Une lettre de bienvenue à ma dépression

Cher Dépression,

Ne vous inquiétez pas, je vous vois.

Non seulement je te vois, mais je te sens ramper sur ma peau. Je sens que vous vous enfoncez dans mes muscles et vous agrippez mes os. J’entends ton silence au milieu de la nuit alors que je me réveille après un autre cauchemar tortueux et que je reste allongé, les yeux grands ouverts, jusqu’à ce que le soleil apparaisse. Je te goûte dans les cigarettes sans fin que tu me fais respirer jusqu’à ce que ma gorge soit trop sèche pour en prendre une autre.

Je sais que tu es de retour. Je sais aussi que vous n’êtes jamais parti. Vous êtes resté caché, attendant le moment où je m’attendais le moins à ce que vous attaquiez. Je suis en train de tomber amoureux, de me retrouver au beau milieu d’une piste de danse ou de terminer un chapitre difficile de ma vie.

Tu ne viens jamais quand je suis déjà triste, car ce serait une perte de temps.

Vous venez toujours quand c’est le plus gênant. Vous me défiez quand je ne suis pas préparé. Tu me descends après que je sois parvenu à escalader des montagnes.

Mais je suis déjà venu ici.

Et même s’il a été difficile de me lever le matin, je ne vous laisserai pas me retenir trop longtemps sous les couvertures. Je vais tirer mes jambes hors de mes draps et poser mes pieds sur les planchers de bois franc froids. Je vais prendre mon corps qui me fait mal sans raison dans la cuisine pour me servir une tasse de café et commencer à écrire, même si chaque mot que je tape semble perdre son sens. J’écrirai quand même, même si le message qui sort est plus sombre que le café noir posé à côté de moi sur la table.

Et même si vous avez déjà utilisé de la nourriture contre moi, je mangerai quand même. Même si la nourriture la plus décadente a un goût fade et que je n’arrive pas à avaler autre chose que de l’alcool, je mangerai. Même si j’ai l’impression de trop manger, à cause du stress que vous m’avez causé, je mangerai quand même le lendemain.

Et même si vous murmurez des mots doux qui m’obligent à rester à l’intérieur, je vais sortir. Le vent violent me frappera au visage et me fera penser à combien plus chaud je me cacherais, mais je resterai quand même. Même si le soleil brille trop dans les ténèbres que vous avez créées en moi, je vais lever la tête et regarder chaque rayon de vitamine D contre vous.

Et les jours où vous gagnez, les jours où vous me gardez enfermés dans ma chambre alors que le temps s’écoule et que des messages sans réponse éclairent l’écran de mon téléphone, je vais encore essayer. Pour chaque plan annulé, j’en ferai un autre. Pour les longues heures passées à faire la sieste, je vais commencer à me lever plus tôt. Pour chaque pensée négative qui reste dans mon esprit, je vais écrire une pensée positive. Et pour chaque fois que je me fâche contre moi-même pour tomber dans votre piège, je pardonnerai.

Alors, je vous souhaite la bienvenue. Je vous souhaite la bienvenue dans ma vie, car chaque fois que vous y entrez, je sors plus fort qu’avant. Chaque fois que je me bats contre toi, je sens que cela devient de plus en plus facile.

Vous ne partirez peut-être jamais, mais je n’arrêterai jamais de me battre. Si quelque chose, je vais vous embrasser dans mes bras et prendre soin de vous. Je vais vous bercer et vous dire que tout va bien se passer. Je vais vous montrer ce que c’est que d’être apprécié.

Vous allez commencer à voir le manque de contrôle que vous avez sur moi et à vous cacher une fois de plus.

Dépression: une guerre avec moi-même (mais maintenant je suis un guerrier)
Pour l’instant, je te vois. Je vous souhaite la bienvenue dans ma vie, mais ne croyez pas une seconde que je ne vais pas tomber sans me battre.