Une étude suggère que les chats reflètent la personnalité de leurs maîtres

Alors que beaucoup de gens disent que leurs animaux de compagnie semblent agir comme eux, les chats pourraient bien être les meilleurs. Des recherches menées par l’Université Nottingham Trent ainsi que par l’Université de Londres semblent suggérer que les chats et leurs propriétaires pourraient avoir plus en commun que vous ne le pensez.

Cette étude date de 2019 et a été publiée dans PLOS ONE sous le titre « Owner personality and the well-being of their cats share parallels with the parent-child relationship ». En gros, pour cette étude, on a interrogé un peu plus de trois mille propriétaires de chats qui vivaient tous au Royaume-Uni. Des questions ont été posées à ces personnes sur la personnalité de leur chat et sur leur propre personnalité.

Bien que cette étude n’ait rien de définitif, elle est assez intéressante car ses résultats suggèrent que différents traits de caractère sont liés à différents comportements chez les chats eux-mêmes. Il semble que nos personnalités en tant que propriétaires influencent la façon dont nos chats grandissent et se développent. Lauren Finka, qui a travaillé sur cette étude, a déclaré au Telegraph que de nombreux propriétaires considèrent leurs animaux de compagnie comme des membres de la famille et que les liens qu’ils créent entre eux influent sur la façon dont les choses se passent. La façon dont nous interagissons avec nos chats pourrait facilement affecter leur personnalité.

Le résumé de cette étude est le suivant :

La personnalité humaine peut affecter de manière substantielle la nature des soins apportés aux personnes à charge. Ce lien a fait l’objet de nombreuses recherches sur les parents et les enfants, mais on sait relativement peu de choses sur cette dynamique en ce qui concerne les relations des humains avec les animaux non humains. Les interactions des propriétaires avec les animaux de compagnie peuvent fournir des informations précieuses sur le phénomène plus large des interactions familiales, car les propriétaires adoptent généralement le rôle de soignant principal et potentiellement de parent de substitution. Cette étude, utilisant les chats comme exemple, a exploré la relation entre la personnalité du propriétaire et les modes de vie auxquels les chats sont exposés. En outre, elle a exploré la personnalité du propriétaire en relation avec le comportement et le bien-être du chat. Les propriétaires de chats (n = 3331) ont répondu à une enquête en ligne portant sur leur personnalité et sur la santé, le comportement et la gestion de leurs chats. La personnalité des propriétaires a été mesurée à l’aide de l’inventaire des cinq grands (BFI) pour évaluer : L’agréabilité, la conscienciosité, l’extraversion, le névrosisme et l’ouverture. Les propriétaires ont également fourni des informations concernant la santé physique, le type de race, les styles de gestion et de comportement de leurs chats. Des modèles linéaires mixtes généralisés ont été utilisés pour identifier les relations entre la personnalité des propriétaires et une série de facteurs susceptibles d’avoir des répercussions sur le bien-être de la population des animaux de compagnie, et plus particulièrement des chats. Un niveau de névrosisme plus élevé chez le propriétaire est associé à une probabilité accrue de posséder un chat sans pedigree plutôt qu’un chat avec pedigree, à une probabilité moindre d’avoir un accès ad libitum à l’extérieur, à des chats signalés comme ayant un « problème de comportement », présentant des styles de comportement plus agressifs et anxieux/peurés et des comportements de maladie liés au stress, ainsi qu’à un état de santé permanent et au surpoids. On a constaté que d’autres traits de personnalité des propriétaires présentaient une corrélation plus positive avec divers paramètres liés au mode de vie, au comportement et au bien-être. Par exemple, une plus grande extraversion du propriétaire est associée à une plus grande probabilité que le chat ait un accès ad libitum à l’extérieur ; une plus grande agréabilité du propriétaire est associée à un plus haut niveau de satisfaction du propriétaire vis-à-vis de son chat, et à une plus grande probabilité que les propriétaires déclarent que leur chat a un poids normal. Enfin, une conscienciosité plus élevée du propriétaire était associée à un chat présentant des styles de comportement moins anxieux/peurés, agressifs, distants/évitants, mais plus grégaires. Ces résultats démontrent que la relation entre la personnalité du soignant et les soins reçus par une personne dépendante, peut s’étendre au-delà de la famille humaine aux relations entre l’animal et son propriétaire, avec des implications significatives pour le choix de la gestion, le comportement et potentiellement le bien-être plus large des animaux de compagnie.

Que pensez-vous de cette étude et pensez-vous que votre chat a pu acquérir une partie de votre personnalité au fil des ans ? Peut-être que lorsque vous examinez les problèmes que vous rencontrez avec votre ami félin, vous devriez également considérer vos propres problèmes ?