Une nouvelle recherche montre qu’il existe en réalité trois types de dépression

On estime qu’environ 6,7% de tous les adultes américains connaîtront au moins un épisode dépressif majeur au cours de la dernière année, ce qui montre clairement à quel point ce trouble très mal compris est répandu dans la société d’aujourd’hui. Les chercheurs et les professionnels de la santé mentale continuent d’étudier ce trouble afin de mieux le comprendre.

Le terme «dépression», mieux connu des professionnels de la santé mentale sous le nom de «trouble dépressif majeur» ou «dépression clinique», englobe une grande variété de signes et de symptômes, notamment la tristesse persistante, le désespoir et une perte d’intérêt pour les choses qui joie et bonheur à sa vie. Bien que cela puisse sembler, à première vue, comme un inconvénient mineur, la dépression peut avoir de graves répercussions, y compris, dans les cas les plus graves, un risque de suicide.

La plus grande lutte à laquelle se heurtent aujourd’hui des personnes aux prises avec une dépression est le manque d’informations et de compréhension de ce que vivre avec ce trouble implique réellement. Il en résulte une stigmatisation très négative dans notre société actuelle, qualifiant de «faible» ceux qui vivent avec un trouble dépressif majeur. En fait, de nombreux experts sur le terrain estiment que cette stigmatisation est le principal obstacle empêchant ceux qui ont du mal à demander l’aide d’un professionnel.

La seule façon de briser cette stigmatisation est d’ouvrir notre esprit et notre cœur à une meilleure compréhension de la réalité de la vie avec la dépression, de ses causes potentielles et de la disponibilité des traitements. Les discussions sur le fait de vivre avec ce trouble doivent être normalisées plutôt que jugées, de la même manière que nous pouvons discuter de maux physiques tels que le cancer ou les maladies cardiaques.

Dans le but de mieux comprendre la cause de ce trouble, une équipe de chercheurs de l’unité de calcul neuronal de l’Institut des sciences et technologies d’Okinawa a rassemblé autant de données que possible sur le trouble dépressif majeur et a commencé à analyser l’expérience de ceux qui vivent avec le désordre à la recherche de modèles qui auraient pu être négligés auparavant. Ces données comprenaient une série d’analyses IRM révélant 78 régions du cerveau de 67 patients chez lesquels un trouble dépressif majeur avait été diagnostiqué et de 67 sujets témoins en bonne santé.

En analysant les informations, l’équipe a identifié 3 sous-types distincts de dépression: ceux qui ont subi un traumatisme durant l’enfance, ceux qui n’ont montré aucune connectivité accrue entre les régions du cerveau et ceux qui n’ont pas subi de traumatisme dans l’enfance. Leurs découvertes sont extrêmement importantes, car c’est la première fois que des sous-types de dépression sont identifiés de cette manière.

Chacun de ces sous-types répond différemment aux diverses options de traitement disponibles. Par conséquent, les professionnels peuvent comprendre et identifier leur sous-type, puis suggérer le meilleur traitement. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre les différents sous-types avant que ces informations puissent être utilisées de manière pratique.