Valider les émotions de votre fils ne fera pas de lui une mauviette

« Seules les filles pleurent ! » « Arrête de faire la mauviette ! » Ce sont des messages courants que nos garçons reçoivent lorsqu’ils montrent des émotions comme la peur et la tristesse. Les garçons apprennent dès leur plus jeune âge qu’avoir ces émotions est quelque chose dont ils doivent avoir honte, et qu’avoir des émotions fortes ou les montrer les rend moins masculins. Au lieu de valider les émotions de nos fils, la société nous impose de leur apprendre à les éviter ou à les cacher.

Bien que nous sachions que le monde évolue lentement à cet égard, de nombreuses personnes tentent encore de protéger leurs garçons du ridicule ou de l’intimidation dans le « monde réel » en essayant d’arrêter les émotions de leur fils. Souvent, cela vient du fait qu’ils veulent (à tort) les protéger des perceptions des autres. Mais les dommages les plus importants sont causés par toute une série d’autres émotions dont ils sont déconnectés et qu’ils sont incapables d’exprimer de manière saine et adaptée.

Le problème des émotions

Il existe six émotions universelles : la tristesse, le dégoût, la peur, le bonheur, la colère et la surprise.1 Ce qui les rend universelles, c’est qu’indépendamment de la culture, de l’éducation, du type de personnalité, etc. les humains sont capables de reconnaître et de ressentir ces six émotions. Seules deux émotions peuvent être considérées comme positives : le bonheur et la surprise. Mais nous savons tous que les surprises peuvent parfois être merveilleuses ou horribles.

Les émotions (même si elles sont parfois désagréables et peu agréables) peuvent nous dire beaucoup de choses différentes. Elles surviennent en réponse à des stimuli ou à des « choses » qui se produisent autour de nous et nous aident à nous protéger ou nous alertent sur des besoins non satisfaits. Certaines émotions peuvent entraîner des réactions physiques importantes et parfois désagréables, comme des sueurs froides, des muscles tendus, des larmes, etc. Elles nous indiquent que nous devons prêter attention aux éléments importants de notre environnement, aux choses que nous devons remarquer, changer, résoudre ou comprendre.

Le problème avec les émotions est que la plupart des gens ne veulent éprouver que des émotions positives. Non seulement beaucoup de gens veulent éviter activement certains sentiments, mais il existe des croyances désagréables et inutiles que notre société peut entretenir sur l’expression des émotions. En particulier, les émotions sont en quelque sorte liées au sexe, et certaines émotions sont liées au fait d’être intrinsèquement masculin ou féminin. Essentiellement, la société attend ou enseigne aux garçons à avoir une gamme d’émotions plus restreinte. La société leur apprend à éviter ou à supprimer la tristesse et la peur, mais la colère est acceptable ou appropriée pour être exprimée (elle est considérée comme un trait masculin).

Des recherches approfondies montrent que les gens sont plus enclins à permettre aux enfants de sexe féminin de ressentir de la peur ou de la tristesse et à les réconforter davantage lorsqu’ils expriment ces émotions qu’ils ne le font pour les enfants de sexe masculin.2 Les études montrent également que même nos conversations avec les enfants de sexe masculin et féminin sont différentes. Les conversations avec les enfants de sexe féminin sont plus susceptibles d’aborder un large éventail d’émotions, et nous avons tendance à en parler plus souvent. Alors que les conversations avec les garçons ont tendance à moins porter sur les émotions ou principalement sur la colère.

Exprimer la tristesse ou la peur fait-il de mon fils une mauviette ?

Non ! Ce n’est pas parce que nous n’enseignons pas à nos garçons ce qu’est la tristesse (ou la peur) et comment l’exprimer qu’ils n’en feront pas l’expérience. Une émotion n’est pas quelque chose que l’on peut contrôler. Elle est automatique et se manifeste en réponse à notre environnement et à nos besoins. Ainsi, être triste ou avoir peur ne fait pas de votre garçon une mauviette. Et le fait de valider les émotions de votre fils l’aidera à les gérer sainement.

Lorsque nous nous concentrons uniquement sur la colère ou que nous ne validons pas et ne soutenons pas nos garçons lorsqu’ils ont peur ou sont tristes, nous les privons de la possibilité de satisfaire leurs besoins. Cela peut entraîner de la confusion, de la frustration et encore plus de peur parce qu’ils n’ont pas l’impression que le monde est sûr ou qu’ils ne croient pas que les autres peuvent répondre à leurs besoins. Et si nous ne les aidons pas à comprendre leurs expériences internes, ils peuvent se sentir très angoissés. Tout ce qu’ils peuvent ressentir, ce sont les sensations d’un sentiment dans leur corps sans aucun contexte sur la raison pour laquelle cela se produit ou sur la façon de s’aider à le gérer.

En outre, malgré la diversité des émotions, si nous ne parlons à nos garçons que de la colère, c’est tout ce qu’ils apprennent. Cela peut devenir un cercle vicieux. Ils se sentent mal à l’aise lorsqu’ils éprouvent un autre sentiment qu’ils ne savent pas comment gérer. Ils ne savent pas ce qui se passe ou comment y remédier, alors ils sont frustrés et en colère. C’est donc l’émotion que nous voyons (la colère) et le comportement que nous nommons et dont nous discutons avec eux. Le cercle vicieux commence alors. Lorsque nos garçons se mettent en colère et occultent leurs autres sentiments, cela peut avoir une influence négative sur leurs relations, leur bien-être et leur sécurité.

Comment puis-je valider les émotions de mon fils ?

1. Évitez le langage sexiste.

Tout d’abord, essayez d’éliminer le langage sexiste qui entoure les sentiments. Par exemple, « Pleurer, c’est pour les filles ». « Sois un homme ». Il n’y a pas de sentiments de garçon ou de fille. Les émotions sont universelles et essentielles !

2. Ne minimisez pas les sentiments.

Évitez de minimiser les sentiments de votre enfant (y compris ceux des filles !) en vous précipitant accidentellement sur ses sentiments ou en réduisant l’importance que vous leur accordez. Essayez d’éviter de dire des choses comme « Ça va aller. Ne pleure pas ». Ou « Ça ne peut pas être si grave ! » Cela indique à votre enfant que son problème n’est pas si grave ou important. Il apprend à éviter ses émotions et, par conséquent, à ne pas satisfaire ses besoins. Ces commentaires peuvent provenir de la volonté de ne pas vouloir que votre enfant soit en détresse et de vouloir faire disparaître sa douleur. Mais l’enfant doit apprendre qu’il ne faut pas avoir peur de ses sentiments. Ils deviennent alors ouverts à leur identification. Ils sont mieux équipés pour faire face à la situation et la gérer lorsqu’ils comprennent les émotions et leur raison d’être.

3. Nommez ce sentiment !

Donnez à votre fils le vocabulaire nécessaire pour parler et comprendre de nombreuses émotions différentes. Voici quelques stratégies possibles :

  • Nommez les différents sentiments que vous voyez votre enfant exprimer. Lorsque vous donnez une étiquette à ses sentiments, cela l’aide à comprendre ce qui se passe. Le fait de les valider réduit également l’intensité de l’émotion et contribue à renforcer votre lien avec lui (gagnant-gagnant !).
  • Faites des grimaces exagérées et demandez à votre enfant de deviner quelle émotion vous ressentez.
  • Regardez son émission de télévision préférée ou lisez son livre préféré et posez-lui des questions sur les personnages. « Je me demande comment ils se sont sentis ? Et comment le sais-tu ? » Ou encore : « On dirait qu’ils sont tristes. Comment peux-tu le dire ? »
  • Écrivez les six sentiments universels et demandez-leur de vous dire un petit sentiment par rapport à un grand sentiment pour chacune des six émotions – par exemple, l’irritation (petit) par rapport à la rage (grand). Rédigez des listes de noms différents pour ces émotions. Par exemple, « heureux » pourrait inclure « extatique », « satisfait », « acceptant », etc. Utilisez ces différents noms dans votre vocabulaire lorsque vous parlez de différents sentiments, ou demandez aux élèves de désigner leur sentiment dans la liste.
  • Le message le plus important à retenir est qu’il n’existe pas de sentiment propre aux garçons ou aux filles. Si votre garçon éprouve toute une gamme de sentiments, c’est normal, et il n’est certainement pas une mauviette. En tant qu’êtres humains, nous sommes tous capables d’éprouver ces sentiments, et le fait de pouvoir les identifier et les exprimer nous aidera à satisfaire nos besoins, ce qui nous permettra de nous sentir en sécurité et plus heureux. Cela améliore également notre santé mentale générale et la qualité de nos relations. Prenez donc le temps d’enseigner à vos fils les différentes émotions et de les valider !