). Ils l’aimeront tellement qu’ils n’auront qu’à lui donner un rôle principal. Et ça collera. Parce qu’elle aura attendu si longtemps pour être enfin le rôle principal de l’histoire de quelqu’un d’autre.